Pas de doute les pilotes de la QRA de la Royal Air Force n’ont sans doute pas eu le temps de prendre leur «breakfast» ce samedi 28 novembre 2020. Ils ont été sonné pour rejoindre avec leurs chasseurs multi-rôles Typhoon FGR.4 deux pistes radars inconnues au large des côtes de Mer du Nord. Sur place ils se sont retrouvés nez à nez avec deux avions de reconnaissance stratégique Bear-Foxtrot appartenant à la fédération de Russie. Les intrus volaient bien évidemment avec leurs transpondeurs éteints.

Il était environ 7 heures 45 du matin quand la Quick Reaction Alert de la Royal Air Force a été avisée de l’approche de deux avions inconnus évoluant au plus près de l’espace aérien souverain du Royaume-Uni. Aux vues du profil de vol il ne faisait aucun mystère qu’il s’agissait d’avions stratégiques russes en mission de recueil du renseignement en Mer du Nord. À l’instar de la Mer de Barents ou de la Baltique cette étendue d’eau est actuellement dans le collimateur des forces russes qui veulent en faire leur pré carré. Pas de bol pour elles les nations de l’OTAN, et au premier plan le Royaume-Uni, ne sont pas d’accord.

Deux Eurofighter Typhoon FGR.4 ont donc pris les airs en alerte, armés de missiles air-air bons de guerre et accompagnés d’un ravitailleur en vol Airbus DS Voyager KC.2. Les aéronefs de la Royal Air Force ont donc été guidés vers les deux échos radars qui se sont avérés être des Tupolev Tu-142 Bear-Foxtrot. Pour mémoire il s’agit d’avions d’espionnage aéroporté et de reconnaissance maritime dérivés du célèbre bombardier stratégique Tu-95 de la guerre froide. Évoluant hors de tous plans de vol et sans signaux de reconnaissance internationale ces deux avions militaires russes s’approchaient dangereusement d’une base navale britannique et de plusieurs installations stratégiques.

L’un des deux Tu-142 Bear Foxtrot ayant titillés la défense de Sa Majesté.

Ils ont été encerclés par les deux chasseurs britanniques qui sont cependant rester à bonne distance afin de ne pas risquer de froisser les équipages russes. Les Typhoon ont alors fermement mais cordialement invité les intrus à s’éloigner. Au bout d’une demi-heure les avions de la RAF ont rompu la formation avec les deux Bear-Foxtrot. Ceux-ci avaient fait demi-tour et repris le chemin de leur base.

Il n’est pas rare que des avions russes s’approchent de très près des espaces aériens souverains des nations de l’OTAN sans que cela n’émeuve l’opinion publique moscovite. Si les Européens en faisaient le tiers ou le quart on verrait tous les médias pro-Poutine (et leur cortège de trolls débiles !!!) pousser des cries d’orfraies. On appelle cela «deux poids deux mesures».

Photos © UK Ministry of Defence.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Super site, j’adore le lire chaque jour.
    mais j’ai une petite question.
    Les avions russes risquent-ils des sanction au bout d’un moment?
    Personnellement, je commence a en avoir ras le bol qu’ils puissent se permettre cela sans sanction de la part de la communauté internationale? Bien que celle-ci, j’ai l’impression malheureusement qu’elle devient de plus en plus laxiste.
    A part ces quelques remarques, j’adore ce site, je vous le redis.

    Bonne journée : )

  2. Considération purement esthétique (qui anime un fan d’aviation avec une faiblesse pour l’exotisme du matériel ex soviétique) mais il ne me semble pas avoir vu fréquemment cette livrée gris claire sur les « Bear », gris foncée ou « métal » la plupart du temps non ? Du coup il a une bonne gueule ce Bear … je trouve !

    • Oui totalement d’accord avec vous. Habituellement ces avions ont une livrée plus terne. Là il est assez classe. Bon en même temps étant un grand fan du Tu-95/Tu-142 je suis difficilement objectif quand il s’agit de cet avion.

  3. En 2020 les deux canons de la tourelle de queue demeurent toujours. Je me demande si c’est par « flemmardise » qu’ils ne sont pas démontés, contrairement aux B-52H, et s’ils sont par ailleurs encore alimentés en obus lors des vols ou alors ces canons ne sont que du bluff.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom