Bis repetita. Ce vendredi 10 février 2017 le destroyer américain USS Porter (DDG-78) a été survolé à trois reprises par des avions d’arme appartenant à l’aéronavale russe, d’une manière bien entendue totalement illégale. C’est en Mer Noire alors qu’il participait à l’exercice international Sea Shield 2017 que l’incident s’est produit, provoquant un début de crise diplomatique entre Moscou et Washington, la première de l’ère Trump.

C’est aux côtés notamment des marines britanniques, canadiennes, turques, et ukrainiennes que le bâtiment de guerre américain voguait quand ses radaristes ont repéré deux avions inconnus volant à vitesse subsonique au ras des flots. Vu qu’aucun aéronef de Sea Shield 2017 n’était dans la zone, le pacha de l’USS Porter a fait sonner l’alarme et mis son navire au poste de combat.
Rapidement les marins américains ont aperçu deux biréacteurs de pénétration Sukhoi Su-24 Fencer frappés des marques de nationalité russe. À deux reprises ces puissants avions de combat ont réalisé des manœuvres d’intimidation à l’encontre de l’US Navy.

Quelques minutes plus tard c’est un avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine Ilyushin Il-38 May qui a lui aussi survolé le bâtiment de guerre américain.
Bien entendu ce dernier avait un transpondeur victime d’un panne momentanée, à l’instar des deux Fencer.

Bien entendu à aucun moment les avions russes n’ont communiqué avec l’USS Porter, ils n’ont d’ailleurs même pas essayé.
Navire de guerre contemporain le Porter a été accepté au service en mars 1999, c’est donc un bâtiment considéré encore comme très moderne. Son armement défensif lui permettrait tout à fait de repousser une telle action d’intimidation, grâce notamment à ses missiles surface-air RIM-156 à moyenne et longue portée ou encore à ses quatre canons rotatifs à tirs rapides Phalanx disposant chacun d’un tube de 20mm. Deux types d’armes anti-aériennes qui représenteraient un danger réel pour les Fencer et May russes si jamais les Américains décidaient de ne plus privilégier la diplomatie.
Fort heureusement devant ces provocations russes Washington sait garder son sang froid.

Car ce n’est pas la première fois que l’Amérique retient son souffle devant les gesticulations de l’aviation russe envers un de ces navires. Il y a quelques mois c’est l’USS Donald Cook qui en faisait les frais. L’opération s’était en partie déroulé de la même manière, et là encore les marins américains avaient fait la démonstration de leur parfait professionnalisme.

Un des Phalanx de bord de l’USS Porter. De quoi faire très mal aux avions russes.

En fait là où les amiraux et généraux russes ont tout faux c’est qu’ils simulent des attaques contre des navires de guerre puissamment armés mais naviguant dans les eaux internationales. Mais le problème est là. L’autocratie russe se croit encore du temps de la guerre froide quand 70% de la Mer Noire se trouvait dans les eaux territoriales soviétiques. Désormais la Russie ne possède plus qu’un peu plus de 10% de cette étendue maritime.

Il est malheureusement à craindre que de tels incidents se répètent, tant qu’à Moscou certains n’auront pas saisi le fait que les marines occidentales ont pleinement le droit de se trouver dans les eaux anciennement soviétiques désormais rendues aux nations libérées du joug communiste ou bien restituées à l’espace maritime internationale.
C’est la même chose que pour les espaces aériens d’états souverains comme l’Estonie, la Géorgie, la Lituanie, ou encore l’Ukraine (trop souvent) violés par des avions militaires russes.

Photos © US Navy.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. bonjour que se passerait il si un avions russe est abattu par erreur par un navire américain. se serait l’avion russe qui serait en tord ?

  2. bonsoir cher arnaud,

    Merci pour tous ces articles très instructifs. Je suis heureux de voir votre site ouvert de nouveau.

    Bonne continuation,

  3. ils essayeraient probablement de garder ça secret, comme cela a été le cas entre la Grèce et la Turquie à la fin des années 90.

  4. C’est marrant que vous ne vous posiez pas plus de question…
    — Pourquoi le destroyer n’a pas répliqué par un tir de semonce ? Qu’est-ce qu’il en empêchait ? La retenue américaine ? On peut rire ?
    — Qui vous dit que l’USS Porter n’a pas porté atteinte à la souveraineté russe, soit en pénétrant dans les eaux territoriales, soit en balançant du brouillage électromagnétique en direction des Russes, d’où cette réaction ? Comme le disait un autre commentaire, si les Russes faisait des manœuvres avec un destroyer à 130 km des côtes américaines, comment régirait l’USAF ?
    La réponse est très probablement dans l’incident qui s’est produit en avril 2014 ? « Apparemment, les Américains n’ont pas oublié l’incident d’avril 2014, lorsqu’un Su-24 a pratiquement « mis hors d’usage » toute l’électronique du destroyer américain le plus neuf, le Donald Cook, »

  5. @phillippe: exact !! Je pense que les Russes qui ont, soit dit en passant récupéré quasi 80% des états de l’URSS dans la CEI ont, c’est très clair l’envie mais surtout les moyens militaires de faire du grabuge le problème pour nous c’est que le seul pipeline européen ;Nabuco passe par l’Ukraine… Poutine veut il nous fermer le robinet ??? La France qui ne réagit pas à la guerre en crimee, qui n’est qu’à 2h30 d’avion… Jouons nous dans le camp russe ? On pourrait croire que non avec Baltic air policy,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom