Ils étaient les derniers avions de ce genre encore en dotation dans une aviation militaire de l’OTAN. Ce mercredi 2 septembre 2020 la force aérienne tchèque a procédé au retrait de ses deux avions triréacteurs de liaisons et de transport d’état-major Yakovlev Yak-40 hérités de la guerre froide. Des avions en service depuis près d’un demi-siècle et qui étaient devenus totalement légendaires au fil des ans. Ils ne seront pas remplacés par des avions neufs, la défense tchèque n’en ayant actuellement pas les moyens.

Avant de servir dans la force aérienne tchèque ces deux Yakovlev Yak-40 Codling avaient volé au sein de la force aérienne tchécoslovaque. Après la partition en 1992 de la Tchécoslovaquie la Tchéquie et la Slovaquie avaient chacune récupéré des aéronefs militaires. La première avait donc hérité de ces deux avions de ligne triréacteurs de transport léger. Et les utilisa durant donc toutes les années 1990, 2000, et 2010. Au point même qu’ils devinrent littéralement mythiques.

Il n’était pas rare que la force aérienne tchèque en fasse voler un voire même les deux lors de meetings aériens dans le pays ou ailleurs en Europe. Parallèlement ils continuaient de remplir leurs missions de transport d’état-major, de liaisons rapides, ou encore d’évacuation sanitaire. La crise pandémique du Covid19 avait même permis à ces avions de réaliser des vols d’évacuation de patients vers l’Allemagne voisine.

Pourtant déjà l’heure de la retraite sonnait déjà au printemps pour ces avions entrés en service en 1971 (pour le numéro 0260) et 1973 (pour le numéro 1257) et jamais réellement modernisés depuis. Bien sûr les cellules fatiguaient mais surtout il devenait impossible pour une nation membre de l’OTAN et de l’Union Européenne de disposer à bon prix de pièces détachées auprès de la Russie.

Afin de les remplacer il fut un temps envisager d’acquérir un jet d’affaire de haut niveau type Dassault Aviation Falcon 7X français ou Gulfstream Aerospace G550 américain. Pourtant faute de moyens financiers adaptés en cette période de coronavirus les militaires tchèques ont du y renoncer. Ils devront donc se contenter des deux avions déjà en dotation dans la même unité de transport : un Airbus A319 Corporate Jet et un Bombardier CL-601 Challenger.

Le Yak 40 Codling demeure un avion élégant, bien pensé, et ambitieux pour son époque.

Aujourd’hui en dehors de ses hélicoptères Mil Mi-8 et Mi-24 la force aérienne tchèque ne dispose plus d’aéronefs ex-soviétiques dans son arsenal. Un processus d’occidentalisation qui s’accélère donc au sein de cette petite force aérienne.
Bonne nouvelle pour les passionnés d’aviation et les amoureux (comme moi) de l’avion de ligne soviétique Yak-40 : ces deux exemplaires seront préservés dans deux musées différents en Tchéquie.

Photos © force aérienne tchèque.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom