C’est une très grosse tempête… dans un verre d’eau qu’ont connu à la fois la Royal Air Force, le 10 Donwning street, et la Palais de Buckingham à la fin de la semaine dernière. Plusieurs tabloïds* britanniques ont dénoncé le fait que la Première Ministre Theresa May s’était vue refusé l’utilisation d’un des quadriréacteurs BAe 146 du 32th Squadron alors que des membres de la famille royale en utilisaient eux pour un voyage d’agrément dans le sud de la France et en Italie. Même la Reine Elizabeth II a été ciblé par les pseudo-journalistes de ces publications.

Il faut se souvenir que dès le départ le 32th Squadron et ses aéronefs (quatre quadriréacteurs BAe 146 et deux hélicoptères AgustaWestland AW.109 Power) sont employés en priorité pour assurer le transport de la souveraine des Britanniques, et des membres les plus proches de sa famille. Or c’est justement le fait que l’un des deux BAe 146 CC Mk-2 soit utilisé par le Prince Charles et son épouse qui a ici jeté une certaine forme de trouble chez les lecteurs de tabloïds. Alors certes madame May aurait pu avoir recours au premier, sauf que celui-ci demeure exclusivement destiné à Elizabeth II elle-même, et personne d’autre.

Il est évident que dans une monarchie constitutionnelle aussi établie que celle du Royaume Uni le protocole et les questions de sécurité sont poussées à l’extrême. C’est la raison pour laquelle seul le second BAe 146 CC Mk-2 peut être utilisé par la Première Ministre.
Mais alors les deux autres quadriréacteurs, à quoi servent-ils ? Ces BAe 146 C Mk-3 sont pour l’un gréé en avion sanitaire destiné au rapatriement des membres de la famille royale, voire de la reine elle-même, en cas de problème de santé majeur. Bien sûr ils peuvent être aménagé pour le transport de personnels, mais l’un des deux se trouvait au hangar pour visite lors de l’incident. Impossible de déséquiper alors le seul apte à servir.

Du coup c’est à bord d’un Boeing 757 de British Airways privatisé que madame May s’est finalement rendue en Jordanie puis en Arabie Saoudite. Un avion bien moins sécurisé que s’il avait été militaire.

Ce petit imbroglio a cependant poussé le Palais de Buckingham à une réflexion engagée avec la Royal Air Force en vue de l’acquisition d’un ou deux jets d’affaire, des avions absents du 32th Squadron depuis le retrait du service des derniers Hawker-Siddeley Dominie.
Un hypothétique contrat dont Dassault Aviation pourrait tirer profit.

* Les tabloïds sont des journaux de petit format souvent utilisés par un presse très bas de gamme, généralement même considérée comme une presse-poubelle. Ils sont particulièrement lus au Royaume Uni et en Irlande.

Photo © UK Ministry of Defence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom