Letov S-328

Letov S-328


Fiche descriptive

Appareil : Letov S-328
Constructeur : Letov Leteska Vyroba
Désignation : S-328
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1935
Pays d'origine : Tchécoslovaquie
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Reconnaissance, attaque au sol

Histoire

Letov S-328 :
le sesquiplan de reconnaissance tchèque

Dans les années qui précédèrent la Seconde Guerre Mondiale, les avions de reconnaissance devinrent de plus en plus moderne, gagnant en puissance et en stabilité. L’intégration des formules sesquiplans amena les avionneurs à repenser plus profondément ces appareils. Les avions de reconnaissance ne devaient plus être que de simple avions légers mais de véritables machines de guerre capable de se défendre face à la chasse adverse. C’est dans cette vision que fut conçu le Letov S-328.

En 1931, la firme Letov reçut une commande de la part de l’Ilmavoimaat (aviation militaire finlandaise) pour adapter son avion d’entraînement et d’observation S-228 en avion de reconnaissance et d’attaque au sol. Le chantier commença immédiatement et il fut décidé de modifier le S-228 en profondeur. Tant et si bien que le nouvel avion, désigné S-328, n’avait plus grand chose en commun avec son prédécesseur. Il prit l’air pour la première fois en mars 1932. Les officiels finlandais faisaient traîner les discussions, si bien que le gouvernement tchèque devint le premier client à commander le nouvel avion en janvier 1933. Cette même année les Finlandais décidèrent finalement de commander le bombardier en piqué allemand Henschel Hs-123.

Le Letov S-328 était un monomoteur sesquiplan biplace disposant d’un armement relativement conséquent pour un appareil de cette catégorie. L’habitacle en tandem se trouve à l’air libre, cependant l’observateur dispose de surfaces vitrées dans le plancher et sur les côtés du fuselage. Celui-ci est intégralement en métal. Le train d’atterrissage fixe se caractérise à l’arrière par un patin orientable. Le moteur Bristol d’origine britannique est construit sous licence par Walter.

Les premiers avions tchèques entrèrent en service en 1935. Ces avions se virent immédiatement affectés à des missions de surveillance des frontières austro-tchèque et germano-tchèque. Devant la montée en puissance des nazis en Allemagne le gouvernement tchèque commanda plus de S-328 pour ses missions de reconnaissance. Lors de l’annexion de la région des Sudètes en 1938 par le IIIème Reich un total de quinze S-328 furent saisis par la Luftwaffe. Ces avions furent affectés à des missions de reconnaissance de jour près de la frontière avec les Pays-Bas. En 1938, Letov assembla quatre appareils de la version S-328V, des hydravions qui servirent pour le compte de la Marine tchèque implantée en Yougoslavie. Ces hydravions n’embarquaient aucune bombe.

En juillet 1938, un parti politique slovaque commanda 50 S-328 qui formèrent l’embryon des unités de reconnaissance de la future aviation slovaque pro-nazie. Plusieurs de ces machines servirent lors des opérations menées en septembre 1939 par les Slovaques contre la Pologne. Ces même avions slovaques participeront à des raids aériens nocturnes contre les positions soviétiques en Ukraine dans la nuit du 21 au 22 juin 1941, lors du déclenchement de l’opération Barbarossa. Les S-328 slovaques, appuyés par des avions tchèques, se ruèrent sur la ville de Vinnitsa. Les S-328 larguèrent des bombes incendiaires de 200kg.

La Bulgarie reçut de la part des nazis, et par la force des choses des tchèques, un lot de 62 Letov S-328. Ces avions participèrent à des missions de reconnaissance au-dessus de l’URSS. C’est lors de l’une de ces missions en octobre 1944 qu’un Bell P-39 soviétique réussit à abattre deux sesquiplans en même temps. Majoritairement les S-328 bulgares ne réussirent que très peu de missions face à la chasse soviétique.

Lors du déclenchement de la guerre une poignée de pilotes réussirent à rejoindre la France puis la Grande Bretagne avec leurs S-328. Si bien que cinq de ces machines furent prises en compte par la RAF qui les affecta à des missions de reconnaissance côtière sous l’autorité du Coastal Command. La plus part de ces machines furent ferraillées en 1945.

Au total, se sont 412 S-328 qui sortirent des chaînes de fabrication de Letov. Plus de la moitié furent pris en compte durant la guerre par la Luftwaffe, devenant le deuxième avion tchèque le plus utilisé par l’Axe après le B-534. Les Letov allemands remplirent des missions de reconnaissance mais aussi des missions de harcèlement au-dessus des lignes soviétiques, notamment durant la longue bataille de Stalingrad. Quelques modifications furent apportées à des S-328 en greffant des moteurs plus puissants mais ces essais n’eurent malheureusement aucune suite.

Après guerre la Tchécoslovaquie, pro-communiste, et la Yougoslavie utilisèrent des S-328 pour des missions de reconnaissance diurne et de patrouille côtière. En juin 1945 la France saisit en Allemagne six S-328 qui servirent au sein de l’Armée de l’Air jusqu’en septembre 1946. Ce sont là les seuls avions tchèques à avoir servit en France après la Seconde Guerre Mondiale.

Le Letov S-328 était dans les années 30 un des meilleurs avions de reconnaissance au monde et il résista assez bien face aux chasseurs ennemis plus modernes. Son utilisation intensive dans des missions offensives est caractéristique des qualités réelles de la machine. De nos jours un S-328 est exposé à Prague sous la livrée d’un avion des forces aériennes slovaque lors de la révolte anti-nazie de l’été 1944.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Letov S-328
Envergure : 13.71 m
Longueur : 10.36 m
Hauteur : 3.40 m
Motorisation : 1 moteur Bristol Pegasus II-M2
Puissance totale : 1 x 635 ch.
Armement : 4 mitrailleuses de 7.92mm
500kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 2640 kg
Vitesse max. : 280 km/h
Plafond pratique : 7200 m
Distance max. : 750 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Letov S-328

Profil Couleur

Profil couleur du Letov S-328

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Conçu à partir de l'avion de ligne quadrimoteur Electra, le Lockheed P-3 se présentait comme un appareil de patrouille océanique à long rayon d'action...

0
Il est souvent coutume de dire que l'Armée de l'Air a débuté les combats de la Seconde Guerre mondiale avec un matériel aérien largement...

0
Extrapolé des Lancaster et Lincoln de la Seconde Guerre mondiale, l'Avro Shackleton fut conçu comme appareil maritime à longue portée, dans le but de...