Yakovlev Yak-100 ‘Hut’

Fiche d'identité

Appareil : Yakovlev Yak-100 ‘Hut’
Constructeur : Yakovlev A.S. Design Bureau
Désignation : Yak-100
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Hut
Variante : Yak-22
Mise en service : 1948
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Prototype d'hélicoptère léger polyvalent

Sommaire

“ L'étrange copie soviétique du Sikorsky R-5 ”

Histoire de l'appareil

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale la plus part des grandes nations aéronautiques tenta de se lancer dans le développement d’hélicoptères modernes. L’Allemagne nazie et les États-Unis avaient ouvert la voie. Si les projets allaient bon train en France et en Grande Bretagne c’était très différent en Union Soviétique où les problèmes d’ingénierie furent très nombreux. Les constructeurs qui s’y essayèrent n’étaient pas nombreux, les principaux étant Bratoukine, Mil, et Yakovlev. Une des premières réalisation de ce dernier fut un monomoteur ressemblant étrangement à un appareil construit en série aux États-Unis : le Yakovlev Yak-100.

Quand en 1946 les services de renseignement soviétiques se rendirent compte des avancées technologiques occidentales en matière d’hélicoptères ils furent obligés de transmettre un rapport en ce sens à Moscou. Staline ordonna alors que son industrie aéronautique y remédie en développant un appareil triplace doté d’un moteur à pistons et pouvant opérer dans les conditions les plus rudes. Bratoukine, Mil, et Yakovlev répondirent présent avec un avant projet bien différent entre le premier et le deuxième. Le troisième était quand à lui très en retard n’ayant encore rien de réellement disponible sur les planches à dessins.
Ses ingénieurs décidèrent alors de s’inspirer de ce qui se faisait alors de mieux à l’ouest : le Sikorsky S-51.

Les trois appareils en développement reçurent les désignations de Bratoukine B-9, de Mil EG-1, et de Yakovlev Yak-22. Chacun était très différents de ses deux concurrents.
Extérieurement le Yak-22 ressemblait très fortement au Sikorsky S-51 même si aucun n’était alors disponible en URSS. En fait les ingénieurs de Yakovlev avaient travaillé à partir de microfilms et d’informations fournis par des espions basés aux États-Unis et en Grande Bretagne. Les résultats furent bluffant.
Il se présentait sous la forme d’un machine construite principalement en métal, avec cependant ça et là des plaques de contreplaqués. La motorisation était assurée par un moteur à sept cylindres en étoile Ivchenko AI-26, également utilisé par… le Mil EG-1. Il actionnait un rotor principale tripale et un rotor anti-couple bipale Le pilote et les deux passagers prenaient place dans une cabine largement vitré. Le Yak-22 disposait d’un train d’atterrissage tricycle fixe.
Son premier vol intervint en novembre 1948. L’appareil avait plutôt bonne réputation en vol, malgré des difficultés récurrentes à l’atterrissage.

Très rapidement la compétition se joua entre Mil et Yakovlev, la solution du Bratoukine B-9 étant jugée obsolète. À Noël 1948 l’EG-1 et le Yak-22 furent présentés officiellement, Yakovlev en profitant pour déclarer que désormais son appareil serait connu comme Yak-100. C’était là sa désignation retenue pour la fabrication en série.
Tandis qu’un second prototype était commandé pour chacun des deux hélicoptères Yakovlev essuyait une salve de critiques des journaux internationaux l’accusant de plagiat envers les travaux américains de Sikorsky. Les responsables du constructeurs s’en sortirent avec une pirouette, expliquant que selon eux il s’agissait à la fois autant du hasard que d’une conception très proche car les cahiers des charges américains et similaires étaient similaires.
En 1949 la jeune Organisation du Traité de l’Atlantique Nord décida d’octroyer au Yak-100 le nom de code de Hut.

Le second prototype fut d’ailleurs construit comme Yakovlev Yak-100. Extérieurement il se distinguait du premier par un vitrage de poste de pilotage revue et repensé et par un nouveau rotor anti-couple, tripale cette fois. Les essais comparatifs pourtant tournèrent à l’avantage de Mil et son EG-1 fut commandé en série pour devenir le mythique Mi-1.
Après une tentative auprès de l’AVMF, l’aéronavale soviétique, Yakovlev décida de stopper le développement de son Yak-100 au début de l’été 1950. Deux prototypes seulement avaient été assemblés.

Le Yakovlev Yak-100 Hut ne fut pas la seule tentative du constructeur de développer un hélicoptère militaire. Son obstination donna naissance quelques années plus tard à l’étonnant Yak-24 Horse birotor en tandem.
De nos jours il ne demeure plus rien du Yak-100.

 

PARTAGER
Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Photos du Yakovlev Yak-100 ‘Hut’

Caractéristiques techniques

Modèle : Yakovlev Yak-100 Hut
Envergure : 14.50 m diamètre du rotor principal
Longueur : 13.91 m
Hauteur : 3.55 m
Surface alaire : N.C.
Motorisation : 1 moteur en étoile Ivchenko AI-26
Puissance totale : 1 x 420 ch.
Armement : aucun
Charge utile : Deux passagers
Poids en charge : 2180 kg
Vitesse max. : 170 km/h à 1000 m
Plafond pratique : 2700 m
Distance max. : 325 Km à masse maximale
Equipage : 1
[...] Passez dans le comparateur...

Profil couleur

Profil couleur du Yakovlev Yak-100 ‘Hut’

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Yakovlev Yak-100 ‘Hut’
Fiche éditée par
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
Facebook
Twitter
Pinterest
Email
Print

Vidéo du Yakovlev Yak-100 ‘Hut’

Désolé, actuellement aucune vidéo n'a été répéretoriée pour cet aéronef.