Même si ce fait divers a été déjà largement couvert par les médias généralistes du monde entier il est bon d’apporter un éclairage un peu plus «aéronautique». Ce vendredi 15 mai 2020 en début de matinée donc un chasseur de supériorité aérienne Lockheed-Martin F-22A Raptor s’est écrasé au plus de près de la base d’Eglin en Floride. Fort heureusement le pilote a réussi à s’éjecter et ne souffre que de blessures superficielles. L’avion réalisait un vol d’entraînement avancé.

Le Lockheed-Martin F-22A Raptor en question appartenait au 43rd Fighter Squadron. Il s’agit d’une unité très particulière. En effet sur le papier elle appartient à l’Air Combat Command mais est placée pour emploi auprès de l’Air Education & Training Command. En fait cet escadron est l’école des F-22 Raptor, c’est là que les pilotes y sont transformés après leur passage sur jet d’entraînement. Comme il n’existe pas de version biplace du super chasseur américain les futurs pilotes passent également par une longue phase sur simulateur de vol avant d’enfin prendre la bête en main. Ils retournent également sur Northrop T-38 Talon, mais là sur des avions dédiés exclusivement à la formation au vol sur l’avion furtif.
Il faut savoir qu’outre-Atlantique seuls les meilleurs élèves pilotes peuvent prétendre à voler sur Raptor.

L’accident de ce vendredi matin ne concerne donc pas une mission de défense aérienne mais bel et bien d’entraînement avancé. Il était 9 heures 15, en heure locale, lorsque le contrôle aérien d’Eglin AFB a indiqué avoir perdu l’avion alors que dans le même temps la balise du siège éjectable était activée. Cela ne pouvait annoncer qu’une chose : la perte du biréacteur furtif. Il faut savoir que bien que disposant d’un très haut niveau de furtivité les avions du 43rd Fighter Squadron embarquent un équipement d’avionique permettant d’étendre leur signature radar. Ainsi ils ne sont pas trop furtifs et peuvent plus facilement être suivis depuis le sol ou même depuis un AWACS. Ce qui est tout de même plus sécure quand on parle d’avions d’entraînement avancé et de transformation opérationnelle.

Lors de l’incident qui a conduit à l’éjection du pilote le F-22A Raptor en question survolait le champ de manœuvres et d’entraînement d’Eglin AFB. Il s’est écrasé dans une zone totalement déserte. Le pilote lui a été rapidement récupéré par un Sikorsky HH-60G Pavehawk de recherches et sauvetages au combat. Il a ensuite été héliporté vers le service médical de la base. Hormis quelques bleus et contusions légères dues à l’activation du siège éjectable et à son atterrissage sous voile il est en parfaite santé.
Sur les causes elles ne sont encore clairement défini mais certaines sources parlent d’un problème liée à une ingestion massive d’oiseaux. Le péril aviaire est particulièrement pris en compte dans le nord-ouest de la Floride où se trouve Eglin AFB. Cette région est en effet connue pour sa vaste biodiversité. Pour autant aucune confirmation n’est venue du Pentagone.

Les avions du 43rd Fighter Squadron.

Il est à signaler que les installations d’Eglin AFB ne sont que provisoires dans le cas des appareils du 43rd Fighter Squadron. Ces avions sont habituellement stationnés à Tyndall AFB mais depuis l’automne 2018 et l’ouragan Michael les F-22A Raptor l’ont déserté. Le temps de la remise en état de la base ils ont donc déménagé de quelques kilomètres.
Les accidents de ces coûteux avions sont souvent médiatisés. Il faut savoir qu’ils concernent à chaque fois des vols d’entraînement, et notamment en Floride. Cependant l’avion n’est pas globalement plus dangereux qu’autres aéronefs de combat. Enfin pas pour ses pilotes car pour les avions ennemis, notamment russes et/ou chinois c’est autre chose : c’est un cauchemar pour eux !!!

Photos © US Air Force.

Publicité

10 COMMENTAIRES

  1. J’adore la furtivité !
    Trop furtif ces avions, on ne sait plus où il sont alors : »ils embarquent un équipement d’avionique permettant d’étendre leur signature radar ».
    C’est un peu le serpent qui se mord la queue !
    Par ailleurs que veut dire ‘vol d’entraînement avancé’ ?

    • Un vol d’entraînement avancé c’est un vol qui permet de travailler de nouvelles approches du vol, de nouvelles missions, voire de nouveaux modes d’engagement des munitions. 🙂

    • C’est pareil pour le F-35 lors de vol d’entraînement ou de patrouille il porte un dégradeur de furtivité pour que les potentiels adversaires ne connaissent pas la véritable SER de sa configuration lisse, c’est à dire la plus furtive possible, du moins pour la furtivité passive.

        • Si tu fais référence à la fameuse vidéo du Rafale VS F-22, on voit quand même que l’avion réagit très bien, surtout pour un coucou de cette taille. C’est plus le pilote qui fait des erreurs bizarre (peut-être un pilote peu expérimenté au combat canon).

        • Voici un lien sur la fameuse vidéo Rafale vs F-22. Analyse par un ancien pilote de chasse, « Até ». Peut-être que vous connaissez ses vidéos :

  2. Cela signifie que plus la signature est furtive, l’électronique perd du terrain en matière d’anticipation. Bientôt le retour aux fondmentaux avec le contact visuel…chouf chouf irremplaçable..

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom