Même si le monde a les yeux ailleurs la mission de sécurisation de l’espace aérien des états baltes se poursuit. L’OTAN a révélé que ce jeudi 26 mars deux chasseurs General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon belges ont été sonné afin d’intercepter un avion jugé hostile au plus près des frontières aériennes entre la Lituanie et la Russie. L’appareil, un avion-cargo volait sans respecter aucune des règles internationales de circulation aérienne. Ce type de vol d’identification est l’essence même de la mission internationale Baltic Air Policing.

C’est le contrôle aérien suédois qui a avisé la Lituanie de la présence d’un avion évoluant transpondeur éteint et sans plan de vol aux limites de l’espace aérien international. Immédiatement une demande est formulée à l’OTAN afin d’identifier l’intrus, et de savoir s’il s’agit d’une menace ou non pour l’intégrité nationale. L’organisation atlantiste fait décoller de la base de Siauliai une patrouille de deux chasseurs monoplaces. Ce sont des General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon qui appartiennent à la Composante Air.
Prenant la menace très au sérieux les deux avions sont armés chacun de deux missiles air-air AIM-120 AMRAAM bons de guerre.

Quant ils rejoignent l’avion en question ils découvrent un Antonov An-26 porteur des marquages de nationalités de la fédération de Russie. Identifié comme Blue 25 c’est un aéronef militaire qui est normalement utilisé pour le transport tactique à court moyen rayon d’action. Il se trouve à moins d’un kilomètre de l’espace aérien souverain de la Lituanie. Son équipage ne semble pas surpris de voir arriver les deux chasseurs belges puisqu’il ne change pas sa direction.
L’avion se dirige alors clairement vers l’oblast de Kaliningrad, une exclave russe entourée par la Lituanie et la Pologne avec une sortie maritime sur la Baltique. Une région qui a été fortement militarisée par Moscou.

Jusqu’aux abords de l’espace aérien de l’oblast les deux chasseurs de l’OTAN ont accompagné l’An-26 Curl sans qu’à aucun moment son équipage ne rallume son transpondeur. À croire que les Russes ont des choses à cacher à leurs voisins ou bien auraient t-ils honte d’utiliser encore de telles méthodes issues de la guerre froide ?
Toujours est t-il que la méthode ne surprend plus personne, même si à force elle confine au ridicule le plus absolu.

Sauf décision contraire de la Belgique et/ou de l’OTAN les General Dynamics F-16MLU Fighting Falcon devraient demeurer en Lituanie jusqu’à la fin du mois d’avril. Autant dire que leurs pilotes ont encore le temps d’aller identifier et raccompagner des avions russes s’étant « perdus » au plus près des espaces aériens baltes.

Photo © OTAN

Publicité