Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter

Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter


Fiche descriptive

Appareil : Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter
Constructeur : Douglas Aircraft Company
Désignation : P-70
Nom / Surnom : Nighthawk
Code allié / OTAN :
Variante : Moonfighter
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Chasseurs de la guerre 39-45
Rôle et missions : Chasseur de nuit, chasseur-bombardier de nuit

Histoire

Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter :
Les difficiles débuts de la chasse de nuit sous radar

Durant la Seconde Guerre mondiale, l’invention du radar embarqué à bord des avions de combat permit de considérablement donner l’avantage aux Alliés. C’est notamment dans la catégorie des chasseurs de nuit que cela fut flagrant. Désormais ces avions pouvaient poursuivre leurs cibles même dans la plus grande obscurité, souvent hors de vue, s’assurant ainsi la maîtrise du ciel. L’un des tous premiers avions de ce type fut un bimoteur américain directement dérivé d’un bombardier léger qui eut l’avantage de défricher ce domaine de vol : le Douglas P-70 Nighthawk aussi connu sous son nom britannique de Moonfighter.

Dès mai 1939, l’US Army Air Corps eut dans l’idée d’adapter le tout nouveau bombardier léger Douglas A-20 Havoc en chasseur de nuit. Sauf qu’à cette époque aucun radar embarqué n’existait et les recherches en ce sens étaient encore balbutiantes. Il y avait bien sûr la possibilité d’adapté des phares surpuissants permettant d’illuminer le ciel pour le compte d’autres chasseurs, mais cela n’était alors qu’un dangereux pis-aller. Les avions illuminateurs étant désarmés ils représentaient une cible de choix pour la chasse ennemie.

C’est pourtant bien cette solution qu’à partir de janvier 1940, au Royaume-Uni, préconisa l’Air Ministry avec une trentaine de ses Douglas Havoc Mk-II désignés pour l’occasion Havoc Mk-II Turbinlite. Ces avions volaient en accompagnement de chasseurs monomoteurs Boulton-Paul Defiant et Hawker Hurricane. Bien entendu cette expérience fut douloureuse pour les équipages de la Royal Air Force confrontée à une Flak à qui on désignait directement les avions à abattre.

Dans le même temps des ingénieurs britannique de l’Aeroplane and Armament Experimental Establishment commencèrent à monter un radar air-air expérimental AI Mk. III sur deux bombardiers légers différents : un Bristol Blenheim et un Douglas Havoc. Bien que volumineux cet équipement ultramoderne donna quelques résultats lors d’essais menées dans le plus grand secret en Écosse. Si tous les avions « interceptés » appartenaient bien à la RAF, leurs pilotes reconnurent n’avoir découvert l’arrivée des chasseurs de nuit que bien trop tard. L’Air Ministry décida de commander une série de quarante Havoc Mk-II spécialement modifiés avec un radar de ce type.

Sur l’avion de série l’AI Mk-III laissa la place à un Mk-IV plus récent et disposant d’un portée allant jusqu’à 5400 mètres de l’avion. Le cahier des charges britanniques prévoyait que le Havoc Mk-II nocturne ne fut pas exclusivement un chasseur mais aussi un bombardier léger. Les transformations furent menées dans les ateliers de l’A&AEE. Désormais ces avions disposaient de quatre mitrailleuses de calibre 7.7mm tirant vers l’avant et d’une capacité interne de 1050kg de bombes. La fameuse mitrailleuse arrière du A-20 fut déposée sur cet avion. Les Britanniques lui attribuèrent le surnom de Moonfighter, qui devint peu à peu son patronyme officiel.

Les premiers engagement des Douglas Moonfighter Mk-I intervinrent durant la Bataille d’Angleterre, à la mi-août 1940. Basés dans l’est du Royaume-Uni, ils avaient pour missions d’intercepter les chasseurs lourds Messerschmitt Bf 110 et les bombardiers rapides allemands. Leurs résultats furent cependant assez décevants. Entre cette période et fin octobre 1940, les bimoteurs de chasse de nuit n’avaient abattu que six avions ennemis, dont deux qu’ils partagèrent avec la DCA.

En janvier 1942 la vingtaine de Moonfighter encore en état de vol fut retirée de la première ligne et envoyé plus au nord pour servir d’avions d’entraînement avancé pour les futurs pilotes de chasseurs de nuit. En fait à ce moment là la Royal Air Force ne disposait pas encore d’un véritable chasseur de nuit à long rayon d’action, qu’elle ne posséda qu’à partir de cette date-là et l’arrivée des premiers De Havilland Mosquito NF Mk-II. La carrière du Moonfighter dura encore quelques mois et à l’été 1942 ces avions furent désarmés. Bien que conçu comme chasseurs-bombardiers de nuit, ils ne servirent quasiment que comme chasseurs purs… de nuit. Le radar AI Mk-IV n’avait pas un grand intérêt pour l’attaque au sol depuis cet avion.

Assez étrangement les Américains furent plus patients que leurs alliés britanniques. La neutralité (toute relative) des États-Unis garantissait une certaine stabilité au pays vis à vis de la Seconde Guerre mondiale. Du coup ses essais furent plus faciles. Dans le désert de Mojave un A-20 fut modifié en septembre 1940 pour recevoir lui aussi le radar britannique AI Mk-IV. Désigné Douglas XP-70 Nighthawk il s’agissait exclusivement d’un prototype de chasseur nocturne. Aucune capacité d’attaque au sol ou de bombardement léger n’était requis par l’US Army Air Corps.

Les essais en vol du XP-70 furent assez rapides et en janvier 1941 il fut décidé de modifier un total de 39 A-20 de série en chasseurs nocturnes. Les radars AI Mk-IV avaient été livrés secrètement par les Britanniques via le Canada. Ces premiers P-70A de série entrèrent en service dans l’US Army Air Corps en novembre 1941.

Ils se différenciaient des Moonfighter notamment par leur armement interne. Aucune mitrailleuse mais quatre puissants canons de calibre 20mm montés de part et d’autre du fuselage. La mitrailleuse dorsale de 12.7mm était conservée sur la version américaine.

L’attaque nippone contre la base aéronavale américaine de Pearl Harbor conduisit l’Amérique a entrer dans la Seconde Guerre mondiale. Son arsenal devait être augmenter, les chasseurs de nuit ne firent pas exception. On commanda vingt Nighthawk supplémentaires, des P-70B qui se différenciaient des premiers par leurs radars SCR-720 d’une portée de 8000 mètres de conception cette fois-ci américaine. Mais surtout les P-70B disposaient d’une double-commande, facilitant ainsi les vols d’entraînement avancé.

En janvier 1942 une vingtaine de P-70A fut déployée en Californie afin de contrer toute menace d’attaque aérienne massive de nuit de la part de l’aéronavale japonaise. Cette éventualité était en fait à ce moment là la principale crainte des dirigeants américains. Dans le même temps une dizaine d’avions similaires furent déployés non loin de Washington afin de protéger la capitale fédérale contre une menace encore plus hypothétique de la part de l’Allemagne nazie. Bien entendu aucun avion ennemi ne fut engagé par les chasseurs nocturnes mais leurs déploiements furent largement relayés par la presse, ce qui eut pour impact de calmer quelque peu l’hystérie collective qui s’était emparée des Américains depuis ce triste 7 décembre 1941.

À la différence des Britanniques les Américains communiquaient beaucoup sur leurs chasseurs de nuit P-70 Nighthawk. Cependant aucun ne fut jamais engagé en dehors du territoire américain.En juin 1944 l’ensemble des Douglas P-70 Nighthawk encore en service fut relégué à la formation avancée des futurs équipages de Northrop P-61 Black Widow. Le dernier Douglas P-70B fut retiré du service en janvier 1945.

Beaucoup moins célèbre que les autres chasseurs bimoteurs de son temps le Douglas P-70 Nighthawk, et dans une moindre mesure le Moonfighter, permirent pourtant de poser les bases de la chasse nocturne pour les années à venir. Et ce jusqu’à l’avènement de la chasse à réaction. Si le nom de baptême de Moonfighter ne fut jamais repris au Royaume-Uni ou ailleurs, celui de Nighthawk fut réattribué par les Américains à un des jets les plus révolutionnaires : l’avion d’attaque furtif Lockheed F-117.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Douglas P-70A Nighthawk
Envergure : 18.69 m
Longueur : 14.63 m
Hauteur : 5.36 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Wright R-2600-23 Cyclone
Puissance totale : 2 x 1600 ch.
Armement : 4 canons de 20mm
1 mitrailleuse mobile de calibre 12.7mm en position dorsale
Charge utile :
Poids en charge : 12150 kg
Vitesse max. : 510 km/h à 3050 m
Plafond pratique : 7600 m
Distance max. : 1650 Km avec réserves de carburant.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter

Profil Couleur

Profil couleur du Douglas P-70 Nighthawk / Moonfighter

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Conçu en 1936 et réalisé sur ses fonds propres par le constructeur Émile Dewoitine, le premier prototype du D.520 effectua son vol initial le...

0
Le seul chasseur allié spécialement conçu pour la chasse de nuit, qui entra en service pendant la guerre, fut le P-61 Black Widow (veuve...

0
Dénomination française du fameux P-36 américain, le Curtiss H.75 était l'avion le plus populaire auprès des pilotes français durant la période 1939-1940. Mais contre...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.