On pensait que ce phénomène débile était passé de mode, finalement non. Ce samedi 19 janvier 2019 à Toulouse un hélicoptère de la gendarmerie a été ciblé par un pointeur laser alors qu’il participait à une mission de surveillance et de maintien de l’ordre dans le cadre du mouvement social des gilets jaunes. L’auteur de cette attaque a été interpellé et présenté au tribunal qui l’a condamné à deux ans et demi de prison dont un ferme. Le pilote a expliqué à la barre avoir éviter de peu l’accident aérien.

Pour mémoire le faisceau laser ne fait pas qu’illuminer le casque du pilote il l’aveugle littéralement pendant quelques (très longues) secondes. Malgré la visière teinté ses rétines auraient pu être gravement brûlées par la lumière, et ce de manière irréversible. Dans certains cas ces actions conduisent à la cécité.
Rappelons que le pointeur laser est dans ce sens une arme par destination.

Au tribunal le pilote de gendarmerie a témoigné, expliquant qu’au moment où il a été aveuglé par le laser il survolait le centre-ville de Toulouse. Un secteur bondé de monde en ce samedi à la fois de mobilisation des gilets jaunes et de soldes dans les nombreuses boutiques du quartier. Il a explique que ce n’est que grâce à sa dextérité et à la présence de son équipage qu’il a réussi à éviter le pire : l’écrasement. Le bilan humain aurait pu être dramatique.
La gendarmerie nationale n’a cependant pas communiqué sur le modèle de l’hélicoptère visé.

Que ce soit à l’étranger ou en France le pointage au laser d’un aéronef est un délit sévèrement puni. Cet irresponsable manifestant du mouvement des gilets jaunes en est la preuve flagrante. Au-delà de l’aspect violent de la démarche c’est surtout un acte d’une incroyable et profonde bêtise que de vouloir aveugler le pilote ou l’équipage d’un aéronef en vol. Que ce soit un avion ou un hélicoptère le résultat est le même.

Photo © Wikimédia commons.

Publicité

9 COMMENTAIRES

  1. Et encore tu ne parles pas de tes confrères journalistes qui se sont faits passer à tabac par des gilets jaunes. Manifester c’est tout à fait normal mais la violence doit s’arrêter. Moi je me suis fait casser deux appareils photos durant un rassemblement sur les Champs Elysées et ce n’était pas par les CRS ou les gendarmes.

  2. Merci pour cette information Arnaud. C’est vraiment dommage que les condamnations pour ce type d’infractions (stupides) ne soient pas plus médiatisées.

  3. HS
    Celà ne m’étonne guère. Si un gilet jaune possédait un cerveau ça se saurait. Au début ce mouvement avait du sens mais depuis fin décembre c’est devenu n’importe quoi, une grande récréation avec un charabia de revendication devenues inaudibles. Certaines personnes mal intentionnées de départ y vont car ils ont du temps a perdre, veulent tromper l’ennui en foutant le bordel en toute impunité. Quand on voit l’esprit complotiste, provocateur et mensonger des « leader » gilets jaune il ne faut pas chercher plus loin pour savoir pourquoi ce mouvement à mal tourné. Cet abruti mérite emplement sa condamnation.

  4. cest amusant cette justice a deux vitesses. pilote helico et membre des forces de défense et de sécurité moi même et plusieurs fois illuminé, il n’y a jamais eu même de comparution pour les coupables pourtant identifiés…

  5. Bonjour.
    Est ce qu’il s’agit de l’hélicoptère qui a « bombardé » la foule avec des grenades lacrymogènes ?
    Si tel est le cas, ne s’agit-il pas, d’une sorte de « légitime défense » ?

    • C’est là que votre réponse tombe totalement à l’eau : vous êtes sur un site de passionnés d’aviation, et notamment d’aviation militaire. Tous nos lecteurs et toutes nos lectrices savent pertinemment que les hélicoptères de gendarmerie ne sont pas utilisés pour de telles actions. Et que donc ce « bombardement » n’a existé que dans votre cerveau.
      Dommage vous venez Philippe13 de perdre toute forme de crédit ici. 🙂

  6. Sidérant conne nouvelle… Il est d’usage dans certaines marines de guerre d’employer dans certaines situations de tels rayons afin d’intimider les aéronefs de d’autres nations. Mais le geste posé à Toulouse est d’une tout autre nature. Celui est un acte criminel qui mérite la prison. Malgré l’existence de lunettes de protection, il me semble difficile de prévenir de telles agressions lors de manifestations.

  7. Pour compléter la réponse d’Arnaud à Philippe 13, il faut se souvenir que la force utilisée en légitime défense doit être (entre autres critères) juste et proportionnée à l’attaque à laquelle elle s’oppose… ici Philippe /3 vous êtes loin du compte !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom