Les liens entre le pays d’Afrique de l’Est et celui du petit émirat du Golfe se sont resserrés depuis quelques mois, sur fonds d’intérêts économiques convergents. Et ce vendredi 4 mars 2022 la Qatar Emiri Air Force a officialisé la livraison de deux de ses hélicoptères Aérospatiale SA.342 Gazelle de reconnaissance armée aux Forces Aériennes Rwandaises. Les appareils ont été offerts ainsi qu’un lot de pièces détachées permettant de les maintenir en vol. C’est un avion de transport militaire qatari qui a assuré la «livraison».

En fait le Rwanda fait aujourd’hui encore voler deux Gazelle achetées à la fin des années 1980. Une troisième est utilisée comme stock de pièces détachées, pour cannibalisation. Les autres furent détruites durant la guerre civile de 1990-1994 et l’intervention française qui en a découlé. Or le Qatar dispose actuellement d’une douzaine de ces appareils jugés parmi ceux en meilleur état dans le monde. Et l’émirat a débuté le retrait progressif du service de ces hélicoptères, en cours de remplacement par des monoturbines Airbus Helicopters H125M  de facture européenne commandés avant la crise sanitaire.

Il n’en fallait pas plus pour que Qataris et Rwandais s’accordent sur la livraison de deux Gazelle de seconde main. Les hélicoptères sont arrivés en Afrique à bord d’un Boeing C-17A Globemaster III de la QEAF. Un peu plus de deux tonnes et demi de pièces détachées accompagnaient les monoturbines conçues en France.
Par contre pour des raisons de stabilité dans la région le Qatar a refusé de livrer des munitions ainsi que les câblages permettant de transformer ces Gazelle en hélicoptères armés. Deux équipements BAE Systems de reconnaissance et de surveillance tous-temps ont cependant été ajoutés.

Le Rwanda négocie également depuis plusieurs mois avec le Qatar la livraison, gratuitement ou à coût réduit, des six Dassault-Breguet / Dornier Alpha Jet encore en dotation. Ces petits biréacteurs pourraient lui permettre de retrouver une capacité réelle de chasse légère. Entre ces avions à réaction et des hélicoptères monoturbines le gap est énorme. Reste à savoir si les Qataris accepteront.

Photo © ministère qatari de la défense.Gaze

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom