L’idée vient de deux parlementaires américains, le premier démocrate et le second républicain, et n’est pas si bête que ça. Le Congrès des États-Unis étudie actuellement une proposition visant à fournir des chasseurs General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon et des McDonnell-Douglas F-15C/D Eagle à la force aérienne ukrainienne afin de l’aider à obtenir la supériorité aérienne face à l’agresseur russe. Dans le même temps l’US Air Force se chargerait de former les pilotes ukrainiens à ces avions d’une génération comparable à ceux sur lesquels ils volent chez eux. Les avions en question seraient prélevés sur les stocks du 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group.

Les deux élus en questions sont des représentants, l’équivalent américain de nos députés français. Une femme et un homme qui connaissent bien le domaine militaire puisqu’ils ont tous les deux servi dans l’US Air Force comme officiers mais à des postes très différents. La représentante démocrate de Pennsylvanie, madame Chrissy Houlahan, opérait pour le compte de l’Air Force Materiel Command où elle a acquis une expertise sur les questions des défenses aériennes et spatiales. Son collègue républicain est le représentant de l’Illinois Adam Kinzinger. Bien connu des réseaux sociaux il a appartenu à l’Air Force Special Operations Command où il était pilote d’avion de reconnaissance bimoteur à turbopropulseurs RC-26B Metroliner. Madame Houlahan et monsieur Kinzinger ne sont donc en rien des novices sur les questions militaires, et notamment sur ce qui touche aux conflits actuels. Très tôt, dès le début du mois de mars, ils ont milité pour une plus grande participation de l’administration Biden à l’effort de guerre en Ukraine.

Et leur dernière idée en date est actuellement en débat à la chambre des représentants. Le sénat américain lui même y semble favorable aussi. Il s’agit de sélectionner des pilotes ukrainiens d’actives ou récemment revenus à la vie civile, voire des pilotes de ligne, et les former sur deux modèles d’avions de combat très présents dans l’arsenal américain et dont le pilotage ne serait pas trop compliqué pour eux. On parle évidemment ici des F-15C/D Eagle et F-16C/D Fighting Falcon. De tels avions ne seraient pas un gros investissement à fournir à l’Ukraine puisque plusieurs dizaines sont stockés à Davis-Monthan AFB, au sein du fameux 309th Aerospace Maintenance and Regeneration Group.
La proposition défendue par madame Houlahan et monsieur Kinzinger s’appuie notamment sur des rapports de la CIA et de l’US Air Force selon lesquels les MiG-29 Fulcrum et Su-27 Flanker en service en Ukraine ne seraient pas si différents que ça des F-15C/D Eagle dans leur mode de pilotage. Les F-16C/D Fighting Falcon seraient, toujours selon le Congrès, facilement accessibles aux pilotes de Su-25 Frogfoot.

Le McDonnell-Douglas F-15C Eagle demeure un chasseur très efficace en matière de supériorité aérienne et d’interception.

En fait la proposition des deux élus parlementaires américains provient d’un constat simple : en quatre mois de conflit la Russie n’a jamais réussi à développer la moindre supériorité aérienne en Ukraine. Pour eux c’est une aubaine, une balle que les Ukrainiens doivent saisir au vol. Avec cette formation qu’ils proposent l’aviation ukrainienne pourrait disposer de chasseurs ayant une réelle capacité à envoyer au tapis les Su-30 Flanker-C, les Su-34 Fullback, et Su-35 Flanker-E déployés par Moscou.

Reste désormais à savoir si le Congrès saura répondre favorablement à cette proposition de deux élus. Ensuite il s’agira que cela soit entériné par le gouvernement fédéral américain.
L’idée pourtant est bonne, elle devrait faire consensus.

Photos © US Air Force.

Publicité

17 COMMENTAIRES

  1. L’idée est effectivement bonne. La mise en œuvre et son aboutissement pour déclarer le matériel opérationnel avec des pilotes ukrainiens ressemble – malheureusement – plus a une gageure : cela ne se réalise pas en un claquement de doigt ! Il faut du temps, même avec des pilotes (hyper) motivés et l’argent américain qui coule à flot. Et le temps, c’est peut-être ce qu’il va manquer aux Ukrainiens.
    Alors peut-être un effet d’annonce. Il y a certainement une volonté de bien faire dans les propos de ces deux representants americains, mais peut-être aussi un peu d’intox, ou une mise sous pression supplémentaire vis à vis des responsables de l’aviation militaire russe. L’avenir nous le dira.

  2. l’idée est très bonne et, à part les frais de formation des pilotes, ne va rien coûter en frais de fabrication aux US puisque les machines à fournir sont déjà produites et « mises au rebut en attente d’une éventuelle ré-utilisation » puisque c’est le rôle de Davis Montan AFB. autant que ces appareils relativement récents puissent servir de nouveau.
    comme, selon ces politiques, ils sont de génération similaire au matériel ex-soviétique utilisé en Ukraine cela ne devrait pas trop poser de problèmes d’adaptation et de formation.
    la grosse question qui se pose sera de savoir si cette fournir de matériel, même déclassé, en quantité par les US ne va pas les transformer en ennemi ouvert aux yeux de Moscou avec tous les risques que cela pourrait entraîner…
    j’ai le sentiment que les US sous l’administration Bident ne jouent pas avec l’Ukraine le même petit jeu qu’ils ont joué avec l’Angleterre de 1939 à 1941 quand ils étaient neutres avant l’attaque de Peral Harbour qui les a pleinement précipités dans la WWII…
    d’ailleurs la nouvelle loi prêt-bail me rappelle bigrement ce type de comportement.
    or si Moscou considère après cela les USA et l’Otan comme un ennemi véritable et déclaré, encore une fois cela risque ‘être l’Europe qui va en prendre plein pour sa pomme et là ce sera bien moins drôle…
    l’idée est peut-être sympa, mais les conséquences pour l’Europe bien moins. mais de toute façon les US s’en foutent un peu du fait de leur relatif éloignement et des capacités bien moindres de nuisance de la russie par rapport à celles de ‘URSS pendant la guerre froide alors que, eux , ont encore largement de quoi répondre avec leur « manie » de tout mettre sous cocon « pour le cas où l’on pourrait encore en avoir besoin…. mentalité pas si idiote que cela au demeurant et que bon nombre de pays européens n’ont pas eue , eux…..

    • Il y a d’autres precedents. L’URSS a soutenu le Nord Vietnam en leur fournissant du materiel et en formant les equipages Nord-Vietnamiens. Livrer du materiel ne remets pas en question la neutralite des fournisseurs. Il y a une zone grise par rapport a la formation. Il me semble que ce n’est plus – legalement – tout a fait compatible avec la neutralite. Je ne suis pas sur de ce point, je repete ce que j’ai lu ailleurs.

      Cela reste dans le ligne des Occidentaux qui desirent affaiblir au maximun les capacites Russes.

      Un autre point, est que jusqu’ici, les Eagles ont environ 115 victoires pour 0 pertes en air-air. Cela avec une infrastrucure complete autour des chasseurs. Qu’en sera t’il avec des pilotes mojns experimente sur l’avion et sans l’ecosysteme complet ? Y aura t’il des AWACS, les memes munitions, le meme partage de l’information, etc… ?

      • il est vrai que le rapport victoires sur pertes sera certainement moins bon que s’il y avait l’éco-système complet, comme vous le soulignez. il est probable que les munitions seront similaires ou identiques (missiles et obus de canons).
        d’autre part les pilotes ukrainiens ont fait preuve de très bonnes qualités de pilotage face à leurs homologues russes puisque ces derniers n’ont jamais réussi à avoir la maîtrise du ciel ukrainien malgré leur nombre bien plus important.
        les ukrainiens semblent aussi avoir une bonne maîtrise des moyens de communication grâce à l’aide occidentale.et à une très bonne maîtrise de l’internet.
        dans ce cas, la présence des awacs est presque secondaire, surtout s’ils sont remplacés par des drones d’escorte ou de reconnaissance et des liaisons internet.
        (pour mémoire les awacs fonctionnent au radar et à la radio pour la communication. c’est quelque peu dépassé à l’heure actuelle comme technologie, même si cela reste encore utile. ne pas oublier que le principe des awacs a environ 50 ans et que les machines sur lesquelles ces sixtèmes sont greffés ont été conçues au début des années 1960 (le E3 sentry qui est l’awacs occidental le plus connu est sur une base de Boeing 707 qui n’est plus utilisé en vols commerciaux depuis plus de 20ans. c’est peu dire…. le C160 transall G Gabriel (Awacs Français a été retiré du service cette année, idem pour le Nimrod qui a lui aussi été retiré. ) il est aussi à signaler que très peu de ces appareils ont été remplacés par d’autres Awacs. il est donc à penser que le consept en lui-même est dépassé et remplacé par autre chose de plus petit, plus souple et moins coûteux: un drone.

        donc l’environnement devrait être assez proche de ce que les Eagles US avaient quand ils ont obtenu ce score. mais même si les pilotes ukrainiens obtiennent 10 victoires pour une perte ce sera déjà un très beau score vu l’environnement très hostile dans lequel ils sont amenés à se battre.

    • Petite correction : Pendant la guerre du Vietnam, les « pilotes du Vietcong » étaient également des russes (comme des années auparavant pendant la guerre de Corée). A l’époque les sièges ejectable étaient moins effectifs et les pilotes avaient moins de chances d’être identifiés.

    • les USA étaient « moyennement » neutres de 1940 à 1941, l’US Navy faisait l’escorte des convois et menait une chasse active aux sous-marins sur leur route. Je crois qu’une base allemande proche du Groenland a été attaquée et prise par l’US Army.. La volonté du président Roosevelt était déjà acquise, il manquait un électro-choc pour la population américaine qui elle était neutraliste. Et un peu de temps pour augmenter les effectifs de l’armée et de la marine : recrutement et mise en activité des grandes unité de la garde nationale

  3. Dommage qu’ils n’y aient pas pensé il y a 4 mois… quand les ukrainiens les ont demandés. Maintenant, ils voleraient déjà en Ukraine. Je pense qu’ils devraient se concentrer davantage sur la formation des ukrainiens en F15 et laisser les F16 a des pilotes volontaires. Il doit y avoir quelques pilotes disponibles dans le monde qui pourraient rejoindre l’armée de l’air ukrainienne.

  4. Il n’y a pas que les pilotes a former, il y a aussi les mécanos. Comme tout avion de chasse, il faut plusieurs heures de maintenance après chaque heure de vol. Il faudra aussi fournir les pièces détachées. Comme disais un spot publicitaire, il faut toute une armée pour faire voler nos avions.

    • c’est pour cela que les US ne fournissent pas non plus du matériel dernier cri mais plutôt du matériel déjà mis à la retraite et sous cocon au cas où.
      par contre c’est sûr que la formation des pilotes ,toute nécessaire qu’elle soit, ne sera pas suffisante et qu’il faudra aussi celle des mécaniciens et armuriers tout autant que la fourniture en masse et de manière répétée des pièces détachées nécessaires car ces avions, en allant au front, vont s’user plus rapidement que lors de vols d’entraînement.
      en cas de combat canon, même si cela devient de plus en plus rare, mais pas impossible, il faudra sûrement remplacer des pièces. le combat au missile étant cependant beaucoup plus léthal, lui.

      l’idée d’une reproduction d’un AVG pourrait être envisagée. c’est d’ailleurs le cas de la « Milice Wagner » qui est récemment intervenue au Mali avant d’être rapatriée pour opérer sur le front ukrainien.
      reste à svoir comment ce groupe de « volontaires » pourrait être considéré comme tel. il faudrait qu’il soit mult-national et neutre ou opérant depuis un territoire neutre.
      à moins d’être incorporé à l’armée ukrainienne à la façon de la légion étrangère française?
      mais c’est moins probable.

  5. Essayez un peu pour voir ensuite vous verrez la Guerre en live dans les capitales occidentale car les Russes réagiront sur le coup. Arrêtez de chercher à attirer la planete dans une troisième guerre mondiale car les Ukrainiens sont déjà vaincus il n y aura aucun miracle

    • Si troisième guerre mondiale il doit y a voir ce sera le fait du dictateur russe Vladimir Poutine et de ses très rares alliés militaires. L’OTAN de son côté cherche à maintenir la paix et la souveraineté de l’Ukraine. Pour le reste merci pour ce bon fou rire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom