Depuis maintenant trois semaines l’archipel hawaïen vit au rythme de la terre qui gronde et de la lave qui jaillit. Le volcan Kilauea, sis sur l’île même de Hawaï, est actuellement en éruption. Une situation suivie de très près par les vulcanologues américains de l’US Geological Survey qui l’observent depuis les airs à bord d’hélicoptères loués spécialement pour l’occasion. C’est la société privée Paradise Helicopters qui assurent ces vols à haute risque.

Ce transporteur n’est pas un inconnu pour bon nombre de passionnés d’aviation, et pour cause. C’est lui qui possède le célèbre Hughes 500 jaune, orange, et brun sombre utilisé dans les années 1980 par la cultissime série télé Magnum. Un hélicoptère qui vole toujours aujourd’hui, principalement pour des vols charters.

Néanmoins en ce moment ce sont plutôt deux autres appareils de la compagnie qui sont au cœur de l’actualité. Les deux Bell 407 immatriculés N407WH et N807PH assurent les vols de surveillance et de reconnaissance au-dessus des différentes cheminées du volcan Kilauea. Et ces vols ne sont pas sans danger.
En effet la lave qui se déversent le long des flancs du volcan crée, au contact des eaux du Pacifique, de volumineux nuages de vapeurs acides qui remontent ensuite dans le ciel. Un risque suffisamment lourd pour nécessité l’interdiction stricte de survol de la zone à tout aéronef civil en dehors des deux hélicoptères de Paradise Helicopters. Même les hélicoptères du bureau du shériff n’ont plus le droit de s’en approcher. En fait outre ces deux Bell 407 privés seuls les appareils de l’US Coast Guard et de l’US Army National Guard ont le droit de s’en approcher.

D’ailleurs lorsque les vulcanologues américains ont besoin de réaliser des prises de vues sur une période plus longue que la demi-heure de survol autorisée pour les hélicoptères de Paradise Helicopters ils n’hésitent pas à faire appel à un des Lockheed HC-130H Hercules basé à CGAS Barbers Point. Ce type d’avion permet de donner de meilleurs images que les appareils photos habituels des scientifiques et surtout d’orbiter en zone de sécurité.

Un des deux Bell 407 loués auprès de Paradise Helicopters par les vulcanologues.

L’urgence fédérale ayant été décrétée sur l’île de Hawaï les autorités attendent désormais des renforts aériens, et certains médias commencent à parler du déploiement d’un drone de reconnaissance MALE General Atomics MQ-1C Gray Eagle de la part de l’US Army. Un avion sans pilote qui pourrait surveiller le volcan pendant une durée d’une vingtaine d’heures. Reste à savoir si le Pentagone va accepter.

Photos © USGS

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom