FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio
Constructeur : Società Italiana Caproni
Désignation : Ca.310
Nom / Surnom : Libeccio
Code allié / OTAN :
Variante : Ca.311, Ca.313, Ca.314
Mise en service : 1937
Pays d'origine : Italie
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier léger, avion de reconnaissance terrestre et maritime, torpillage, lutte anti-sous-marine.

HISTOIRE

Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio :
Une des plus belles sagas de l'industrie aéronautique italienne”

Au cours de la seconde moitié des années 1930 l’industrie aéronautique italienne a connu une vaste série de modernisation de son outil d’usinage. Cela la conduisit à développer des machines toujours plus ambitieuses, lui permettant ainsi de concurrencer les autres puissances aéronautiques européennes. Parmi ces constructeurs transalpins figure le bureau d’étude bergamasque de Caproni qui développa à cette époque une famille de bimoteurs militaires destinée aussi bien aux missions de reconnaissance qu’à celles de bombardement léger voire de lutte anti-navire : le Ca.310 Libeccio et ses dérivés Ca.311, Ca.313, et le Ca.314.

Au milieu de l’année 1936 les ingénieurs de Caproni Bergamaschi commencèrent à travailler, à la demande de l’état-major de la Regia Aeronautica sur un programme de bombardier léger de reconnaissance destiné aussi bien de jour que de nuit. Le cahier des charges prévoyait notamment que le futur avion puisse être motorisé par deux moteurs en étoile Piaggio P.VII-C35 de 470 chevaux chacun et emporter une charge offensive de 450kg.

Dès lors les ingénieurs italiens décidèrent de lui octroyer la désignation de Ca.310 et le nom de baptême de Libeccio, c’est à dire celui d’un vent du sud italien. Ils travaillèrent vite, très vite même puisque le premier prototype réalisa son premier vol le 20 février 1937. Faute de moteurs en nombre suffisant les premiers exemplaires de série, dont la construction fut lancée dès deux mois après ce vol inaugural, volaient avec des P.VII-C16 de 460 chevaux.

Un premier lot de 120 machines fut livré entre avril et octobre 1937, dont seize exemplaires furent envoyés en Espagne pour participer aux opérations de l’Aviazione Legionaria qui soutenait le colonel Franco et ses milices contre les forces républicaines. Dans cette guerre civile les Ca.310 Libeccio furent engagés principalement pour des missions de reconnaissance le long des frontières terrestres avec la France par lesquelles transitait la majorité du soutien militaire aux Républicains. Cependant les pilotes italiens avaient ordre de ne surtout pas violer l’espace aérien français, Paris et Rome entretenant alors des relations diplomatiques plutôt bonnes malgré les divergences concernant Franco.

L’engagement des Caproni Bergamaschi Ca.310 dans le conflit espagnol eut pour répercussion la vente de plusieurs dizaines d’exemplaires à quatre clients étrangers : la Hongrie, la Norvège, le Pérou, et la Yougoslavie. Dans le même temps l’Italie fasciste renforça sa propre flotte de tels avions avec notamment une demi-douzaine de Ca.310I dotée de deux flotteurs en lieu et place du train d’atterrissage et destinés à la Regia Marina pour des missions de recherches et sauvetage en mer.

Début 1939 Caproni Bergamaschi lança le développement d’une version dérivée du Ca.310 Libeccio destinée à des missions de reconnaissance armée de jour exclusivement et désignée dans un premier temps Ca.310 Bis puis très rapidement Ca.311. Les premiers exemplaires entrèrent en service dans les rangs de la Regia Aeronautica en avril 1939. À la différence du Ca.310 Libeccio le nouvel avion était clairement destiné à l’exportation autant qu’à un usage national. Pourtant jamais l’avion ne sembla réellement intéresser les clients étrangers puisqu’il ne fut vendu que dans la directe sphère d’influence fasciste à savoir l’état croate. Les Ca.311 italiens furent principalement utilisés par la Regia Aeronautica pour des missions en Afrique du nord, notamment durant la Seconde Guerre mondiale.

En fait l’une des versions les plus aboutis de cette famille de bimoteur fut le bombardier léger Caproni Bergamaschi Ca.313. Paradoxalement c’est aussi la version la moins aimé des décideurs fascistes. Pour autant l’avion va être testé par plusieurs clients étrangers : la Belgique, la France, la Norvège, le Royaume Uni, et la Suède. Commandé en série par tous sauf les Britanniques seuls cinq avions auront le temps d’entrer en service dans l’Armée de l’Air avant que l’Italie de Mussolini ne déclare la guerre à la France au printemps 1940. De leur côté les Belges eux n’en recevront même pas un seul, leur pays tombant trop rapidement entre les griffes des forces nazies. Les Ca.313 français ne seront d’ailleurs pas engagés au combat puisque les pilotes n’avaient pas terminé leur formation dessus. Une vingtaine de Ca.313F destinée à l’Armée de l’Air fut prise en compte par la Luftwaffe qui l’employa pour des missions de reconnaissance côtière au-dessus de la Manche, avant de finalement les renvoyés en Allemagne plus loin de la menace des chasseurs britanniques.

En fait c’est surtout la Suède qui en fit un usage intensif durant la Seconde Guerre mondiale, que ce soit pour le bombardement léger, le torpillage, la reconnaissance, et même à la fin de la guerre pour des missions de liaisons et de transport léger. Quelques exemplaires ayant survécu au conflit furent modifiés en 1946 par SAAB pour servir de machines d’entraînement à la radionavigation avant d’être remplacé en 1950 par des De Havilland Dove d’origine britannique bien plus modernes.

Début 1940 apparut une version de bombardement léger et de torpillage désignée Ca.314. Ces avions étaient quant à eux destinés à servir sous les couleurs italiennes aussi bien en métropole qu’en Afrique du nord ou au-dessus de la Yougoslavie. Lents et finalement peu maniables les Ca.314 ne furent jamais vraiment considérés comme des avions torpilleurs dignes de ce nom et ils furent petit à petit transformés en chasseurs de sous-marins quand leurs torpilles firent places à des charges de profondeurs et des mines. Mieux adaptés à cette mission les Ca.314 la conservèrent jusqu’à la fin des hostilités.

Comme nombre d’avions de la Regia Aeronautica les Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio et ses versions dérivées furent utilisés également après la partition du pays par les différents membres de l’Aviazione Cobelligerante qui combattait aux côtés des Alliés. Cependant si ces avions servirent fréquemment de bombardiers légers et d’avions de lutte anti-sous-marine les équipages italiens leur préféraient souvent l’Avro Anson pour les missions de reconnaissance côtière et de surveillance, le bimoteur britannique étant considérer comme plus sûr en vol et plus maniable.

Après 1945 et la fin de la Seconde Guerre mondiale plusieurs dizaines de ces bimoteurs issus du Ca.310 Libeccio furent encore utilisés par la jeune Aeronautica Militare Italiana qui les conserva jusqu’en 1952-1953, notamment dans des missions d’entraînement avancé et de reconnaissance côtière.

Malgré un air de famille indéniable, le Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio n’avait rien à voir avec le Ca.309 Ghibli. Tout au plus les concepteurs des deux avions étaient les même mais en fait ces deux machines n’avaient pas grand chose à voir dans leur définition. Le Ca.310 Libeccio n’était en fait pas du tout dérivé de l’avion civil Ca.306 Borea.

Mal connu de nos jours le Ca.310 Libeccio demeure une des plus belles réussites industrielles italiennes de la Seconde Guerre mondiale, avec plus de 1300 exemplaires construits et livrés en unité. De nos jours quelques-uns subsistent dans divers musées aéronautique européens, notamment en Italie et en Suède.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Caproni Bergamaschi Ca.314A
Envergure : 16.65 m
Longueur : 11.80 m
Hauteur : 3.70 m
Motorisation : 2 moteurs à douze cylindres en V inversé Isotta-Fraschini RC.35-12 Delta
Puissance totale : 2 x 730 ch.
Armement : 3 mitrailleuses de calibre 12.7mm
500 kg de charge de combat (bombes, torpilles, charges de profondeur)
Charge utile :
Poids en charge : 6620 kg
Vitesse max. : 395 km/h à 4000 m
Plafond pratique : 6400 m
Distance max. : 1650 Km à charge maximale.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Caproni Bergamaschi Ca.310 Libeccio

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données