Même les meilleurs doivent répéter régulièrement leurs gestes techniques afin de demeurer au top. La preuve en est qu’actuellement la patrouille acrobatique de l’aéronavale américaine poursuit son entraînement d’hiver, malgré l’annulation de plusieurs dates de meetings aériens. Depuis leur home sweet home de Floride les Blue Angels enchaînent les figures. Et en plus ils jouissent actuellement d’une météo très clémente.

Entraînement en formation serrée.

C’est en effet sous un soleil omniprésent que les McDonnell-Douglas F/A-18 Hornet enchaînent les exercices et les figures en vue de leurs futures présentations en vol. Bien que leurs premières dates, celles d’avril, aient été annulées en raison de l’épidémie mondiale de Covid19 les Blue Angels s’entraînent pour les suivantes. La patrouille acrobatique américaine compte bien présenter son programme cet été.

Jusqu’à preuve du contraire la saison des meetings aériens aux États-Unis n’est pas annulée. Elle est juste reportée de quelques semaines. Et c’est ce qui motive qu’à NAS Pensacola en Floride les pilotes d’élite de l’aéronavale américaine volent avec un rythme soutenu. Du fait de ces retards leur session d’entraînement a été rallongée. Et comme chaque année ce sont leurs trois monoplaces F/A-18A et leur unique biplace F/A-18B qui sont les plus souvent mis en œuvre pour ces vols de préparation. Ces quatre jets d’ancienne génération ne servent en effet qu’aux seuls vols de ce type, ils ne sont jamais présentés au public. Pour cela les Blue Angels possèdent leurs dix F/A-18C et leurs deux F/A-18D plus récents.

Tout y passe : les vols en formation serrée, les tonneaux, les diamants ou encore la fameuse fleur de lys (en français dans le texte) et bien sûr le légendaire vol miroir. Les Blue Angels répètent encore et encore, comme chaque patrouille de démonstration. L’ouest de la Floride et l’est de l’Alabama rugissent donc un peu plus longtemps que d’habitude au son des réacteurs de ces Hornet.
Par contre pour cause de risque de propagation du coronavirus il n’y aura pas de déplacement à NAS El Centro cette année. La Californie et son désert sont zappés du programme d’entraînement. Les Blue Angels restent à la maison. Pour combien de temps ?

Hornet des Blue Angels en vol inversé au-dessus de NAS Pensacola.

Car désormais c’est l’inquiétude qui règne à Pensacola. Il se murmure désormais que l’année 2020, l’avant-dernière sur Hornet, pourrait ne pas voir les Blue Angels en représentation.  Ce serait une grande première depuis la création de la patrouille en 1946. Même au plus fort de la guerre froide les présentations en vol avaient lieu.
Soyons optimistes, et espérons qu’en mai ou juin petits et grands pourront en Amérique du nord s’émerveiller devant le spectacle de ces supers pilotes.

Photos © US Navy.

Publicité