Voilà qui soulève pas mal de question quant à l’entretien des avions américains déployés en permanence au Royaume-Uni. Ce lundi 15 juin 2020 un chasseur-bombardiers McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle appartenant au 48th Fighter Wing de l’US Air Force a connu une sérieuse panne moteur l’obligeant à rompre un exercice et à faire retour à sa base où il s’est posé en situation d’urgence. Quelques minutes plus tôt un  F-15C Eagle de la même unité était perdu en mer et son pilote tué dans l’accident. Une coïncidence assez troublante qui n’est pas passée inaperçue outre-Manche.

Bien entendu cet incident est moins grave que le drame qui a valu la perte d’un avion et de son pilote en mer du Nord. Cependant il interroge sur l’entretien des avions de l’US Air Force, et notamment ceux stationnés à RAF Lakenheath en Angleterre.
Dans les deux cas cela concerne un avion relevant du 48th Fighter Wing.

Initialement l’avion participait au même exercice de défense aérienne que le F-15C Eagle perdu en mer. Juste après l’accident de ce dernier le F-15E Strike Eagle porteur du serial 91-0316 changea de mission et se mit en quête de l’avion disparu mais surtout de son pilote.
Cependant à 11 heures 43, heure britannique, le pilote ressentit des vibrations dans son avion tandis que la verrière de son cockpit se fissurait. Accompagné de son ailier le chasseur-bombardier rejoignit RAF Lakenheath.

Sur place les services de secours furent avisés des faits et se préparèrent à intervenir. D’autant que les dégradation de la verrière avaient atteint l’arrière, c’est à dire au-dessus du copilote-navigateur de l’avion. Plusieurs camions de lutte anti-incendie attendaient le F-15E Strike Eagle ainsi que deux ambulances.
Fort heureusement le pilote américain réussit un atterrissage en urgence parfait et son biréacteur s’immobilisa sans dégât supplémentaire.

Après évacuation des membres d’équipage le chasseur-bombardier fut placé sous scellés par les membres des US Air Force Security Forces. Il s’agit de la police militaire de l’USAF.
Des investigations doivent être réalisées sur l’avion pour élucider les origines de ces fissures dans la verrière du cockpit. Il faut savoir que si celle-ci éclate en plein vol cela peut mettre réellement en danger le ou les membres d’équipages.
Pour autant il est bien trop tôt pour faire un parallèle entre cet incident et l’accident mortel survenu deux heures plus tôt lors du même exercice dans la même zone géographique. Les coïncidences existent aussi. Ce sera aux enquêteurs du Pentagone d’établir s’il existe une corrélation entre les deux faits.

Photo © US Air Force.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Ca serait une drole de coïncidence que les 2 faits n’ait pas une cause commune

    Contamination de carburant ? Péril aviaire particulier? Mais en plein milieu d’un vol c’est rare me semble t’il.

    L’enquête nous en apprendra plus

  2. La combat patrol était composé de 4 avions le fait de mettre les scellés indique que c’est pas le péril aviaire qui est un risque redouté mais reconnu , par contre un contact physique entre le leader et son ailier ou bien une manœuvre qui aurait placé un avion dans le souffle de l’autre,bon il faut attendre mais la région est un chat noir pour les f15 qui ont déjà été perdu dans le passé

  3. Il y aurait-il du relâchement dans l’entretien? Certes, cela n’a rien à voir, mais comme on retrouve des outils dans les avions que Boeing livre, peut-être qu’il y a là aussi un sérieux soucis dans la maintenance? Vous ne manquerez pas de nous en dire plus si vous arrivez à avoir l’information….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom