FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : L.W.S. LWS-6 Zubr
Constructeur : Lubelska Wytwórnia Samolotów
Désignation : LWS-6
Nom / Surnom : Zubr
Code allié / OTAN :
Variante : LWDS-4, LWS-5, PZL-30
Mise en service : 1938
Pays d'origine : Pologne
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Avion d'entraînement au bombardement, bombardier léger

HISTOIRE

L.W.S. LWS-6 Zubr :
Un des pires bombardiers de l'Histoire”

La Seconde Guerre mondiale permit à l’aviation militaire de développer au maximum les concepts de bombardements. Des manœuvrables bombardiers en piqué comme le Junkers Ju 87 allemand aux lourds bombardiers stratégiques tel le Boeing B-29 Superfortress américain ces avions étaient partout, sur tous les fronts. Et toutes les nations engagées dans le conflit en utilisèrent, avec plus ou moins de réussite. En Pologne aussi les bombardiers tentèrent de s’opposer au rouleau compresseur nazi, pas forcément avec beaucoup de réussite. L’un des avions les plus marquants de son époque sous la cocarde polonaise fut un bimoteur pas forcément des plus réussis : le L.W.S. LWS-6 Zubr.

En 1935 la compagnie aérienne polonaise LOT demanda à l’avionneur P.Z.L. de lui concevoir un avion de ligne moderne permettant le transport d’une douzaine de passagers sur une distance allant de 700 à 1000 kilomètres. L’avionneur n’avait aucune réelle expérience en la matière, s’étant surtout contenté d’assembler sous licence des avions étrangers.
Pour autant il lança le développement d’une machine totalement nouvelle baptisé PZL-30 et annoncée capable de transporter douze passagers sur une distance de 800 kilomètres.
Pour autant LOT ne cacha pas s’on intention de regarder ce que la concurrence étrangère proposait. Et alors même que le prototype du PZL-30 avait marqué un pas décisif avec son premier vol survenu le 3 mars 1936 la compagnie aérienne annula son contrat de développement, ayant préféré le Douglas DC-2 américain jugé bien supérieur.

P.Z.L. se retrouvait donc avec ce PZL-30 sur les bras sans trop savoir qu’en faire. L’avionneur le proposa aux militaires comme avion de transport de parachutistes mais ceux-ci le refusèrent.
Un ingénieur eut alors l’idée de le transformer en bombardier moyen à la manière du Douglas B-18 Bolo américain justement dérivé de l’avion de ligne DC-2.
Le futur bombardier reçut la désignation de PZL-30II. Pourtant son existence n’arrangeait pas les affaires de tout le monde chez P.Z.L. puisque le constructeur travaillait déjà sur un avion du même genre, mais beaucoup plus avancé : le PZL-37 Los. Après bien des atermoiements et une tentative de saborder le programme il fut finalement confié à l’avionneur L.W.S. qui dépendait de P.Z.L. de manière indirecte.

Quand les ingénieurs de L.W.S. reçurent le PZL-30II ils comprirent le peu de potentiel d’un tel avion. Il sortait des canons esthétiques de son temps, rappelant plutôt un Blériot 127 de la décennie précédente. Pour autant ils acceptèrent les instructions de leur maison-mère.
Le PZL-30II devint LWS-5. La désignation LWS-4 fut attribuée à l’avion de ligne PZL-30.
Extérieurement l’avion se présentait sous la forme d’un monoplan à aile haute cantilever doté d’un fuselage de section rectangulaire. Sa propulsion était assurée par deux moteurs à neuf cylindres en étoile Bristol Pegasus Mk-VII d’une puissance unitaire de 660 chevaux, entraînant chacun une hélice tripale en métal. Ces moteurs étaient construit sous licence locale. Possédant un train d’atterrissage fixe et un empennage double dérive le LWS-5 était assemblé en contreplaqué et métal. Niveau armement le LWS-5 devait emporter 1000 kilogrammes de bombes ainsi que trois mitrailleuses mobiles Vickers de calibre 7.7mm. La première était installée dans un poste de tir avant, la deuxième en dorsale, et enfin la troisième en ventrale.
C’est dans cette configuration que le prototype du LWS-5 vola à son tour en octobre 1936.

LWS-4 et LWS-5 participaient aux essais en vol conjoints. La force aérienne polonaise observait de près cet avion qui n’était pas pour lui déplaire malgré son anachronisme esthétique. Le 7 novembre 1936 le prototype du LWS-5 s’écrasa tuant au passage le copilote.
Les enseignements de l’accident permirent de reprendre en main la conception de ce bombardier. Les ingénieurs de L.W.S. décidèrent d’en finir avec le train fixe et de revenir au train rétractable du LWS-4. L’empennage double dérive trop fragile laissa la place à un modèle plus académique tandis que la charge offensive était ramenée à 650 kilogrammes et un armement défensif modifié. Désormais les postes de tir avants et dorsaux seraient garnis de deux mitrailleuses mobiles chacun. Ainsi modifié le LWS-5 devint officiellement LWS-6.
Une commande fut passée par la force aérienne polonaise pour seize machines de série.

L’avion, qui avait été baptisé Zubr, soit le bison en français, n’allait pourtant pas assurer de missions de bombardements. Lors de leur entrée en service en juillet 1938 ces avions furent pris en compte par une école de bombardement afin de former les futurs équipages appelés à voler sur P.Z.L. PZL-37 Los. Et ils remplirent, tant bien que mal, cette mission jusqu’en septembre 1939 et l’invasion de la Pologne par l’Allemagne hitlérienne puis quelques jours plus tard par l’Union Soviétique.

Au lendemain de l’entrée des troupes nazies quatre L.W.S LWS-6 Zubr quittèrent leur école de bombardement afin d’aller frapper une colonne de blindés ennemis. Chaque avion n’emportait que 300 kilogrammes de bombes afin de les rendre plus manœuvrables. Évoluant à basse altitude leurs pilotes ne tardèrent pas à apercevoir leur cible. Ils furent pourtant envoyés au tapis par des chasseurs lourds Messerschmitt Bf 110 de la Luftwaffe qui les avait repérés. Les quatre bombardiers furent détruits au cours de la seule et unique mission opérationnelle de ce type d’avion en temps de guerre.
Deux autres furent dans la même journée descendus alors qu’ils tentaient de quitter la Pologne. Lors de l’attaque soviétique quatre Zubr supplémentaires furent détruits au sol par l’Armée Rouge.

Quand la Pologne signa l’armistice il ne restait que quatre L.W.S LWS-6 Zubr encore en dotation, dont un inutilisable. Les trois avions furent réquisitionnés par la Luftwaffe qui les utilisa comme avions d’entraînement avancé et d’entraînement à la radionavigation jusqu’au début de l’année 1943. Faute de pièces détachées ils furent ferraillés par la suite.
Ainsi se terminait la carrière d’un bombardier qui vola bien plus comme avion d’entraînement que d’arme.

Lent, peu manœuvrable, sous-motorisé, mal armé, mal conçu, mal né, le L.W.S. LWS-6 Zubr demeure dans l’histoire de l’aviation comme un des pires plantages en matière de bombardiers. Il n’en reste plus rien de nos jours.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : L.W.S. LWS-6 Zubr
Envergure : 18.51 m
Longueur : 15.40 m
Hauteur : 3.52 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Bristol Pegasus Mk-VIII
Puissance totale : 2 x 680 ch.
Armement : 5 mitrailleuses mobiles de calibre 7.7mm et 650kg de bombes.
Charge utile :
Poids en charge : 6876 kg
Vitesse max. : 375 km/h à 4500 m
Plafond pratique : 8000 m
Distance max. : 750 Km avec charge de bombes maximale
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du L.W.S. LWS-6 Zubr

PROFIL COULEUR

Profil couleur du L.W.S. LWS-6 Zubr

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données