Vickers Vernon

Vickers Vernon


Fiche descriptive

Appareil : Vickers Vernon
Constructeur : Vickers Aviation Ltd.
Désignation :
Nom / Surnom : Vernon
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1921
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de transport de troupes, bombardier léger de transport.

Histoire

Vickers Vernon :
Le premier avion de transport militaire de la RAF

Durant les premières années de l’entre-deux-guerres, deux activités aériennes assez proches se développèrent : l’aviation commerciale et le transport aérien militaire. Si la première donna naissance aux compagnies aériennes, dont certaines existent encore de nos jours, la seconde apporta une nouvelle pierre à l’édifice de l’aviation militaire. Et une fois encore c’est du Royaume-Uni que vint l’une de ces avancées avec un étonnant biplan issu d’un bombardier de la Première Guerre mondiale : le Vickers Vernon.

C’est en février 1920 que la Royal Air Force commença à s’intéresser au principe de transport de troupes par les airs. En fait, il s’agissait d’une doctrine d’emploi lancée en 1916 par un groupe d’études français demeuré sans suite en raison d’autres priorités en ces temps de guerre totale contre l’Allemagne. Néanmoins le principe avait démontré ses possibilités. D’autant que les généraux et officiers supérieurs français en charge de l’étude avaient exposé un principe révolutionnaire pour l’époque : doter de simples fantassins d’un parachute individuel leur permettant de « sauter » sur une zone de combat, en passant au-dessus des lignes ennemies. L’assaut aéroporté était né, du moins sur le papier.

Après avoir envisagé plusieurs avions, les dirigeants de la Royal Air Force portèrent leur intérêt sur le Vickers Vimy dans sa version commerciale, un dérivé civil du bombardier éponyme. Ils demandèrent à l’avionneur de leur fournir un avion de ligne qui devait être modifié dans un atelier militaire du sud de Londres. Le nouvel avion reçut la désignation de Vickers Vernon.

Celui-ci se présentait sous la forme d’un bimoteur biplan d’envergure égale construit en bois entoilé et contreplaqué. Sa propulsion était assuré par deux moteurs à douze cylindres en ligne Napier Lion d’une puissance unitaire de 450 chevaux entraînant chacun une hélice quadripale en bois. Sa structure générale fait appel à un treillage de bois sur lequel sont fixés des lattes de contreplaqué et de la toile. Son train d’atterrissage fixe avait été renforcé vis à vis du Vimy Commercial. Le Vickers Vernon était doté d’un cockpit biplace côte à côte à l’air libre et d’une cabine fermée permettant l’accueil de douze soldats équipés. Son premier vol intervint en décembre 1920.

Rapidement une commande fut passée par 50 machines de série, dont le prototype devait aussi servir d’avion de présérie. En fait les 49 avions de série reçurent la désignation de Vernon Mk-II, tandis que le prototype était désormais le Vernon Mk-I. Ce dernier ne vola jamais en unité opérationnelle, servant uniquement à l’entraînement des pilotes. Ceux-ci étaient généralement issus du corps d’aviation de bombardement.

Les pilotes de Vickers Vernon Mk-II ne mirent pas longtemps à voir leurs avions envoyés sur un théâtre d’opérations. En février 1923, ils furent déployés à Kirkouk dans le nord de l’Irak où ils participèrent à la reprise de la ville par les troupes de Sa Majesté. Celle-ci était alors assiéger par une rébellion kurde qui avait tenté de chasser l’occupant britannique. Les armées coloniales eurent notamment recours aux Vernon pour transporter des soldats et évacués par les airs des blessés. Mais surtout trente d’entre eux furent utilisés pour évacuer un peu plus de 350 civils, dont plusieurs dizaines d’enfants, menacés par les combattants kurdes. Cette opération est souvent considéré comme le premier pont aérien humanitaire de l’Histoire.

Les enseignement tirés de l’engagement de Kirkouk eurent notamment pour effet la commande dès fin 1923 de cinq nouveaux avions désignés Vernon Mk-III. Il s’agissait alors d’avion de transport ayant une capacité limité de bombardement, au moyens de points d’ancrages externes. De ce fait la charge marchande était limité à dix soldats et la charge de combat à 220 kg de bombes. En mission purement logistique les bombes pouvaient laisser la places à des bidons d’eau et/ou de carburant.

Entre fin octobre et début novembre 1924 une dizaine de Vickers Vernon Mk-II fut déployée dans le nord de l’Écosse afin de participer à une série de manœuvres aériennes visant à perfectionner les nouvelles troupes aéroportées britanniques. Les biplans parachutèrent des troupes dans les montagnes des Highlands, avec plus ou moins de réussite. Si la Royal Air Force ne perdit aucun de ses avions de transport, seize parachutistes se tuèrent dans les opérations en altitudes.

Finalement les Vickers Vernon quittèrent le service actif britannique en 1927, au profit des Victoria du même avionneur. Jamais exportés les cinquante-cinq avions construits servirent entre les Squadrons 45 et 70 de la RAF. Seul le premier d’entre eux mit en œuvre les cinq Vernon Mk-III de transport-bombardement.

Premier véritable avion de transport militaire britannique le Vickers Vernon permit de défricher le domaine de vol des missions de parachutage. Bien que ce bimoteur était réputé difficile à piloter il donna l’occasion aux équipages de se perfectionner dans cette mission si particulière. On pourrait considérer qu’il est le plus ancien ancêtre des actuels Airbus Defense & Space Atlas C Mk-1 de la Royal Air Force.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Vickers Vernon Mk-II
Envergure : 20.76 m
Longueur : 13.00 m
Hauteur : 4.04 m
Motorisation : 2 moteurs à douze cylindres en ligne Napier Lion
Puissance totale : 2 x 450 ch.
Armement : aucun.
Charge utile : 12 soldats équipés
Poids en charge : 5707 kg
Vitesse max. : 160 km/h à 1850 m
Plafond pratique : 3600 m
Distance max. : 550 Km à charge maximale.
Equipage : 3
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Vickers Vernon

Profil Couleur

Profil couleur du Vickers Vernon

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
En 1953, l'avionneur néerlandais Fokker se lança dans l'étude et le développement d'un nouveau type d'avion de transport censé permettre le remplacement des Douglas...

0
Avionneur mondialement connu depuis la Première Guerre mondiale et ses bombardiers utilisés à l'époque par toutes les forces alliées, des Britanniques aux Français en...

0
A la fin des années 60, le remplacement de l'An-12 était inéductable. Il fallait donc un avion de transport capable de transporté 40 tonnes...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.