FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Elbit Hermes 450
Constructeur : Elbit Systems
Désignation :
Nom / Surnom : Hermes 450
Code allié / OTAN :
Variante : RQ-450 Hermes
Mise en service : 1998
Pays d'origine : Israël
Catégorie : Drones - U.A.V.
Rôle et missions : Drone de reconnaissance tactique, surveillance, observation, désignation de cibles.

HISTOIRE

Elbit Hermes 450 :
Un drone MALE bon marché”

S’ils sont aujourd’hui omniprésents dans les forces aériennes du monde entier les avions sans pilote étaient beaucoup moins répandus il n’y a pas si longtemps que ça, à la fin du siècle dernier. En effet dans les années 1990 les drones étaient encore méconnus autant du grand public que des états-majors qui généralement ne voyaient en eux que des cibles volantes ou des engins d’observation du champ de bataille. C’est véritablement la généralisation du numérique dans ces machines qui permit de les répandre partout dans le monde. Et un des premiers véritables succès dans ce domaine fut israélien : l’Elbit Hermes 450.

C’est au début des années 1990 que les responsables de l’équipementier israélien Elbit décidèrent de se lancer dans l’étude d’un drone de reconnaissance et d’aide au ciblage d’objectifs. Il s’agissait en fait autant de trouver un successeur aux I.A.I. Scout encore en service dans Heyl Ha’Avir que de proposer une machine adaptée à l’export.
Les designers et ingénieurs décidèrent alors de rompre avec une tradition esthétique jusque là bien présente dans ce pays : le fuselage à double dérive. L’aéronef reçut la désignation de Hermes 450.

Extérieurement l’Elbit Hermes 450 se présente sous la forme d’un avion sans pilote de construction mixte en métal et matériaux composites. Afin de le propulser c’est un moteur issu de l’industrie automobile et utilisant la méthode Wenkel qui a été adopté. D’une puissance de 55 chevaux et entraînant une hélice bipale propulsive en métal il est produit par la branche motoriste d’Elbit appelée UAV Engines Corporation. Son fuselage supporte la voilure droite haute. Un empennage papillon et un train tricycle fixe termine l’appareil.
C’est dans cette configuration que le premier vol est intervenu au second semestre 1995.

Très rapidement Heyl Ha’Avir s’est doté de deux exemplaires qui se virent dotés chacun d’un FLIR. Ils sont entrés en service fin 1998. Trois ans plus tard deux exemplaires supplémentaires étaient commandés. Le rôle premier des Hermes 450 de Heyl Ha’Avir était alors la reconnaissance tactique et la surveillance des points sensibles du territoire que sont les zones sous occupation de Cisjordanie ainsi que la bande de Gaza.
En 2010 Elbit reconnut avoir livré une dizaine de ces drones aux forces israéliennes dont au moins deux furent perdus en opérations.

Aujourd’hui l’Elbit Hermes 450 n’est plus le principal avion de reconnaissance sans pilote de Heyl Ha’Avir. Pourtant il demeure un outil efficace de surveillance tous temps. En 2015 des essais d’armement furent réalisés conjointement par l’avionneur et les militaires israéliens mais sans grande réussite. Pour autant Heyl Ha’Avir n’hésite pas à annoncer son drone apte à l’emport et au tir de deux à quatre missiles AGM-114 Hellfire de facture américaine. Une telle capacité n’a jamais été prouvée.

Surtout Elbit ne propose pas son Hermes 450 à l’export comme drone de combat mais comme pure plateforme de reconnaissance tactique, de ciblage d’objectifs, ou encore de guerre électronique. Et à l’étranger cet avion sans pilote s’est taillé une très belle réputation. Il vole au sein des aviations militaires azéris, botswanaises, brésiliennes, colombiennes, géorgiennes, macédoniennes, mexicaines, philippines, singapouriennes, thaïlandaises, et zambiennes. Même sur le marché parapublique il a connu le succès puisque l’US Customs and Border Protection en a utilisé deux de 2004 à 2011. Cette administration en charge de la surveillance des frontières et du contrôle des flux migratoires les utilisait au-dessus des zones proches du Mexique.

Outre les opérations de maintien de l’ordre et de lutte anti-terrorisme menées par Israël les Elbit Hermes 450 ont connu le feu à l’étranger. Durant la guerre du printemps 2008 contre la Russie la Géorgie reconnut avoir perdu trois de ses drones de facture israélienne. L’un par la chasse, sans doute un Mikoyan MiG-29 Fulcrum ou un Sukhoi Su-27 Flanker, et les deux autres par la DCA.
Le Brésil et la Colombie emploient fréquemment leurs Hermes 450 comme machines de lutte contre la production et le trafic de cocaïne. Dans la nomenclature de la Força Aérea Brasileira il est d’ailleurs connu comme Elbit RQ-450 Hermes.

Les RQ-450 Hermes brésiliens sont reconnaissables au premier coup d’œil. Ils possèdent un mât amovible accueillant en son sommet un radar à ouverture synthétique latérale permettant la surveillance au sol de jour comme de nuit. Cette technologie a également été adoptée par les drones singapouriens.

En fait la réussite de l’Elbit Hermes 450 est là : se nourrir des adaptations demandées par chacun de ses clients. Si bien que s’il ne peut aujourd’hui prétendre concurrencer un General Atomics MQ-9 Reaper américain il représente un excellent adversaire au Safran Patroller français. En 2021 le Hermes 450 se présentait comme un des drones MALE (pour Moyenne Altitude Longue Endurance) parmi les moins onéreux du marché.
Il a donné naissance à une version européenne adoptée par la British Army : le Thales WK450 Watchkeeper. De son côté Elbit a développé le Hermes 900 bien plus gros et polyvalent qui découle lui aussi du Hermes 450.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Elbit RQ-450 Hermes
Envergure : 10.50 m
Longueur : 6.10 m
Hauteur : 2.02 m
Motorisation : 1 moteur Wankel UAV Engines Corp.
Puissance totale : 1 x 55 ch.
Armement : aucun
Charge utile :
Poids en charge : 550 kg
Vitesse max. : 175 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 5500 m
Distance max. : 17 Heure(s)
Equipage : 0
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Elbit Hermes 450

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Elbit Hermes 450

VIDÉO

Vidéo promotionnelle du drone Hermes 450.