Difficile début d’année 2019 pour les forces aériennes russes, quelques jours après la collision de deux de ses avions d’attaque Sukhoi Su-34 Fullback. Ce mardi 22 janvier 2019 un bombardier stratégique Tupolev Tu-22M Backfire s’est écrasé au retour d’une mission d’entraînement dans le nord de la Russie. Trois des quatre membres d’équipage ont péri dans l’accident. Le pronostic vital du dernier est engagé.

C’est alors qu’il se préparait à atterrir sur sa base aérienne de la péninsule de Kola, non loin de la ville de Mourmansk, que pour une raison encore inconnue ce Tupolev Tu-22M-3 a décroché et heurté violemment le sol. À l’arrivée des équipes de secours deux des quatre membres d’équipages étaient décédés tandis que les deux autres étaient très grièvement blessés. Transportés tous deux à l’hôpital l’un n’a pas survécu tandis que le second est toujours au moment où ces lignes sont écrites entre la vie et la mort. Ses chances de survie sont annoncées comme minces.

Les médias russes soulignent qu’au moment de l’atterrissage la météo était exécrable sur la région de la base. Des vents tournoyants faisaient voltiger la neige qui tombait par ailleurs en abondance. Et le cisaillement des vents interdisait le décollage des avions et hélicoptères, limitant les opérations aériennes aux seuls atterrissages.
En outre l’équipage revenait d’un long vol d’entraînement nocturne et il n’est pas impossible que la fatigue soit également à l’origine de ce drame.

Pour mémoire le Tupolev Tu-22M Backfire (aussi parfois appelé Tu-26) demeure aujourd’hui encore le principale bombardier stratégique en service dans l’aviation russe. Des exemplaires ont notamment été déployés au-dessus de la Syrie en soutien des forces du dictateur El-Assad. Ce très bon avion à géométrie variable doit d’ailleurs faire l’objet d’une modernisation dans les prochains mois.

Cet écrasement est le plus lourd drame pour un équipage de Tu-22M Backfire depuis août 2008. À cette époque là en effet un avion similaire avait été descendu par la DCA géorgienne lors des combats en Ossétie du nord. Là encore trois des quatre membres d’équipage avaient trouvé la mort.
Cette fois-ci les enquêteurs excluent totalement toute thèse autre qu’accidentelle bien sûr.

Photo © Wikimédia commons.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom