C’est un très grand jour pour l’avion de combat omnirôle français. Ce jeudi 10 septembre 2020 s’est tenue la cérémonie d’entrée en service du Dassault Aviation Rafale au sein des forces indiennes. Devant un parterre d’officiels le N°17 Squadron Golden Arrows de l’Indian Air Force est donc devenue la première unité indienne à faire voler officiellement l’avion. Actuellement cinq exemplaires sont en dotation.

Ces cinq premiers Dassault Aviation Rafale sont donc désormais les plus modernes avions de combat en service dans l’Indian Air Force. Il s’agit de trois monoplaces Rafale EH et de deux biplaces Rafale DH. Ces derniers ne sont pas exclusivement des avions de transformation opérationnelle. Ce sont également de véritables plateformes de combat à l’instar des Rafale B de l’Armée de l’Air.
Les plans de l’avionneur et du ministère indien de la défense prévoient d’échelonner la livraison des 36 avions commandés jusqu’à fin 2021.

En attendant donc la base aérienne d’Ambala dans le nord du pays a accueilli la cérémonie d’intronisation du Rafale dans l’arsenal indien. Elle est le nid du N°17 Squadron Golden Arrows qui met en œuvre ces premières machines. Et pour l’occasion c’est une bonne partie du gratin aéronautique français et indien qui avait fait le déplacement.
En tête d’affiche outre les avions eux même on retrouvait madame Florence Parly, ministre française des Armées, et monsieur Rajnath Singh ministre indien de la défense.
Eric Trappier et Eric Beranger, respectivement patrons de Dassault Aviation et de MBDA, étaient bien évidemment en bonne place. Les autorités de l’Indian Air Force également. L’Armée de l’Air était représenté par le général de corps aérien Eric Autellet, actuel Major Général de l’Armée de l’Air. Pour celles et ceux qui l’ignoreraient cela signifie qu’il est le numéro 2 des forces aériennes françaises.

Désormais donc l’histoire indienne du Dassault Aviation Rafale peut commencer. Et il se murmure en Inde que l’avion français est déjà allé flirter avec les frontières chinoises au Ladakh tout proche. Il faut dire que le nouveau biréacteur d’origine française représente un véritable plus pour l’Indian Air Force dans sa guerre des nerfs avec son homologue chinoise.
Cette entrée en service officielle de l’avion français est également sans doute scruté de près par les avionneurs étrangers, et notamment Sukhoi en Russie. Car en cas de véritable réussite il est indéniable de que futurs commandes seront envisageables.

Photo © Indian Air Force.

Publicité

13 COMMENTAIRES

    • @ Steph : Quelle question…. On aurait pu vendre des frites ou des courgettes pour accompagner les Rafales mais finalement ce sera des missiles Mica, Météor et Scalp. Peut-être qu’il y aura aussi en dessert un nappage AASM.
      Steph, voyons !

  1. l’Inde va montrer que le rafale est le véritable game changers . Ou pas, en tout cas on va vite être fixé.
    Ils recommandent des rafales : c’est oui !
    Ils n’en recommandent pas : c’est non !

  2. L’Inde a acquis des Rafales pour se défendre c’est un fait mais surtout pour augmenter son potentiel de dissuasion vis à vis de la Chine. Les chinois estiment leur J20 supérieur à l’avion français et maintenant ils vont devoir le montrer en déployant leur chasseur de  » 5ème génération  » face au Rafale. Mais pour le moment ils semblent plutôt dans l’intention fe faire baisser les tensions avec l’Inde mais en même temps augmentent la pression en mer de Chine et contre Taïwan. C’est là l’éternel dilemme des dictatures : quand on se  » dégonfle ” d’un côté on se doit de donner le change à sa population lobotomisée en jouant les gros bras ailleurs. En tous cas le Rafale de « 4ème génération” soutient sans problème la comparaison avec le J20

  3. C’est moins le Rafale que le METEOR et le SCALP qui sont des game-changers.. Certes le biréacteur français apporte un jus nouveau, une cellule avec du potentiel, une capacité informationnelle, de l’allonge, mais ce qui est intéressant c’est d’atteindre des objectifs en territoire ennemi tout en restant dans son propre espace aérien.
    Commencer à abattre des appareils adverses en restant tranquillement derrière sa frontière, c’est une position très confortable et c’est très dissuasif.

    • Dissocier un système d’armes de ses armes n’apporte rien et ne démontre rien. C’est un ensemble qui est pertinent ou pas. Par ensemble il faut tout englober: cellule, calculateur (on peut même parler d’IA) radars, réacteur, osf, système d’auto protection, missiles, bombe, canon, confort pour le pilote, et même la formation des pilotes. C’est un tout qu’il faut regarder et pas les éléments séparés les un des autres.

    • Rappelons tout de même James que si les pilotes indiens campent depuis quelques mois dans le bordelais ce n’est pas pour la qualité de sa gastronomie. 😉

      • Effectivement Arnaud mais les chasseurs ne travaillent jamais seuls mais avec les systèmes au sol et en l’air (AWACS) et là il n’y a que chez eux que les Indiens peuvent s’entraîner dans des conditions totales

        • Oui une fois encore vous avez raison. Et vous avez sans doute vu que l’Inde vient de passer commande à la Russie pour un nouveau lot de deux Beriev A-50. Il peut y avoir corrélation. 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom