On a évité le drame de peu ce jeudi 24 mai 2018 dans la région de Rio de Janeiro. Un avion de combat biplace Northrop F-5FM Tiger II appartenant à la Força Aérea Brasileira s’est écrasé peu après le décollage lors d’une mission d’entraînement. Les deux membres d’équipage ont réussi à s’éjecter et ont été récupérés quasi sains et saufs par une équipe de sauvetage héliportée. Ils participaient à une mission de transformation opérationnelle d’un jeune pilote.

Ce biréacteur biplace avait décollé quelques minutes avant l’accident de la base aérienne de Santa Cruz à une vingtaine de kilomètres à l’ouest du centre-ville de Rio de Janeiro. Il s’agissait d’un des trois derniers Northrop F-5F Tiger II récemment porté au standard F-5FM par Embraer. L’avion était accompagné d’un F-5EM monoplace qui a immédiatement donné l’alerte après avoir vu le biplace décroché et s’écraser.

Le pilote du monoplace a alors orbité autour de la zone d’atterrissage des deux membres d’équipages éjectés de l’avion grâce à leurs sièges respectifs. Remarquons que le programme de modernisation avait notamment visé au remplacement de ces équipements de survie par des modèles type zéro-zéro absents à l’origine. On peut dire que les ingénieurs brésiliens ont eu le nez fin sur ce coup là.

Rapidement une équipe de sauvetage médicalisée, accompagnée de commandos des forces spéciales brésiliennes, s’est posée à l’aide d’un Eurocopter CH-36 Caracal sur la zone pour récupérer les deux pilotes. Ils souffrent tous deux de contusions légères principalement dues à l’éjection et à leur atterrissage. L’un des deux a d’ailleurs terminé sa course dans un arbre.

Les commandos eux sont restés sur la zone du crash afin de la tenir saine jusqu’à l’arrivée des enquêteurs militaires. Dans un pays comme le Brésil où la pauvreté et le crime vont de pair il n’est pas rare que les scènes d’accidents de la route ou d’accident d’aéronefs soient pillées. C’est choquant mais c’est une triste réalité dans ce pays. D’où ce déploiement de forces surprenant.

Eurocopter CH-36 Caracal de recherches-sauvetages au combat.

Pour l’instant aucune information n’a fuité sur les origines de cet accident même si les autorités brésiliennes ont d’ores et déjà écarté l’hypothèse terroriste ou criminelle. Les gangs y ont bien les moyens d’abattre un hélicoptère mais sûrement pas un avion de combat, même d’ancienne génération comme le Tiger II.

Photos © Força Aérea Brasileira.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom