On ignore actuellement encore les raisons de ce drame. Ce lundi 26 novembre 2018 en fin de matinée un hélicoptère d’assaut et de soutien Bell UH-1H Iroquois turc s’est écrasé dans un quartier résidentiel de la mégapole d’Istanbul. Quatre des cinq passagers et membres d’équipage de l’hélicoptère ont péri mais fort heureusement aucun civil résidant dans le quartier n’a été impacté. Désormais c’est à l’armée turque d’enquêter.

C’est donc aux alentours de 11 heures du matin (en heure locale) que cet hélicoptère a chuté prématurément. Le pilote aurait alors tenté de poser son Bell UH-1H Iroquois dans une rue peu fréquentée d’un quartier pavillonnaire d’Istanbul. L’équipage de cet hélicoptère monoturbine réalisait un entraînement au vol en zone urbaine. Selon plusieurs témoins le pilote aurait réussi à maintenir son appareil en auto-rotation pendant quelques secondes avant de décrocher à une trentaine de mètres du sol. Après quoi l’hélicoptère a violemment heurté le sol tuant sur le coup le pilote, le copilote et deux passagers.
Le troisième passager a lui été pris en charge par une équipe médicale dans un état annoncé critique.

Immédiatement le ministère turc de la défense a annoncé l’interdiction de vol temporaire de tous les Huey en service dans l’armée, la force aérienne, et les forces de l’ordre du pays, soit un peu plus de 200 machines. Toutes doivent être inspectées mais les enquêteurs militaires n’excluent pas également une collision aviaire comme cause possible de ce dramatique écrasement.
Actuellement la Turquie est au sein de l’OTAN un des principaux utilisateurs de ce vénérable hélicoptère. Malgré la présence de machines plus récentes comme le Blackhawk ou le Super Puma les Iroquois demeurent des appareils encore largement mis en œuvre.

Autant dire que les résultats de l’enquête vont être très attendus par les militaires de ce pays.

Photo © OTAN

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom