C’est une tradition qui remonte aux années 1970 et à laquelle les Brésiliens sont finalement moyennement attachés. Tous les 22 avril les bases aériennes abritant des unités de chasse et/ou d’attaque ouvrent leurs portes aux civils et notamment aux groupes scolaires. Malgré la pandémie de Covid-19 qui frappe durement le pays le pouvoir en place a tenu à conserver ce jour, en raison des commémorations du 80e anniversaire de la Força Aérea Brasileira. Et déjà la polémique enfle dans ce pays sud-américain quant au respect des règles sanitaires.

Le Tiger II demeure le principal chasseur au Brésil.

Cette journée de la chasse est en fait un reliquat de la dictature militaire qui exista au Brésil entre 1964 et 1985. Elle était tombée relativement en désuétude depuis plusieurs années, les bases aériennes de chasse étant désertés hormis par quelques anciens combattants ou des groupes scolaires. Le 22 avril est revenu en force depuis janvier 2019 et l’investiture de Jaïr Bolsonaro, lui-même ancien militaire qui n’a jamais caché son admiration pour l’ex-dictateur Artur da Costa e Silva.

Donc toutes les bases abritant des avions de chasse ont ouvert leurs portes. Si aucun chiffre n’a été communiqué sur la fréquentation plusieurs médias indépendants brésiliens insistent sur le fait qu’elle a été particulièrement faible. Les Brésiliens n’ont pas la tête à ça, leur pays subit de plein fouet le Covid-19 et notamment les variants dits brésiliens SARS-CoV-2-P1 et SARS-CoV-2-B1.1.248. Plus de 250 000 personnes en sont mortes.

Par contre les survols de grandes villes ont semble t-il avoir été particulièrement suivis depuis les Brésiliens, dans les rues ou aux fenêtres de leurs appartements. Il faut dire que les pilotes de chasse de la Força Aérea Brasileira ont peaufiné leurs vols afin de rendre le show le plus mémorable et ainsi remonter un peu le moral des Brésiliens.
Il faut savoir que la chasse brésilienne est un concept assez vaste, ne se limitant pas aux seuls chasseurs traditionnels. C’est ainsi que des avions comme l’Embraer A-1M AMX et l’Embraer A-29A Super Tucano sont venus se mêler aux Northrop F-5EM/FM Tiger II ou encore au tout nouveau Saab F-39E Gripen.

Communication officielle de la Força Aérea Brasileira autour de ce 22 avril 2021.

Dans les médias indépendants l’opposition brésilienne a dénoncé une opération de communication jugée inadaptée tandis que de nombreux médecins indiquaient que selon eux il était criminel d’ouvrir les bases aériennes sans aucun respect de la distanciation sociale ni même avec la moindre règle sanitaire. Le gel hydroalcoolique n’était même pas obligatoire, pas plus que le masque de protection.
Il faut savoir que dans le même temps la Força Aérea Brasileira joue un bras de fer avec Bolsonaro sur fond de purges dans les officiers de haut rang de l’aviation militaire. Deux bases aériennes n’ont donc ouvert leurs portes qu’en matinée, pas en après-midi. Dur dans un pays où la vie sociale ne débute rarement avant 15 heures.

Aussi surprenant que cela soit l’A-29B Super Tucano est considéré comme un chasseur au Brésil.

Au final on se demande si la passion qu’on peut avoir pour l’aviation ou pour le monde de la défense peut permettre de mettre sa santé et celle des autres en danger. Visiblement le dirigeant brésilien ne se pose même pas la question. Il voulait son 22 avril, il l’a eu.

Illustration © Força Aérea Brasileira.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom