Cette information concerne deux proches alliés de la France. La semaine dernière des hélicoptères militaires émiratis ont participé durant deux jours à une série d’exercices aéronavales avec l’USS Lewis B. Puller. Pour mémoire ce dernier est classé par l’US Navy comme Expeditionary Mobile Base et peut accueillir une grande variété d’hélicoptères et d’avions à décollages et atterrissages verticaux. Même aux États-Unis ce bâtiment est encore assez mal connu.

C’est donc du lundi 11 au mardi 12 mai 2020 inclus que les hélicoptères des United Arab Emirates Air Forces ont œuvré à bord du navire de l’US Navy. Les appareils en question étaient des Boeing Vertol CH-47F Chinook et des Sikorsky UH-60M Blackhawk. Tous appartiennent au Joint Air Command, dont le rôle est justement d’inter-opérer avec les forces alliées notamment dans la lutte antiterroriste.

Il est à noter que deux des Blackhawk étaient gréés comme hélicoptères d’appui tactique avec paniers à roquettes, nacelles de mitrailleuses, et missiles antichars AGM-114 Hellfire sous les moignons de voilure et FLIR sous le nez. Ainsi équipés ces hélicos ressemblent d’avantage à des hélicoptères de combat type Bell AH-1W Super Cobra ou des McDonnell-Douglas AH-64D Apache qu’à des appareils de transport de troupes.

Avec ce Chinook émirati on a une possibilité de se faire une idée de la taille du pont d’envol de l’USS Lewis B. Puller.

Durant ces deux jours donc ces hélicoptères émiratis ont réalisé divers manœuvres d’appontage, de décollages, ou encore de ravitaillement. Et cela s’est déroulé de jour comme de nuit. C’est un véritable plus pour l’aviation émiratie qui n’a pas de possibilité par ailleurs d’opérer depuis un navire d’un tel tonnage. La petite marine émiratie ne possède en effet pas de bâtiment plus gros que des corvettes, interdisant ainsi ce genre d’exercice.

Ainsi armé ce Blackhawk émirati est vraiment très impressionnant.

Durant tout le temps de ces exercices américano-émiratis le navire de projection USS Lewis B. Puller se trouvait dans la zone sud du Golfe. En fait il faisait des ronds dans les eaux nationales émiraties. Si la pertinence pour l’aviation émiratie ne fait aucun mystère il faut savoir que les forces américaines en tirent aussi profit. Elles peaufinent ainsi leurs procédures de travail avec une force aérienne qui demeure un allié puissant dans la région, autant dans la guerre des nerfs contre l’Iran que face à la menace djihadiste représentée par Al-Qaïda et surtout Daech. À l’avenir des hélicoptères émiratis pourraient parfaitement opérer depuis ce gros bâtiment de soutien, dans le cadre d’une intervention internationale.

Photos © US Navy.

 

Publicité