Ce sont des mouvements de troupes qui ne sont pas passés inaperçus. Depuis ce lundi 23 mars 2020 l’Australian Defence Force a demandé à une partie de ses militaires déployés actuellement sur les théâtre d’opération afghans et irakiens de rejoindre des bases arrières voire directement le territoire australien. Selon les autorités locales ce sont un peu plus de 30% des forces australiennes déployées qui sont concernées par ce pont aérien organisé par la Royal Australian Air Force. Il ne s’agit pas d’un désengagement mais plutôt d’une réorganisation temporaire des forces.

Le premier des théâtres concernés est celui d’Irak, connu en Australie comme opération Okra. Sur les 780 femmes et hommes déployés 120 ont été redéployés vers la base aérienne émiratie d’Al Minhad où sont déjà stationnés les dix avions australiens présents dans la région. Il s’agit de huit avions de combat Boeing F/A-18F Super Hornet, un avion de veille radar Boeing E-7A Wedgetail, et un avion de ravitaillement en vol Airbus KC-30A Voyager. Eux par contre ne devraient pas quitter la zone. En outre 77 personnels de santé de l’Australian Defence Force ont rejoint le territoire national. Ce sont principalement des médecins urgentistes et réanimateurs, ainsi que des infirmiers et infirmières.

Le second théâtre est donc l’Afghanistan. Dans le cadre de l’opération Highroad les forces australiennes maintiennent 275 personnels pour des missions de formation au profit des armées et de la police afghanes. Sur ce total 140 ont d’ores et déjà quitté le pays et été redéployées également vers les Émirats Arabes Unis. Sur ce total trente personnels de soins et d’assistance médicale a été également embarqué dans le même avion que leurs collègues déployés en Irak et rapatriés en Australie.

Pour les évacuations inter-théâtre la Royal Australian Air Force a eu recours à deux de ses Lockheed-Martin C-130J-30 Super Hercules de transport tactique. Quand au rapatriement des 107 personnels de santé venus des missions afghanes et irakiennes il s’est déroulé entre les Émirats Arabes Unis et l’Australie à bord d’un quadriréacteur de transport stratégique Boeing C-17A Globemaster III.

Bien évidemment c’est la crise sanitaire du coronavirus Covid19 qui a nécessité ce chamboulement dans les déploiements australiens. Dans le pays beaucoup s’inquiétaient des risques encourus par les troupes dans ces deux pays. Mais surtout le gouvernement a demandé le rapatriement d’une partie des équipes de santé des forces armées, dans le cas où comme en Europe et aux États-Unis le recours aux services de santés des armées soit rendu obligatoire.
L’Australie est le premier pays d’importance majeure à faire des coupes dans ses unités déployées afin de les rapatrier en prévision du risque épidémiologique. Pour autant aucun retour au pays de toutes les forces déployées n’est annoncé. Les avions de combat et de soutien continuent de voler au profit de la coalition internationale contre Daesh.

Photo © Wikimédia Commons.

 

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom