Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus

Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus


Fiche descriptive

Appareil : Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus
Constructeur : Lockheed Aircraft Corporation
Désignation : CP-140
Nom / Surnom : Aurora
Code allié / OTAN :
Variante : CP-140A Arcturus
Mise en service : 1980
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de patrouille maritime, recherche et sauvetage en mer.

Histoire

Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus :
Bien plus qu'un simple Orion canadien

Deuxième plus grand territoire de la planète après celui de la Russie, le Canada est également une puissance maritime incontestable. Avec pas moins de trois océans le pays doit gérer le plus grand littoral qui soit. Il doit aussi être capable de contrôler tout ce qui navigue aux abords de ses côtes, que ce soit sur ou sous les flots. C’est pourquoi très rapidement son aviation militaire a su tirer profit des patrouilleurs maritimes, d’abord avec des hydravions tel le Vedette puis avec des avions à l’image du Delta. Aujourd’hui ce rôle revient à un très efficace quadriturbopropulseur d’origine américaine, le Lockheed CP-140 Aurora.

C’est au milieu des années 1970 que le commandement maritime de l’Aviation Royale Canadienne commença à réfléchir au remplacement des Canadair CL-28 Argus, alias CP-107 dans la nomenclature canadienne. Ces quadrimoteurs canadiens étaient de lointains dérivés de l’avion de ligne britannique Bristol Britannia. En fait la motorisation de l’Argus commençait à accuser son obsolescence.

En tant que pays membre de l’OTAN le Canada dut lancer un appel d’offre auprès de ses coreligionnaires. Deux avions furent étudiés : le Breguet Br.1150 Atlantic français et le Lockheed P-3C Orion américain. Rapidement c’est ce second appareil qui sembla remporter les suffrages. Cependant les autorités canadiennes ne voulaient pas disposer de cet avion trop connoté « américain ». Elles exigèrent des modifications en profondeur, afin entre autre de rendre leur futur avion apte aux missions de surveillance des zones de pêche hauturière, ce que l’Orion ne faisait alors pas.

Mais surtout le détecteur d’anomalies magnétiques AN/ASQ-81 ne remplissait nullement les caractéristiques espérées par le cahier des charges canadiens. La solution semblait alors impossible à trouver. Et pourtant un ingénieur de Lockheed eut une idée de génie : prélever un détecteur d’anomalie magnétique sur un autre type d’aéronef : l’avion embarqué de lutte anti-sous-marine S-3A Viking. C’est ainsi que l’AN/ASQ-501 fut monté pour la première fois sur un P-3 Orion. Ce changement d’avionique entraîna d’autres modifications. Le radar de recherche AN/APS-115 d’origine laissa la place à l’AN/APS-116 tandis que l’ordinateur de mission était un AN/AYK-10. Tous deux étaient issus du Viking. Une commande fut officiellement passée en 1976 pour ce nouvel avion sous la désignation de CP-140 Aurora à hauteur de dix-huit machines.

Extérieurement rien ne laissait alors apparaître les différences notables entre un P-3C Orion et un CP-140 Aurora. La motorisation était identique, l’architecture générale également. Seuls grosses différence, hormis les éléments d’avionique, le CP-140 était prévu pour un équipage de onze personnes soit une de plus que sur les P-3C Orion de l’US Navy. En outre sur l’avion canadien le train d’atterrissage avait été renforcé afin de le rendre apte aux opérations en conditions arctiques. L’armement était lui aussi inchangé.

C’est dans cette configuration que le premier Lockheed CP-140 Aurora de série réalisa son vol inaugural le 22 mars 1979. Les livraisons en unités furent assez rapides, puisque le dix-huitième exemplaire de série fut livré en juillet 1981. À ce moment là les premiers Aurora étaient opérationnels depuis près d’un an.

En 1984 l’Aviation Royal Canadienne passa commande à Lockheed pour trois avions supplémentaire, d’une sous-version légèrement différente. Destinés à l’entraînement avancé des pilotes et équipages ces machines devaient conserver les mêmes caractéristiques sans l’armement mais disposer d’un radar de recherche plus puissant, un AN/APS-507. Clairement les nouveaux avions devaient être plus aptes aux opérations de recherches et de sauvetage en mer qu’aux missions de traques des sous-marins soviétiques violant l’espace maritime canadien. D’ailleurs les trois nouveaux avions furent dotés d’une chaine de sauvetage. Ils reçurent la désignation de CP-104A Arcturus.

À l’usage le Lockheed CP-140A s’avéra être un avion d’entraînement et de transformation opérationnel extrêmement onéreux. Cependant il rendait d’excellents services en matières de sauvetage en mer. Enfin jusqu’à ce qu’au début du vingt-et-unième siècle les Aurora reçoivent un radar de recherche AN/APS-506 dérivé de celui les équipant. En 2010 le retrait du service de ces trois avions fut décidé : deux furent envoyés sous cocons l’année suivante et le troisième devint un avion statique destiné à l’instruction des mécaniciens et des armuriers canadiens.

Quand aux CP-140 Aurora ils ont su remplir leur mission de patrouilleur maritime durant toute les années 1980, pourchassant les submersibles soviétiques et prévenant les risques écologiques. Dans les années 1990 et 2000 leur rôle ne changea guère, hormis que l’emblème communiste avait laissé la place au drapeau russe sur les sous-marins adverses. En 2014 les Lockheed CP-140 Aurora se découvrirent une nouvelle vocation : traquer les djihadistes de l’organisation Daech au sein de la force Impact, et ce jusqu’à la fin de l’engagement canadien à l’automne 2015.

Début 2015 l’ensemble des dix-huit CP-140 furent transformés en CP-140M Aurora, tandis que le CP-140A statique était lui aussi toujours utilisé pour l’instruction au sol. Cette transformation doit permettre de maintenir le flotte opérationnelle encore pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’un éventuel remplaçant ne lui soit trouvé. Les Aurora ont toujours été d’excellents serviteurs de la défense canadienne. Pas mal pour une machine que beaucoup ont trop souvent considéré comme une simple version de l’Orion, et non comme un hybride entre cet avion et le Viking embarqué.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Lockheed CP-140 Aurora
Envergure : 30.37 m
Longueur : 35.61 m
Hauteur : 10.27 m
Motorisation : 4 turbopropulseurs Allison T56-A-14
Puissance totale : 4 x 4910 ch.
Armement : Jusqu'à 6 torpilles Mk-46 ou 10 mines sous-marines.
Possibilité d'emporter un panier à roquettes sous chaque aile.
Charge utile :
Poids en charge : 64610 kg
Vitesse max. : 730 km/h en mission de combat.
Plafond pratique : 9400 m
Distance max. : 8 Heure(s) en patrouille de combat.
Equipage : 11
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus

Profil Couleur

Profil couleur du Lockheed CP-140 Aurora / Arcturus

Vidéo

Lockheed CP-140 Aurora en meeting aérien en 2014

A voir également

0
En décembre 1940, les services officiels britanniques commandèrent, en secret, un bombardier rapide à l'avionneur américain Martin. Afin de réduire les coûts et les...

0
À la fin des années 30 alors que la Seconde Guerre mondiale se profilait de plus en plus en Europe et que le Japon faisait...

0
Dans le but de pourvoir au remplacement des Heinkel He 45 et He 46, la firme Henschel, spécialisée depuis 1848 dans la production de...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.