Quand en 2010 l’homme d’affaire irlandais Michael O’Leary (à la tête de Ryanair) annonce vouloir commercialiser des billets d’avions pour places debout tout le monde rit en croyant à une bonne blague. Finalement ce n’était surement pas tant que ça à prendre au seconde degré. L’équipementier italien AvioInteriors propose désormais son SkyRider 2.0, une sorte de siège permettant l’accueil de passagers non assis dans une position quasiment debout ! Fort heureusement ce dispositif n’a pas encore reçu l’homologation des autorités aéronautiques internationales.

Pour autant plusieurs transporteurs asiatiques se disent déjà très intéressés par le SkyRider 2.0 et ses gains de places. En effet entre deux «sièges» il n’y a que 58 centimètres, ce qui permet une amélioration très substantielle pour les compagnies aériennes à bas coûts.
Ce sont évidemment elles les cibles d’AvioInteriors.

Pour autant pour l’instant peu de réactions du côté de chez Airbus, Boeing, Bombardier, ou encore Embraer ;  un peu comme si les grands avionneurs attendaient les résultats des études lancées par les ingénieurs de l’aviation civile. Car le voyage en station debout n’est pas sans conséquence pour la santé. Cela a été souvent étudié et démontré pour les trains et les rames de métro, mais certainement jamais pour l’aviation civile.
En effet comment envisager que des passagers puissent encaisser sans ciller dans une position semi-debout l’atterrissage de l’A320 ou du 777 dans lequel ils se trouvent ? Déjà assis dans un confortable siège de classe affaire c’est parfois assez rock & roll alors debout les pieds comme appuis j’ose à peine imaginer les dégâts sur le rachis.

En fait là où le principe même de ce siège SkyRider 2.0 est vraiment gênant c’est qu’il augmente un peu plus encore la paupérisation des passagers des vols à bas coût. Ils sont désormais vus comme de simples charges marchandes, ne méritant même plus le plus élémentaire des conforts : être assis durant le vol. Car ne nous y trompons pas cette évolution progressive de l’aviation civile commerciale s’accompagnera d’autres changements tels pourquoi pas à terme la disparition des WC à bord ou encore l’absence de coffres pour les bagages de cabine, tout devant aller en soute. Et donc être payé !

Alors je sais bien que certains vont me rétorquer que le SkyRider 2.0est prévu pour des vols courts-courriers, de maximum une heure où les passagers n’auront pas forcément le temps de se fatiguer. D’accord j’accepte cet argument. Sauf qu’on sait tous (en tous cas pour nous autres aérophiles) que la position assise est également un atout pour éviter des pertes humaines plus importantes en cas d’atterrissage forcé voire d’écrasement. J’imagine mal les personnels navigants commerciaux dire aux passagers debout de mettre leur tête entre leurs jambes.
Ou alors il va falloir ne transporter que des équipes de gymnastes !

Photos © AFP

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. le 1er avril est déjà passé.!!
    ça serait pour des vols cour courriers. certainement !
    qui voyagera ainsi plus d’une heure ?
    Imaginez une personne agée !

  2. Outre les problèmes lié à la sécurité, il y a aussi le problème des tailles des passagers, entre un enfant et un adulte de 2m.
    Puis, chose un peu bête, mais les hublots, quand on est debout, ça ne sert pas a grand chose.
    Déjà que sur certains vol a bas coût, la promiscuité des gens peu vite devenir un calvaire quand l’on est grand, mais là avec ce type d’idée…
    Ce type de dispositif va a l’encontre des règle de sécurité, même pour un vol court.
    Il y a de quoi faire passer les vol en transall pour des vol en 1ère classe.

  3. La dernière fois que j’ai vu ce truc, c’était dans  » Edge of Tomorrow »… Il faudra qu’il soient VRAIMENT low cost pour voir du monde embarquer !!

  4. Ca va finir par des vols en betaillère.
    non, sérieux, je pense que ce type de place est anti commercial, quel genre de passager accepterait de passer 1h ou 2h debout, sur un siège visiblement pas trop confortable, entasser les uns aux autres, avec un risque pour la sécurité non négligeable. On n’est pas des bête quand même.
    Je pense donc que ce genre de siège ferait au contraire une très mauvaise pub pour une compagnie meme si cela aurait l’avantage de faire baisser les tarifs. A mon sens c’est une idée contre productive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom