Kawasaki Ki-48 ‘Lily’

Kawasaki Ki-48 ‘Lily’


Fiche descriptive

Appareil : Kawasaki Ki-48 ‘Lily’
Constructeur : Kawasaki Kokuki Kogyo K. K.
Désignation : Ki-48
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Lily
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier léger

Histoire

Kawasaki Ki-48 ‘Lily’ :
le bombardier léger standard de l'armée impériale

Répondant à la demande de l’Armée Impériale qui voulait un bombardier léger bimoteur dont la vitesse horizontale serait supérieure à 485 Km/h, Kawasaki commença l’étude d’un tel appareil en janvier 1938. Le prototype vola pour la première fois en juillet 1939 et reçut la désignation officielle de Ki.48 (ou type 99, pour 1939, année de sa création). La production commença en janvier 1940, le nouvel avion entra en service au mois de juillet sous l’appellation de Ki.48-Ia et il accomplit ses premières missions de guerre en Chine, toujours en 1940, au mois d’octobre.

Ce bimoteur était un monoplan cantilever à aile médiane, entièrement métallique, à train d’atterrissage classique escamotable, avec une charge de bombes en soute et non pas accrochée sous la voilure et un équipage de quatre hommes : le pilote excepté, navigateur, bombardier et radio faisaient fonction de tireur et servaient chacun une des trois mitrailleuses de 7, 7 mm du bord (nez, dos et ventre du fuselage).

Au début de son activité, le Ki.48-Ia (ou Ib, une variante dans la motorisation) provoqua des confusions à cause de sa grande ressemblance avec le Tupolev SB-2 soviétique, appareil qui avait été fourni comme aide à la Chine au cours de l’année 1937. Mais la similitude s’arrêtait là et les performances du Kawasaki étaient telles qu’aucun chasseur japonais de l’armée n’aurait été en mesure de simuler une interception, et le bimoteur (nom de code allié « Lily ») n’était inquiété par aucun adversaire.

Mais dès le début de la guerre dans le Pacifique, cette supériorité disparut face aux appareils alliés et, après 557 exemplaires, les japonais mirent au point une version plus élaborée, le Ki.48-IIa, qui fut produit en avril 1942. Le nouveau modèle bénéficiait de protections pour l’équipage, de réservoirs de carburant auto-obturants et emportait une plus lourde charge de bombes ; en vue d’élargir son domaine d’activités, on lui ajouta par la suite des freins d’intrados pour le bombardement en piqué (Ki.48-IIb). Ces modifications affectèrent les performances et les moteurs Nakajima Ha-25 furent remplacés par des Ha-115, sans résultat vraiment notable. Un armement défensif plus efficace fut alors adapté en installant un canon de 20 mm dans le nez à la place d’une mitrailleuse de 7, 7 mm (Ki.48-IIc).

Malgré ces améliorations, le Kawasaki Ki.48-II Lily ne compensa pas ses handicaps ; à l’été 1944, il était considéré comme obsolète et, au mois d’octobre de la même année, la production cessa définitivement avec un total de 1 408 exemplaires. Comme de nombreux autres appareils japonais, celui-ci finit sa carrière en tant qu’avion-suicide.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Kawasaki Ki.48-II 'Lily'
Envergure : 17.45 m
Longueur : 12.75 m
Hauteur : 3.80 m
Motorisation : 2 moteurs Nakajima Ha-115 radial
Puissance totale : 2 x 1130 ch.
Armement : 2 mitrailleuses de 7.7mm
1 canon de 20mm
800 Kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 6750 kg
Vitesse max. : 505 km/h à 5600 m
Plafond pratique : 10100 m
Distance max. : 2050 Km
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Kawasaki Ki-48  ‘Lily’

Profil Couleur

Profil couleur du Kawasaki Ki-48  ‘Lily’

Vidéo

Kawasaki Ki-48 Lily

A voir également

0
Le Henschel Hs-129 étaient l'unique avion conçu pendant la Seconde Guerre Mondiale pour combattre les chars de combat et autres tanks. Il y avait...

0
A partir de 1936, le Ministère de l’Air engagea un programme de modernisation de l’aviation qui comprenait une demande concernant un avion multiplace polyvalent...

0
Le G4M, "Betty" pour les alliés, était un bombardier terrestre conçu sur le critère principal d'autonomie maximale. De façon à compenser les limitations de...