La fin du mois d’août marque aussi la période de rotation pour Baltic Air Policing. Britanniques, Espagnols et Français vont pouvoir quitter l’Estonie et la Lituanie. Ils vont être remplacés dans leur mission de protection des espaces aériens souverains baltes par leurs collègues allemands et italiens qui tous deux déploient le même modèle d’avion : l’Eurofighter EF-2000 Typhoon. Ils y resteront jusqu’aux premiers jours de janvier 2021.

Les 100 personnels et les quatre chasseurs Dassault Aviation Mirage 2000-5F déployés par l’Armée de l’Air vont donc retrouver le sol de France d’ici quelques heures. Une mission qui s’est remarquablement passé, notamment au niveau des liens franco-estoniens. La rotation est officiellement annoncée pour ce dimanche 30 août 2020. En Estonie ils seront remplacés par quatre biréacteurs Eurofighter EF-2000 Typhoon appartenant à la Luftwaffe. Une centaine de militaires allemands succèderont ainsi à la centaine de militaires français actuellement encore présente.

En Lituanie le contingent espagnol qui en plus de ses McDonnell-Douglas F/A-18A Hornet assurait le commandement opérationnel, ainsi que les Eurofighter Typhoon FGR.4 britanniques seront remplacés par quatre Typhoon italiens de l’Aeronautica Militare.
En fait depuis le 15 juillet quatre Typhoon allemands étaient déjà présents et avaient partiellement repris l’alerte des avions espagnols qui ont pas mal soufferts de pannes récurrentes durant tout ce déploiement Baltic Air Policing. Les chasseurs d’origine américaine commenceraient t-ils à accuser le poids des ans ? Le doute est actuellement permis.

En ce début septembre 2020 la Luftwaffe alignera donc huit Typhoon entre l’Estonie et la Lituanie. C’est à dire son plus gros déploiement d’avions de combat en mission opérationnelle en dehors du territoire allemand depuis sa refondation en 1954 ! Si on y ajoute les quatre avions italiens ce sont donc rien moins que douze Eurofighter EF-2000 Typhoon qui joueront le rôle de police du ciel dans cette partie de l’Union Européenne.

Des Italiens d’ailleurs qui n’avaient pas remis les pieds et les trains d’atterrissage de leurs chasseurs au sein de Baltic Air Policing depuis le printemps 2018. Sans être de mauvais élèves de la classe européenne ils y sont globalement moins présents que leurs collègues allemands, britanniques, ou français. Et pourtant l’Aeronautica Militare demeure une force aérienne aux moyens conséquents.

Les deux pays qui pourraient aujourd’hui vouloir jouer avec la défense aérienne des trois états baltes sont prévenus. Ce sont là des chasseurs de haut niveau qui viennent prendre la relève de leurs collègues sur le départ. Les rencontres avec l’aviation russe toujours aussi oppressante dans la région devraient avoir lieu régulièrement. Pour autant son alliée biélorusse sait aussi se montrer désormais hostile et menaçante ! La fin de l’été et l’automne 2020 risque de s’avérer mouvementés pour les pilotes d’EF-2000 Typhoon allemands et italiens.

Photo © Aeronautica Militare.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Une partie de la Russie jouxte la mer baltique. L’italie,l’espagne,l’amérique ont ils des côtes donnant sur la baltique? Peut-être que la géographie mondiale a changé avec la dérive des continents?Si non, Alors faut dire plutôt  » des chasseurs mig et sukhoi pour contrer la menace de l’o.t.a.n en mer baltique ».

    • Il y a beaucoup plus de pays membre de l’OTAN autour de la Baltique que pays non membres : le Danemark, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie. La Russie est donc minoritaire. Mais les ouin-ouins pro-russes dans votre genre oublient souvent (par malhonnêteté intellectuelle sans doute) cet état de fait. La Baltique, comme la Mer de Barents, le détroit de Béring, ou encore la Mer Noire ne sont en rien des territoires rattachés à la fédération de Russie. Les aéronefs alliés y ont donc toute leur place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom