C’est un symbole fort du désengagement des États-Unis en Afghanistan voulu par Joe Biden. Ce vendredi 2 juillet 2021 l’US Department of Defense et l’OTAN ont officiellement remis les clefs de la base aérienne de Bagram aux autorités afghanes. Le matin même les deux derniers avions cargos quittaient cette implantation vieille de dix-neuf ans et demi. Désormais c’est l’Afghan Air Force qui en a l’exclusive jouissance.

Depuis la toute fin de l’année 2001 et l’intervention alliée en Afghanistan, suite aux attentats du 11 septembre contre la côte est des États-Unis, l’Amérique avait l’usufruit des installations aéroportuaires de Bagram. Au point même que la base de l’est afghan était devenu sa plaque tournante, le cœur battant de ses opérations dans la région, devant Kaboul et Kandahar.

Des avions de combat Fairchild-Republic A-10 Thunderbolt II, General Dynamics F-16C/D Fighting Falcon, ou encore McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle y avaient été basés dès le début de la guerre. Certains y restèrent même durant plus de dix ans. La majorité des avions de transport tactique et stratégique de l’US Air Force la fréquentaient aussi assidument. Ce sont d’ailleurs deux Boeing C-17A Globemaster III qui furent les derniers avions militaires américains à la quitter avant sa rétrocession à l’Afghanistan.
Les avions et hélicoptères des forces spéciales américaines, comme les Boeing Vertol MH-47E Chinook ou les Lockheed MC-130H Combat Talon y avaient tellement leurs habitudes qu’ils y possédaient leurs propres hangars.

Chaque chose ayant une fin, même les plus mauvaises, la présence américaine à Bagram devait prendre fin. Rappelons que le Président des États-Unis Joe Biden a décidé que le 11 septembre prochain, pour les vingt ans des attaques terroristes, le dernier soldat américain aurait quitté le bourbier afghan.
Et pour marquer cette fin durant quinze jours cela a été le ballet des Lockheed C-5M Galaxy, des Boeing C-17A Globemaster III, et des Lockheed C-130H Hercules/Lockheed-Martin C-130J Super Hercules ! À chaque décollage les équipages de ces avions de transport larguaient les leurres thermiques, craignant une action d’éclat des djihadistes de Daech ou des combattants islamistes talibans. Ces derniers d’ailleurs tentent déjà de reprendre le contrôle du pays.
La couverture air-sol était à la charge de chasseurs multi-rôles embarqués de l’US Navy dont le porte-avions mouillent à plusieurs milliers de kilomètres de là.

Bagram dans les années 2010-2015 avec ses chasseurs américains déployés…

Fort heureusement cette évacuation s’est déroulée sans aucun souci. Désormais donc l’Afghan Air Force peut sereinement utiliser sa base aérienne sans avoir à en référer à l’US Air Force ou à l’alliance Atlantique.

Photos © US Air Force

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom