C’est le président ouzbek, monsieur Shavkat Mirziyoyev, qui a lui-même décrété l’envoi de troupes et d’hélicoptères le long de la petite frontière avec l’Afghanistan. Depuis maintenant une semaine des blindés et des hélicoptères d’attaque et de transport de troupes sont présents dans la région de Termez. Au départ il s’agissait d’un exercice avec la Russie mais après le départ de celle-ci les forces ouzbeks sont restées sur place. C’est là une réponse au désengagement américain et à la reconquête de l’Afghanistan par les talibans.

Dans moins d’un mois les forces américaines auront totalement quitté le territoire afghan. Il ne reste aujourd’hui plus qu’une poignée de GI’s et de Marines dans ce pays qui fut le plus long engagement américain de l’époque contemporaine. Et les troupes talibanes l’ont bien compris puisque depuis plus d’un mois elles submergent l’armée afghane dans des combats d’une violence inouïe. Les obscurantistes islamistes comptent bien reprendre le contrôle du pays, même s’ils n’ont plus l’appui des terroristes d’Al-Qaïda. Et plus le temps passe et plus ils y parviennent. À ce jour neuf des trente principales villes afghanes sont tombées entre leurs mains.

Une situation qui logiquement inquiète tous les voisins de l’Afghanistan, à l’exception du Pakistan connu pour soutenir quasi officiellement les talibans. Et parmi les voisins en question figure l’Ouzbékistan. Même si ce pays ne partage que 104 kilomètres de frontières avec l’Afghanistan il craint des incursions talibanes dans la province du Sourkhan-Daria. Connue pour ses richesses gazières, minières, et pétrolières celle dont la capitale régionale est la fameuse Termez a encore en mémoire les raids de pillage talibans entre 1999 et 2001.

Des hélicoptères de combat ouzbeks en actions.

Début août l’Ouzbékistan a initié dans la région une série de manœuvres avec la Russie. En fait il s’agissait vraisemblablement d’une ruse de la part du président Mirziyoyev pour déployer en toutes quiétudes ses forces. Son allié Vladimir Poutine voyant d’un mauvais œil le retour des talibans s’est sans doute prêter à la mascarade sans rechigner.
De ce fait on estime qu’actuellement entre 1500 et 2000 soldats ouzbeks sont présents le long de la frontière afghane. Ils seraient appuyés par une centaine de membres des forces spéciales formés par leurs homologues russes.

Une dizaine d’hélicoptères sont également stationnés sur place. Il s’agit majoritairement de Mil Mi-24/Mi-35 Hind de facture soviétique/russe mais également de trois Eurocopter AS.532 Cougar. Ces hélicoptères franco-allemands sont utilisés par les Ouzbeks en soutien des opérations spéciales, et seraient gréés pour l’infiltration-exfiltration de nuit.
Plusieurs dizaines de véhicules blindés, dont des chars d’assaut, ont également été déployés.

Blindés et hélicoptères ouzbeks déployés sur la frontière afghane.

Clairement l’Ouzbékistan ne laissera pas sa souveraineté territoriale violée par les talibans. La présence de paniers à roquettes sur les Mi-24/Mi-35 Hind ne laisse que peu de doutes sur la détermination de ses forces à repousser toute tentative d’incursion des troupes islamistes.

Photos © agence Tass.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom