Plus de peurs que de mal, mais un accident grave pour les moyens de défense de la Côte d’Ivoire. Ce mercredi 18 mars 2020 au matin un hélicoptère de combat Mil Mi-24 appartenant à l’armée de l’air ivoirienne s’est écrasé peu après son décollage de la partie militaire de l’aéroport d’Abidjan. Heureusement les deux membres d’équipages ne souffrent que de contusions légères. Une enquête a été confiée aux FRCI, les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire.

Il était 9 heures 45 du matin (en heure locale) quand l’équipage de l’hélicoptère a eu le feu vert pour décoller du tarmac de l’aéroport international Félix-Houphouët-Boigny sis en banlieue d’Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire. Le Mil Mi-24D n’était pas armé lors de l’accident et prenait les airs pour un vol d’entraînement. Les deux membres d’équipage étaient parfaitement qualifiés pour ce type d’appareil au moment de l’accident.
Pour une raison encore inconnu l’hélicoptère s’est écrasé alors qu’il étaient en phase de décollage. Il a chuté quelques secondes seulement après avoir quitté le sol. Selon les témoins le biturbine se trouvait alors à une dizaine de mètres de hauteur seulement.

Après avoir heurté le sol l’hélicoptère de combat s’est couché sur son flanc droit. Les deux membres d’équipage ont réussi à s’en extraire, malgré leurs blessures. Fort heureusement il ne transportait aucun passager dans la partie arrière de l’appareil. L’officier armement ne souffre que de quelques bleus et écorchures et le pilote d’une fracture légère. Au niveau du bilan humain cela aurait pu être bien plus grave.
Il faut dire que malgré son âge le Mil Mi-24 Hind jouit de la réputation d’être un hélicoptère qui protège assez bien ses équipages. Nous en avons ici la démonstration flagrante.

Cet accident est un coup très dur porté aux Forces Républicaines de Côte d’Ivoire en général et à l’Armée de l’Air Ivoirienne en particulier. Les trois Hind (deux Mi-24 et un Mi-35) représentent les seuls capacités offensives et défensives de l’aviation de ce pays depuis le retrait du service des deux derniers Sukhoi Su-25 voici quelques années maintenant. Bien qu’officiellement stockés ces avions d’attaque ne devraient jamais reprendre de service, leur état s’étant bien trop dégradé. Il y a quelques mois des rumeurs et infos contradictoires faisaient état de la volonté ivoirienne d’acquérir entre deux et trois Embraer A-29A Super Tucano, mais cela n’a jamais semblé aboutir.
Le Hind demeure donc le seul aéronef armé en Côte d’Ivoire. Et sa flotte est donc désormais amputé d’un tiers de ses capacités.

Pourtant rapidement les Forces Républicaines de Côte d’Ivoire ont annoncé que l’hélicoptère serait réparé aussitôt l’enquête terminée. Vue l’opacité générale qui entoure les questions de défense dans ce pays africain francophone il y a assez peu de chances pour qu’on sache un jour ce qui s’est réellement passé avec cet hélicoptère de combat.

Photo © agence Reuters.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom