La Corée du sud attend beaucoup de cette nouvelle étape dans le développement de son hélicoptère moyen. En ce mois de mars 2020 trois services officiels locaux ont déclarés opérationnels leurs KUH-1 SAR Surion, la version de recherches et de sauvetages. Il s’agit des gardes-côtes et d’un corps de pompiers tandis que la police l’utilise désormais en soutien des opérations antiterroristes. Les militaires quant à eux devront attendre encore quelques mois.

KUH-1 SAR Surion aux couleurs des pompiers sud-coréens.

Alors que l’appareil a connu pas mal de problèmes il y quelques mois cette qualification aux opérations de recherches et de sauvetages est un soulagement incontestable pour les équipes de Korea Aerospace Industries. Aujourd’hui le constructeur peut espérer des contrats à l’export, plusieurs pays étant depuis un certain temps dans le viseur de l’industriel.
Car jusqu’à présent le KAI KUH-1 Surion n’est opérationnel qu’en Corée du sud, et n’a jamais été exporté.

Et donc il l’est désormais dans trois services différents dans cette nouvelle configuration. Il dispose donc désormais d’un nouveau radar météorologique tous-temps et d’un FLIR couplé à une caméra thermique à haute définition dans le nez. Un puissant phare de recherche est fixé sur le flanc gauche de l’hélicoptère tandis que des réservoirs de carburants annexes ont été installés en externe. Dans cette configuration le Surion gagne environ un tiers de rayon d’action, ce qui n’est pas négligeable en cas de mission au-dessus de la mer !

En ce mois de mars 2020 ce sont donc les gardes-côtes sud-coréens qui ont mis en service cet hélicoptère à hauteur de quatre exemplaires. Ils remplacent l’unique Bell 412SP en service depuis la fin des années 1990 et permettent le redéploiement des deux Agusta-Westland AW.139 acquis il y a neuf ans. À la différence profonde des Eurocopter AS.565MB Panther ils ne sont pas aptes à être embarqués à bord des patrouilleurs lourds de classe Sam Bong, car trop volumineux pour cela.
À terme les gardes-côtes sud-coréens doivent disposer de dix de ces hélicoptères de facture locale.

La version de recherches et sauvetages du Surion sous la livrée des gardes-côtes sud-coréens.

L’autre service officiel à avoir adopté la version de recherches et de sauvetages du Surion est la Sobangbang Jaechung. Il s’agit de l’agence nationale de gestion des crises et urgences, équivalent local de notre Sécurité Civile française. C’est elle qui gère notamment l’évacuation sanitaire, la lutte contre les incendies, ou encore les missions de sauvetages en mer en zone côtière. Au jour d’aujourd’hui elle aligne deux de ces nouveaux KUH-1 SAR. Ils volent aux côtés d’hélicoptères comme l’Airbus Helicopters H225 Super Puma ou encore le Bell 412HP.
Repérables à leur livrée orange et blanche ces deux appareils de nouvelle génération sont basés à Séoul, la capitale du pays.

Enfin la police sud-coréenne a choisi d’acquérir deux exemplaires de cette version qui viennent renforcer les cinq machines en service actuellement. Sauf que ces deux KUH-1 SAR ne vont pas du tout remplir de mission de recherches et de sauvetages. Ils sont destinés uniquement au soutien aux commandos du KNP-SOU (pour Korea National Police-Special Operation Unit) en charges des opérations antiterroristes. Ils sont l’équivalent sud-coréen de notre RAID français, sur lequel d’ailleurs ils ont calqué leur formation et leur déploiement à travers le pays.

Policiers d’élite du KNP-SOU embarquant à bord d’un KUH-1 SAR.

Ce KUH-1 SAR Surion est donc aujourd’hui une option possible pour un futur client à l’export. Même si l’armée sud-coréenne ne devrait pas accepter au service l’appareil avant au minimum cet été. On sait qu’actuellement des pourparlers sont en cours avec l’Indonésie et plusieurs pays africains comme la Mauritanie ou le Sénégal. L’année 2020 pourrait marquer les début à l’export de l’hélicoptère coréen.

Photos © KAI.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom