Une page de l’histoire du transport aérien militaire italien vient de se refermer. Ce mercredi 2 mars 2022 l’état-major de l’Aeronautica Militare a annoncé officiellement le retrait du service de son dernier biréacteur Douglas DC-9 de facture américaine. C’est une aventure débutée en mars 1974 qui se termine donc cette semaine. L’avion marqua une étape importante dans l’histoire aéronautique italienne d’après-guerre.

Ce dernier biréacteur Douglas DC-9 volait donc jusqu’à ce mercredi au sein du 51°Stormo, l’unité de l’Aeronautica Militare en charge du transport des hautes personnalités. C’est en mars 2001 que l’avion de ligne de facture américaine avait rejoint cette formation assez inhabituelle. Pour autant il ne servait pas au profit des autorités civiles italiennes mais assurait des missions de transport de personnels au profit des forces armées et des services de secours italiens. Le Douglas DC-9 du 51° Stormo était notamment coutumier des déploiements lors de séismes ou de raz-de-marée. Il opérait aux côtés des Airbus A319CJ, Dassault-Breguet Falcon 50, et Dassault Aviation Falcon 900.
L’unité ne vole donc désormais plus que sur des avions développés et produits en Europe.

La livrée que portait l’avion datait des années 1990.

Avant d’intégrer cette formation le Douglas DC-9 avait déjà eu une carrière militaire riche au sein de l’Aeronautica Militare. Il avait servi comme avion de transport de personnels et de soutien logistique au sein du 50° Gruppo qui vole aujourd’hui sur avions tactiques Lockheed-Martin C-130J-30 Super Hercules.
À l’époque il évoluait aux côtés d’Aeritalia G.222 et de Lockheed C-130E/H Hercules.

Entre mars 1974 et mars 2001 les Douglas DC-9 militaires italiens ont menés des missions aux quatre coins d’Europe et du bassin méditerranéen. Le 8 février 1999 l’avion codé MM62013 eut un accrochage sur le tarmac de Moscou-Vnukovo. Le biréacteur heurta l’avion présidentiel russe, un quadriréacteur Ilyushin Il-96 Camber-B. Les deux aéronefs furent endommagés mais purent reprendre leurs vols après réparations. Ce fut là le plus gros écueil dans la carrière militaire du DC-9 en Italie.

À l’origine cette livrée était bien plus voyante !

Avion ô combien discret le Douglas DC-9 n’a jamais vraiment eu les honneurs des médias italiens. Il fut pourtant un serviteur efficace durant 48 années au sein de l’Aeronautica Militare. Cette dernière espère désormais pouvoir commander dans les semaines ou mois à venir un Airbus A321LR afin de le remplacer totalement.

Photos © Aeronautica Militare Italiana.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom