Vol MH370, un mois déjà et toujours rien, ou presque…

Vol MH370, un mois déjà et toujours rien, ou presque…

Chacun se perd en conjectures quand à ce qui est arrivé au Boeing 777 de la Malaysian Airlines. Un mois déjà que le vol MH370 a disparu des échos radars pour plonger dans l’océan Pacifique, emmenant dans une mort maintenant certaine ses 229 passagers et membres d’équipage. Une flottille internationale impressionnante composée de plusieurs dizaines de navires civils et militaires bardés d’électronique, des dizaines d’avions et d’hélicoptères dont des patrouilleurs maritimes P-3 Orion et P-8 Poseidon, et même des satellites civils et militaires ont été (et sont encore) mobilisés pour rechercher l’épave de l’avion.

Ce mois de recherches a été émaillé de faux espoirs, de vrais doutes, mais surtout de nombreuses fausses pistes. Sans compter une prise en charge psychologique des familles qui a été véritablement en dessous de tout de la part des autorités malaisiennes et chinoises. La Chine dont le plus gros des passagers étaient ressortissants.

Sikorsky MH-60R à bord de l'USS Pinckney participant aux opérations de recherches du vol MH370.
Sikorsky MH-60R à bord de la frégate américaine USS Pinckney participant aux opérations de recherches du vol MH370.

Alors depuis quelques jours on commence à entendre parler ça et là des boites noires dont les ultrasons auraient été détectés par deux navires, l’un australien et le second chinois. Des boites noires qui représentent un mince espoir. En effet, leur résistance aux pressions exercées dans les profondeurs océaniques n’est pas illimitée, et après autant de temps dans les eaux salées ils risquent bien de ne plus émettre très longtemps (NDLR : la durée d’émission assurée est d’un mois, au delà rien n’est plus sur)

Mais l’une des plus grosses interrogations demeure la raison pour laquelle l’avion se trouvait dans une zone si éloignée de sa route théorique, à plusieurs milliers de kilomètres au sud. Qui pilotait l’avion à ce moment là ? Les passagers savaient ils où ils étaient ? Étaient ils encore vivants quand le biréacteur s’est abîmé en mer ? Autant de questions, et bien d’autres, auxquelles les enquêteurs internationaux devront un jour répondre, s’ils en ont les moyens techniques.

Photos (c) FAA & US Navy.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

PAS DE COMMENTAIRES

Laisser un commentaire