Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’

Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’


Fiche descriptive

Appareil : Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’
Constructeur : Bell Helicopter Textron Inc
Désignation : UH-1
Nom / Surnom : Huey
Code allié / OTAN :
Variante : Iroquois
Mise en service : 1959
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Hélicoptère de transport utilitaire et d'appui-feu

Histoire

Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’ :
L'hélicoptère universellement connu.

Quatre hélicoptères au nez arrondi et frappés des marquages américains survolent à moyenne altitude les paysages du Vietnam à la fin des années 1960, les GI’s tenant fermement leurs fusils M16. On est pas loin de l’image d’Épinal. C’est surtout la force de cet hélicoptère qui a lui tout seul symbolise l’engagement américain en Asie du sud-est. Un appareil qui depuis plus de soixante ans a su démontrer la puissance industrielle des États-Unis. De transport de troupe à appareils d’appui rapproché, en passant par hélicoptère d’entraînement ou bombardier d’eau il sait tout faire. Bien évidemment cette machine est l’universelle Bell UH-1 Iroquois, mondialement connu sous son surnom de Huey.

En 1952 l’US Army lança un ambitieux programme visant à acquérir un demi-millier d’hélicoptères de transport et d’évacuation sanitaire. Vingt-trois constructeurs d’hélicoptères différents, américains et européens, se mirent alors sur les rangs. Parmi eux le célèbre Bell Helicopters.
Le cahier des charges était assez simple : l’appareil devait pouvoir emporter quatre civières et un médecin ou six hommes de troupe armées. Mais surtout il devait être propulsé par un turbomoteur et non un moteur à pistons comme alors en usage aux États-Unis.

La machine proposée par Bell portait la désignation constructeur de Model 204. De conception assez simple elle était mue par un turbomoteur YT-53A de 770 chevaux. Les essais de cette turbine sont réalisés sur un Bell 47 profondément modifié.
Un cockpit biplace côte à côte, deux larges portes coulissantes de part et d’autre du fuselage, une cabine rectangulaire avec des bancs entoilés pour les soldats et des attaches rudimentaires pour les civières, des patins d’atterrissage, et un rotor principal bipale. Sans le savoir les designers et ingénieurs de chez Bell Helicopters viennent de créer un mythe.
C’est dans cette configuration que le premier vol intervient le 20 octobre 1956.

Le Bell 204 est testé par l’US Army sous la désignation de XH-40. Un second prototype, devenu rapidement hélicoptère de présérie est commandé sous la désignation YH-40. Il diffère très peu, il demeure rudimentaire mais bien pensé. Une première commande de série est passé pour cinq cents appareils.
Ils ne seront pas désignés H-40 mais HU-1A. Comme pour tout hélicoptère de l’US Army il reçoit comme nom de baptême celui d’une nation amérindienne : les Iroquois.

Les premiers Bell HU-1A entrent en service en 1959. C’est une révolution. L’hélicoptère est nettement plus maniable et compact que ses contemporains à moteur à piston, plus silencieux aussi, plus facile d’entretien. Ce sont deux unités de légende de la Seconde Guerre mondiale, deux unités qui se sont illustrées en Normandie en juin 1944 avec leurs paras qui sont transformées dessus, les 82ème et 101ème divisions aéroportées. Désormais leurs fantassins seront déposés directement sur le champs de bataille par des Bell HU-1A Iroquois.
Dès 1960 les premiers Iroquois font leur apparition au Vietnam, en soutien des Sikorsky HUS-1 de l’US Marines Corps.
En 1962 cette désignation est modifiée en UH-1A, mais déjà deux autres versions font son apparition, le UH-1B et le UH-1C. Si la première est bel et bien un appareil de transport et d’assaut conçu pour emporter huit soldats équipés la seconde concerne une canonnière volante, une « gunship » dans le langage américain. Les généraux de l’US Army ont étudié de près les transformations réalisés par les Français sur des Piasecki H-21 et des Sud-Est SE.313 utilisés comme hélicoptères de combat en Algérie.
Sur UH-1C aucun fantassin ne peut prendre un étrange mécanisme fait son apparition, le module LM70-7.
Il s’agit en fait de deux bras montés un par un de chaque côté du fuselage et portant chacun deux mitrailleuses de 7.62mm et un panier à sept roquettes de 80mm. En sus le UH-1C dispose d’une « boule » devant le nez, renfermant une tourelle M5 porteuse d’un lance-grenade M75 de 40mm. Cet appareil est clairement fait pour appuyer les troupes.
Aussitôt livrés les UH-1B et UH-1C sont envoyés au front, l’Amérique ne fait plus dans la demi-mesure au Vietnam. C’est d’ailleurs là que l’hélicoptère obtiendra son sobriquet de Huey, contraction de « universal helicopter« .
Plus de deux cents UH-1B ont été modifiés en TH-1B d’entraînement avancé avec double commande.

Le retour d’expérience est tel que Bell Helicopters travaille déjà sur un successeur au Model 204, le Model 205. Rallongé d’un mètre et quatre centimètres. La motorisation est elle aussi revue et corrigée. En effet son turbomoteur T53L monte à 1100 chevaux.
Les premiers hélicoptères de série entrent en service en août 1963 en tant que UH-1D.

Dans le même temps l’US Marines Corps s’intéresse au UH-1B qu’il commande en série comme UH-1E, tandis qu’il achète aussi des UH-1C. Comme pour l’US Army cette dernière acquisition est un pis-aller en attendant l’arrivée prochaine des Bell AH-1 Cobra d’attaque. En parallèle vingt UH-1E dotés de doubles commandes sont acquis comme TH-1E d’entraînement.
L’US Air Force elle aussi s’intéresse au début des années 1960 au Huey en achetant des UH-1F (et des TH-1F d’entraînement) destinés à servir d’hélicoptères de liaisons et de soutien opérationnel sur le territoire américains, notamment sur les bases de tirs des missiles sol-sol américains.

C’est en 1967 que Bell livre en unité le premier appareil de celui qui allait incarner le Huey, le Bell UH-1H. Plus puissant que le UH-1D il est surtout plus adapté au champs de bataille grâce à ses rudimentaires plaques de blindage autour du cockpit.
Le Bell UH-1H est alors appelé à tout faire, et il va tout faire. Transport d’assaut, évacuation sanitaire, recherche et sauvetage, appui tactique, brouillage électronique, guerre psychologique, et entraînement. Mais surtout le UH-1H devient un véritable best-seller de l’exportation : de l’Albanie à la Zambie en passant par le Canada, la Grèce, ou encore l’Ouganda ce sont pas moins de cinquante-quatre pays différents qui ont utilisé ou utilisent encore (et pour bon nombre d’années) le UH-1H. L’Italie, le Japon, et Taïwan l’ont produit sous licence. D’ailleurs des Agusta-Bell AB-205 ont été livrés par le gouvernement italien à plusieurs de ses alliés, augmentant ainsi le nombre d’utilisateurs du UH-1H. Sans compter ceux des versions précédentes, comme l’Allemagne qui fit assembler une partie de ses UH-1D par l’avionneur Dornier.
Plusieurs autres sous versions différentes ont existé.
Le Bell UH-1 Iroquois a d’ailleurs donné naissance à une machine assez surprenante, le Bell Model 212, alias UH-1N Twin-Huey.
A partir de 1979 les Bell UH-1D et UH-1H commencèrent à quitter le service actif en première ligne dans l’US Army au profit du Sikorsky UH-60 Blackhawk nettement plus moderne. Cependant le retrait définitif des Iroquois monoturbines dans l’armée américaine n’interviendra réellement qu’en mars 2015 avec la mise au rencard des derniers Bell UH-1V d’évacuation sanitaire remplacés en cela par de l’Airbus Helicopters UH-72A Lakota. En fait il s’agissait d’hélicoptères de l’US National Guard.

Le Bell UH-1 Iroquois a depuis longtemps rejoint le panthéon de l’aéronautique militaire aux côtés d’autres aéronefs américains comme le Boeing B-29 Superfortress, le Douglas C-47 Skytrain, le North American F-86 Sabre, ou encore le Northrop B-2 Spirit. Comme eux il a marqué et marque encore son temps. Comme eux aussi il est emblématique de l’Amérique.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Bell UH-1H Iroquois "Huey"
Envergure : 14.63 m (Diamètre du rotor principal)
Longueur : 12.77 m
Hauteur : 4.41 m
Motorisation : 2 turbomoteurs Lycoming T53-L-13
Puissance totale : 2 x 1400 ch.
Armement : 3 mitrailleuses Minigun de 7.62mm
Charge utile : 14 hommes ou 6 civières ou 1.760 kg de matériel ou 2.200 kg sous élingue
Poids en charge : 4700 kg
Vitesse max. : 220 km/h
Plafond pratique : 3800 m
Distance max. : 510 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’

Profil Couleur

Profil couleur du Bell UH-1 Iroquois ‘Huey’

Vidéo

UH-1 Huey

A voir également

0
Née en 2000 de la fusion des deux constructeurs éponymes, le groupe Agusta-Westland est désormais le deuxième hélicoptériste européen derrière Eurocopter. Essayant à tout...

0
C'est en novembre 1945 que la société britannique Cierva Autogyros Company (ou CAC) se lança dans le développement d'un hélicoptère léger destiné à la Royal...

0
Depuis les années 20, l'ingénieur espagnol, établi en Grande-Bretagne, Juan de la Cierva poursuit ses recherches sur les autogires. Sur ces avions, la voilure...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.