Un Boeing 737 de transport de fret termine son atterrissage dans un étang de l’Hérault.

Grosse frayeur pour les personnels de l’aéroport de Montpellier-Méditerranée. Ce samedi 24 septembre 2022 un avion civil de transport de fret Boeing 737-400SF immatriculé en Espagne a réalisé une sortie de piste à l’atterrissage terminant sa course sur les bords de l’étang de l’Or. La météo est clairement mise en cause dans cet accident qui n’a fort heureusement fait aucun blessé. L’aéroport occitan devrait demeurer fermer au moins jusqu’à ce lundi 26 septembre.

Il était 2 heures 37 du matin quand l’avion s’est présenté à l’approche de Montpellier-Méditerranée. À cette heure le deuxième aéroport d’Occitanie n’est pas fermé, fonctionnant au profit de vols cargos. C’est le cas de ce Boeing 737-400 appartenant à la compagnie espagnole Swiftair mais exploité par le transporteur suédois West Atlantic. Il porte d’ailleurs les couleurs de celui-ci. Le biréacteur qui a décollé un peu plus d’une heure plus tôt de Roissy Charles de Gaulle porte l’immatriculation EC-NLS.
La pluie était intense sur la région et des trombes d’eau tombaient sur Montpellier et ses abords. Selon les premiers éléments connus le 737-400 a alors connu un effet d’aquaplaning, le pilote et le copilote à bord étant dans l’impossibilité technique de maintenir l’avion dans une trajectoire correcte. Les freins n’ont pas pu faire leur œuvre et l’avion a dépassé la piste avant de franchir les limites de l’aéroport et de venir terminer sa course dans les eaux peu profondes de l’étang de l’Or tout proche.

Immédiatement les services de secours de l’aéroport préviennent la préfecture de l’Hérault qui met en alerte le SDIS 34 (service départemental d’incendie et de secours du département) et le SAMU 34. Outre la sécurité incendie aéroportuaire ce sont donc soixante soldats du feu qui rejoignent la zone du crash ainsi qu’une équipe médicale d’urgence. Le temps que le pilote, le copilote, et le liftmaster soient extraits de l’avion les urgentistes ne leur diagnostiquent aucune blessure majeure . Les sécurités du Boeing 737-400 ont parfaitement fonctionné.
Aucun début d’incendie n’a non plus été détecté, la pluie battante aidant sans doute sur ce coup-là.

Désormais c’est aux mondialement célèbres experts enquêteurs du BEA, le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses pour la sécurité de l’aviation civile, et aux gendarmes des transports aériens d’assurer les investigations. C’est à eux que reviendra de démêler le vrai du faux dans les causes de cette sortie de piste qui empêche toujours l’utilisation de la plateforme aéroportuaire. Tant que le 737-400 n’aura pas été dégagé de là où il est l’activité aérienne ne pourra pas reprendre.

Sur l’avion en lui-même on sait donc qu’il s’agit d’un Boeing 737-400SF, une version cargo construite à partir d’anciens avions de ligne. Il est exploité depuis plusieurs années par West Atlantic même s’il appartient à Swiftair. Cette compagnie n’est pas une inconnue pour les plus fidèles de nos lectrices et lecteurs qui se souviendront sans doute de l’accident d’un de ses McDonnell-Douglas MD-83 au-dessus du Mali à l’été 2014. Cent seize personnes avaient alors trouvé la mort dans le crash. Fort heureusement ici l’accident a eu une issue bien moins dramatique.

Désormais il va falloir sortir l’avion-cargo de l’étang de l’Or et lui permettre d’être remisé dans un hangar sécurisé afin de faciliter le travail des enquêteurs. Pas sûr que la météo calamiteuse prévue pour ces prochains jours en Occitanie n’aide beaucoup à la manœuvre.
Affaire à suivre.

Photos © BEA.


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

3 réponses

  1. Cet aéroport sera fermé pour plusieurs jours. Retirer dans les règles de l’art ce 737 constitue un gros challenge. Bonne chance à l’équipe qui devra relever ce défit.

  2. Un atterrissage par mauvais temps comporte toujours des risques imprévisible,reste aux enquêteurs d’élucider ce qui a pu conduire à cette derive

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

R.A.F. NE.1

Si de nos jours les avions de combat comme le Dassault Aviation Rafale ou l’Eurofighter EF-2000 Typhoon sont aptes à voler de jour comme de

Lire la suite...