Percival P-28 Proctor

Percival P-28 Proctor


Fiche descriptive

Appareil : Percival P-28 Proctor
Constructeur : Percival Aircraft Ltd
Désignation : P-28
Nom / Surnom : Proctor
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions d'entraînement
Rôle et missions : Avion d'entrainement

Histoire

Percival P-28 Proctor :
le serviteur méconnu de la RAF

Avec l’invention du radar la grande innovation dans l’avionique des appareils, entre les deux conflits mondiaux, demeure l’embarquement quasi-systématique des systèmes de transmissions radiophoniques. Durant la Première Guerre Mondiale les communications n’en étaient qu’à leurs balbutiements tandis que lors de l’invasion allemande de la Pologne les radios s’étaient multipliées tant à bord des chasseurs que des bombardiers et bien sûr des avions de reconnaissance. La formation des personnels afféctés aux opérations de communications radiophoniques devint donc, rapidement, une nécessité qui demandait de disposer d’aéronefs spécialisés. C’est dans cette optique que fut conçu le Percival Proctor.

En 1938 l’Air Ministry britannique émit la spécification 20/38 relative à la recherche d’un monomoteur de formation des personnels radios et de calibrage des radars pour la Fleet Air Arm et la Royal Air Force. Quatre constructeurs répondirent à la Specification : Airspeed, Blackburn, Percival, et Westland. Blackburn se retira de la compétition afin de privilégier le développement de son Botha, tandis qu’Airspeed et Westland furent éliminés. Percival proposa de développer une version militaire de son Vega-Gull de tourisme, un avion très populaire en Grande-Bretagne et au Canada. Le nouvel avion désigné Percival P-28 fut baptisé Proctor. Rapidement l’Air Ministry pris la décision que le nouvel avion devait être apte à remplir des missions de liaisons et de transport d’état-major.

Le Proctor effectua son premier vol quelques jours après l’entrée en guerre du Royaume Uni, le 8 octobre 1939. Dès ce premier vol l’avion montra d’excellentes qualités de vol. Se présentant comme un monoplan quadriplace à aile basse cantilever, le Proctor disposait d’un train d’atterrissage fixe et d’un moteur en ligne de 210ch. La première version, désigné Proctor Mk-I fut commandé à 247 exemplaires principalement pour la Royal Air Force. Ces premiers appareils servirent principalement comme avions de liaisons et de servitudes au sein des Squadrons de bombardement et de chasse de la Royal Air Force. Le Mark-I fut suivi par le Mk-II et le Mk-III construits respectivement à 175 et 437 exemplaires. Une partie des Proctor Mk-III allèrent à la Fleet Air Arm pour des missions d’entraînement radio et pour le calibrage des radars de défense côtière du royaume.

En 1941 une nouvelle spécification fut émise sous le code 9/41 afin de doter les Proctor de la mission d’entraînement radio tout-temps. La nouvelle version fut d’abord désignée Preceptor Mk-I, mais reçu finalement la désignation de Proctor Mk-IV. Cette version fut construite à hauteur de 258 exemplaires. Quelques exemplaires du Proctor Mk-IV furent versés au Coastal Command pour des missions de liaisons entre l’Angleterre et les bases isolées du nord de l’Ecosse.Un appareil de cette même série fut livré à l’US Army Air Force mais fut rétrocédé à la Fleet Air Arm en juillet 1945, le Department of War décida d’acquérir finalement des Beech AT-11D pour cette mission.

Après la guerre environ 200 Proctor furent livrés au marché civil. Les Proctor Mk-III et Mk-IV de la Royal Air Force devinrent respectivement Proctor C3 et C4 tandis que toutes les machines de la Fleet Air Arm prirent la désignation de Proctor C5. En 1946 la Royal Canadian Air Force commanda une version hydravion dotée de deux flotteurs ; l’avion ne fut commandé qu’à un seul exemplaire et ne resta en service que jusqu’en 1949. Le Proctor hydravion fut désigné Proctor C6.

En décembre 1945 la France reçut quinze Proctor Mk-II et six Mk-IV. Ces avions eurent pour missions principales la liaison et l’entraînement radio. Deux Proctor Mk-IV furent envoyés à Madagascar en 1947 lors des insurrections anti-coloniales. Les petits monomoteurs servirent au côté des Avro Anson, des Junkers Ju-52/3 et des Blenheim pour des missions de reconnaissance de jour. Le dernier Proctor français fut retiré du service en 1959. Il servait d’avion de liaison pour le compte de l’Armée de l’Air en Algérie. La Belgique, la Norvège et le Portugal utilisèrent le Proctor après-guerre. Le dernier appareil militaire, un Proctor Mk-II portugais, fut retiré du service en 1966.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Percival Proctor I-III
Envergure : 12.04 m
Longueur : 8.59 m
Hauteur : 2.21 m
Motorisation : 1 moteur De Havilland Gipsy Queen II
Puissance totale : 1 x 210 ch.
Armement : -
Charge utile : -
Poids en charge : 1588 kg
Vitesse max. : 257 km/h
Plafond pratique : 4265 m
Distance max. : 805 Km
Equipage : 3 ou 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Percival P-28 Proctor

Profil Couleur

Profil couleur du Percival P-28 Proctor

Vidéo

Percival Proctor III

A voir également

0
Si l'arsenal aérien américain est certainement l'un des plus vastes de la planète, c'est aussi à coup sûr un des plus complets. L'une des...

0
En 1936, une spécification fut émise par l'Air Ministry, réclamant un bimoteur d'entraînement avancé pour la Royal Air Force. La société Airspeed proposa un...

0
En 1952, le Magister est construit à Aire-sur-Adour où sont basés les ateliers de Fouga. Le 23 juillet, le premier prototype s'envole. Cet avion...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.