On ne peut pas franchement dire que sur ce coup là les pilotes russes se soient mis en danger ou bien aient fait preuves d’un quelconque courage. Ce jeudi 22 novembre 2018 en mer Baltique deux avions de combat Sukhoi Su-24 porteurs de marquages russes ont survolé à très basse altitude le navire de commandement et de soutien Godetia. Il faut savoir que ce bâtiment de la Composante Marine n’emporte qu’un armement très réduit et ne possède aucun moyen propre de se défendre face à des jets de combat. Les biréacteurs ont réalisés plusieurs passages particulièrement bas permettant aux marins belges de distinguer parfaitement leurs missiles.

C’est au matin que les deux avions russes ont survolé le Godetia alors qu’il se trouvait dans les eaux internationales. Le navire belge assurait le commandement d’une mission internationale de guerre des mines, ce qui en fait est le gros de son quotidien en temps normal. Plusieurs navires de lutte anti-mines de nations de l’OTAN étaient placés sous sa direction et à aucun moment ils ne se sont approchés des eaux russes.
Déjà la veille en après-midi un submersible russe avait été aperçu non loin de là, épiant les agissement de cette flotte internationale.

Mais là la Russie semble avoir voulu hausser le ton. À l’instar de la mer Noire, la mer Baltique est considérée par Moscou comme son pré carré. Et il n’est pas rare que certains de ses avions de combat montrent les armes face à des navires de forces de l’OTAN.
Or les pilotes de ces deux Sukhoi Su-24 Fencer se sont visiblement montrés très agressif vis à vis de l’équipage belge.

Mais il y a une grosse différence entre survoler à basse altitude un destroyer américain ou une frégate française et survoler à basse altitude le Godetia. C’est que dans le premier cas les pilotes russes pourraient se mettre en danger puisque ces navires disposent d’un lourd armement anti-aérien tandis que dans le second ils ne courent aucun risque. Le seul armement du bâtiment de soutien et de commandement belge est en effet réduit à quatre mitrailleuses mobiles de calibre 12.7mm.
Pas franchement de quoi mettre en danger de lourds avions d’attaque russes.

Il est à signaler d’ailleurs que les jours de ce navire belge sont désormais comptés puisque la Composante Marine a approuvé en janvier 2018 la commande à venir d’un nouveau type de bâtiment destiné à le remplacer ainsi que les cinq chasseurs de mines de classe Tripartite conçus à l’origine pour le besoins belges, français, et néerlandais.

Un incident aéronavale qui risque bien de tendre un peu plus les relations diplomatique en Moscou et Bruxelles, et ce dans tous les sens du terme. Quoiqu’il en soit la Composante Marine n’a pas annoncé avoir mis fin au déploiement de son bâtiment en mer Baltique.
La preuve que cette tentative d’intimidation par l’aviation russe n’aura une fois encore servi à rien !

Photo © Composante Marine.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. Pour l’instant personne, n’oubliez pas que lors des infos à chaud, tout et n’importe quoi est dit et que chaque média parle de part sa propagande. Attendons les retour à froid pour vraiment analysé ce cas.
    C’étais déjà le cas contre Bashar avec les attaques chimiques et les frappes de la coalition qui environ un mois après, quand quasiment tout le monde avait oubliés que des experts des deux cotés on confirmé que ce n’était pas les troupes de Bashar qui avaient fait le coup mais des mecs de l’ EI/DAECH.

    Donc attendons les retours à froids.

    • Sachant que en soit ce genre de passage ne peut pas vraiment être considéré comme agressif, quelle type de show of force peut être considéré comme menacent sur des frégates ou detroyé US ou français quand les mecs ce pointe avec des avions soit en configuration lisse soit contre un navire qui ne peut rien leurs faire. C’est juste pour montrer que, vous êtes pas loin de nos eaux et qu’on tiens à vous précisé qu’on est là et qu’on vous vois, faite pas les innocents. c’est un peu la même choses dans l’aviation.
      Le cas au Japon est l »un des plus flagrant car même les Japs envoient des avions un peu à l’avance quand des aeronefs chinois ou autre sont à la limite de leurs territoires. Je ne parle pas d’avions ayant pénétré la zone, juste de ceux qui la frôle. Rien d’étonnant, juste de la prévention. En plus c’est pas comme si l’on connaissait très bien les russes qui on une habitude de ce genre de spectacle. N’oubliez pas que les ricains en faisait autant et encore un peu aujourd’hui et ça ne dérange personne. Moi le premier, c’est de bonne guerre .

      • Je partage votre avis, rien de neuf par rapport à ce qui se faisait durant la guerre froide, et ce de part et d’autre, tant pour les avions que le sous-marin, les camps en présence observent l’adversaire, parfois discrètement pour glaner du renseignement, parfois ouvertement pour lui faire savoir qu’ils sont là.
        Trident Juncture 2018, le plus gros exercice de l’OTAN depuis bien des années, a eu lien en Norvège il y a moins d’un mois, et a sûrement échaudé les Russes, même si d’après l’OTAN l’éloignement des manœuvres visait à ne pas les alarmer (1000km des frontières pour les navires, 500km pour les aéronefs).

        Même s’il est un fait avéré que la manière russe est bien souvent moins protocolaire et plus téméraire que celle de l’OTAN, de là parler de manœuvres violentes ou d’agression, c’est sans doute un tantinet exagéré de la part de RTBF. De surcroit, il est fait mention dans les médias belges d’une frégate de défense aérienne dans les parages, la Marie-Louise, qui réalisait un exercice avec des appareils suédois. Ces derniers auraient par la suite intercepté les bombardiers russes d’après les témoignages (sous caution). Mais chaque camp ira de sa petite musique, les uns criant à l’agression, les autres au viol de leurs eaux territoriales, ça non plus, ça n’est pas nouveau.

        Surtout qu’il y a bien plus préoccupant niveau tensions aéronavales… en Crimée notamment, des SU25 et KA52 bien armés patrouillent le détroit de Kertch depuis hier, suite à la saisie des navires ukrainiens par les forces spéciales russes.

    • Faudra que vous nous expliquiez Marc en quoi c’est « anti-russe primaire » le fait de souligner que l’aviation russe a violemment manœuvré au-dessus d’un navire quasi désarmé voguant dans les eaux internationales ? Non car là franchement je ne vois pas.
      D’avance merci 🙂

  2. Nous on en fait tout un plat quand des Tu-22 ou Tu-95 frole nos eaux territoriales donc la réaction russe ne me surprend pas si nos navires ont été à la limite des leurs eaux territoriales.
    Parfois le provocateur est tout aussi coupable que celui qui a fait preuve d’agacement.

    • Vous conviendrez qu’il existe tout de même une (très) légère différence entre un bombardier Tu-22M ou Tu-160 et un bâtiment de soutien quasi désarmé comme le Godetia. Le rapport de dangerosité n’est pas exactement le même. Non ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom