Fairey Seafox

Fairey Seafox


Fiche descriptive

Appareil : Fairey Seafox
Constructeur : Fairey Aviation Ltd
Désignation :
Nom / Surnom : Seafox
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1937
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Reconnaissance

Histoire

Fairey Seafox :
le spotter de la Fleet Air Arm

Durant la Seconde Guerre Mondiale, la Royal Air Force et la Fleet Air Arm mirent des moyens très importants au service de la protection des convois maritimes qui reliaient la côte-est des Etats-Unis à la Grande Bretagne ; mais aussi sur les missions plus délicates de repérages des U-boots, les fameux sous-marins de la Kriegsmarine. Le IIIème Reich avait en effet décidé de prendre le contrôle total de l’Atlantique Nord, au détriment des navires de Sa Majesté. Afin de remédier à cela, et parce qu’elle ne pouvait pas mettre un sous-marin derrière chaque bateau la Royal Navy décida d’intensifier sa politique d’embarquement d’avions catapultés depuis ses navires. C’est ainsi qu’un petit hydravion biplan, le Fairey Seafox, se tailla une excellente réputation d’avion de reconnaissance à vue et de photographie aérienne diurne, en un mot de « spotting ».

L’origine du Seafox remonte au début des années 30 quand la Fleet Air Arm fit établir la Specification 11/32 concernant un hydravion à flotteurs issu du chasseur-bombardier Fairey Fox. Les ingénieurs de Fairey travaillèrent alors sur un appareil dont la voilure fut profondément révisée, et l’empennage agrandi. L’avionneur étudia aussi un cockpit renforcé qui protégerait le mieux possible le pilote et l’observateur lors des phases de catapultages, où le corps humain subit d’importantes accélérations. Prévu au départ pour recevoir un moteur en étoile Bristol Aquila de 500ch. le Seafox devra se contenter d’un Napier en ligne de 395ch. seulement.

Son premier vol intervint le 27 mai 1936 depuis un plan d’eau du Nord de l’Angleterre. Une première commande pour vingt exemplaires vint de la Royal Navy, et les deux premiers avions de la série rejoignirent le Royal Aircraft Establishment de Farnborough en janvier 1937. Un troisième exemplaire fut embarqué sur le croiseur lourd HMS-Neptune qui prit la route de Gibraltar. Le 13 mars 1937 le bâtiment britannique catapulta pour la première fois un Seafox au large de la colonie britannique. Dès lors la Fleet Air Arm commanda le Seafox en grande série et créa des unités d’avions catapultés.

Le Squadron 702 fut la première de ces unités, bientôt suivi des numéros 713, 714, 716, et 718. Lorsque la guerre éclata en septembre 1939 près de 90 navires de surface britannique embarquaient des Seafox sur catapulte. Deux Squadrons, les N° 753 et 754, furent affectés quant à eux à la formation des futurs pilotes et observateurs de Seafox. La gloire sera au rendez-vous du Seafox en Atlantique Sud au mois de décembre 1939.

En effet les deux Seafox embarqués respectivement sur les croiseurs légers HMS-Ajax et HMS-Achille repèrent le cuirassé de poche allemand Graf Spee, l’un des principaux fleurons de la Kriegsmarine. Le navire allemand longe alors l’estuaire du fleuve Rio de Plata. Nous sommes alors le 13 décembre 1939. Après un combat acharné de plusieurs heures le cuirassé nazi est contraint de pénétrer dans le port de Montévidéo en Uruguay. L’Ajax étant le seul navire anglais encore en parfait état de marche, il catapulte son Seafox pour une mission de reconnaissance photo au-dessus de l’arsenal uruguayen. L’observateur, en place arrière de l’hydravion, n’emporte alors qu’un petit appareil photo acheté dans le commerce. L’hydravion survole à basse altitude Montévidéo mais doit vite rebrousser chemin devant les tirs de la DCA local, le pays étant en effet totalement neutre. Le Seafox revient amerrir à quelques mètres de son navire, avec quelques impacts d’armes sud-américaines ça et là. Devant l’empressement des diplomates alliés le Graf Spee est obligé de quitter son abri le 17 décembre 1939 et est sabordé par son commandant à quelques encablures des navires de la Royal Navy. Un Seafox embarqué sur le HMS-Cumberland, arrivé quelques heures plus tôt, survole l’épave et photographie le navire en feu. Il s’agit là de la plus célèbre mission d’un Seafox. Le Lieutenant Lewin, pilote du Seafox qui repéra le Graf Spee, deviendra le premier officier de la Fleet Air Arm à recevoir la croix de l’Ordre de Victoria de son vivant. Plus tard il volera sur Fairey Barracuda.

Les Seafox ont commencé à être retirés du service en juillet 1942 pour entre remplacés dans les unités de premières lignes par des appareils d’origine américaine Vought Kingfisher. Néanmoins quelques Seafox du Squadron 716 demeurèrent en service jusqu’en février 1944 pour la surveillance des installations portuaires britanniques en Mer d’Irlande. C’est un de ses avions qui repéra un U-boot au large de Liverpool en novembre 1943. Le sous-marin fut pris en chasse par deux Avenger de la Fleet Air Arm qui coulèrent le bateau allemand après trois heures de course-poursuite.

La plus part des pilotes et observateurs de Seafox rejoignirent donc le Kingfisher sauf certains équipages du Squadron 753 qui volèrent par la suite sur Swordfish. Le Seafox demeure le principal hydravion de spotting de la Fleet Air Arm. Aucune autre aviation n’a utilisé le petit appareil.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Fairey Seafox
Envergure : 12.19 m
Longueur : 10.81 m
Hauteur : 3.68 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Napier Rapier VI
Puissance totale : 1 x 395 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 7.7mm en position arrière
Charge utile : -
Poids en charge : 2455 kg
Vitesse max. : 205 km/h
Plafond pratique : 3350 m
Distance max. : 700 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Fairey  Seafox

Profil Couleur

Profil couleur du Fairey  Seafox

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
A la fin de l'année 1937, les ingénieurs de chez Consolidated se lancèrent dans l'étude d'un nouvel hydravion à coque destiné aussi bien aux...

0
Durant la Seconde Guerre mondiale, la plupart des grands protagonistes du conflit eurent l'idée tôt ou tard d'avoir recours aux hydravions de chasse. Mais...

0
Le Blohm und Voss Bv 138 servit avant tout en mer Baltique, dans le nord de l'Atlantique et dans l'Arctique, les zones parcourues par...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.