Tenter de retrouver des corps et débris d’un avion de ligne gisant par une trentaine de mètres de profondeurs n’est jamais chose aisée, l’accident survenu ce lundi 29 octobre 2018 en atteste. Ce samedi 3 novembre 2018 un plongeur spécialisé est décédé suite à un accident de décompression alors qu’il participait à la remontée en surface de restes humains. Pour autant les recherches progressent puisqu’une des deux boites noires avait été retrouvée ce jeudi 1er novembre. On ignore cependant de laquelle il s’agit.

L’accident de décompression qui a entraîné la mort de ce plongeur bénévole de 48 ans s’est déroulé à une quinzaine de mètres de profondeurs en mer de Java. Selon le porte-parole des équipes de secours l’homme, nommé Syachrul Anto était particulièrement habitué à ce type de mission à haut risque. Aucune faute ne semble avoir été commise et il était accompagné de trois autres plongeurs secouristes, bénévoles eux-aussi. La victime prêtait régulièrement main forte aux équipes de sauvetages depuis le grand tsunami de 2005 et était apprécié de beaucoup.
C’est dire du coup si le drame a marqué sur place.

Outre la trentaine de plongeurs secouristes bénévoles on trouve une centaine de militaires spécialisés dans ce type de missions. Ils agissent depuis quatre navires de la marine indonésienne : les corvettes Silas Papare et Usman Harun, le patrouilleur Tenggiri (voir photo d’illustration en une), et le chasseur de mines Pulau Raas. Ce dernier bâtiment sert aujourd’hui principalement à la recherche de la seconde boite noire par écho-localisation.

Bien sûr il n’y a plus aujourd’hui aucun espoir de retrouver de survivant parmi les 189 passagers et membres d’équipages du Boeing 737-8 Max. Les équipes tentent donc désormais de remonter des corps mais bien souvent ceux-ci démembrés, ce qui va forcément ralentir le travail des experts en identification criminelle. De plus la presse indonésienne annonce que des requins ont été aperçu aux abords immédiats des restes de la carlingue et que vraisemblablement ils auraient dévoré certains restes humains. Aussi horrible que cela paraisse c’est aussi ça la nature !

Selon la marine indonésienne les recherches pourraient encore durer une semaine à la fois pour retrouver la seconde boite noire mais également pour repêcher un maximum de dépouilles.

Photo © Reuters.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom