FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Boeing 737
Constructeur : Boeing Company
Désignation : 737
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : BBJ, C-40 Clipper, E-7 Wedgetail, P-8 Poseidon, Surveiller
Mise en service : 1968
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions : Avion de ligne, transport de hautes personnalités, soutien logistique, bombardier d'eau

HISTOIRE

Boeing 737 :
La poule aux œufs d'or”

L’une des forces de l’avionneur Boeing réside dans sa capacité à adapter ses avions de ligne à réaction aux besoins des forces armées et aériennes. Bien plus que son concurrent européen Airbus le constructeur américain a su développer des sous-versions militaires de ses machines commerciales à l’image par exemple de l’E-3 Sentry de veille radar dérivé du fameux quadriréacteur 707. C’est donc logique que le constructeur en ait fait de même avec d’autres modèles civils dont le plus représentatif est sans nul doute le monocouloir biréacteur moyen-courrier Boeing 737.

Avion mondialement connu le Boeing 737 n’est pourtant pas issu d’une success-story comme les Américains les adorent. En fait il a été développé en réponse à la concurrence de son temps. En 1964 le constructeur de Seattle se rend compte qu’il pourrait rapidement se retrouver à la traîne suite à l’émergence sur le marché international des Sud Aviation Caravelle françaises et BAC One-Eleven britanniques, et par effet de ricochet du Douglas DC-9 américain. Ces trois avions se placent alors sur un segment de marché où Boeing est absent : les courts moyens courriers de 100 places. Son triréacteur 727 est un peu trop grand pour espérer remplir ce rôle, un nouvel avion doit donc être développé.

Un temps ses ingénieurs pensent copier les trois constructeurs en développant un avion monocouloir disposant de deux réacteurs collés sur les flancs du fuselage. Néanmoins il en va de l’image de marque du constructeur et la direction de Boeing décide de changer son fusil d’épaule. L’avion portera ses réacteurs en dessous de ses ailes en flèches. Le Boeing 737 est né.
La motorisation est alors confiée à Pratt & Whitney et son réacteur JT8D. Le prototype de l’avion de ligne est rapidement assemblé et vole le 9 avril 1967.

Dès le départ il est proposé en deux versions : le 737-100 identique au prototype et prévu pour accueillir 103 passagers en deux classes et le 737-200 au fuselage rallongé pouvant accueillir jusqu’à 115 passagers en deux classes ou 130 en classe unique. Étonnement le premier client de l’avion n’est alors pas américain mais ouest-allemand : la compagnie aérienne Lufthansa achète le 737-100 pour ses vols européens.
Extérieurement le Boeing 737 n’a rien d’un avion surprenant. Monoplan à aile basse en flèche cantilever il est construit intégralement en métal et dispose d’un train d’atterrissage tricycle escamotable. Son empennage est de type monobloc. Le 737 possède un radar météo installé dans le nez de l’avion tandis que le cockpit accueille trois membres d’équipage : pilote, copilote, et mécanicien navigant. Les passagers sont installés dans une cabine large à sept sièges de front, trois d’un côté du couloir et quatre de l’autre en seconde classe ou deux et deux en première classe. Quatre personnels navigants commerciaux complètent l’équipage. Sans le savoir le constructeur vient de révolutionner l’aviation civile commerciale et de la marquer pour les décennies à venir.

Car malgré un démarrage commercial laborieux, dû principalement à une multitude d’avions similaires présents sur le segment, le Boeing 737 s’est rapidement affirmé comme un best-seller. Tant et si bien même que cinquante-quatre ans après son premier vol l’avion est toujours produit en série, demeurant une des pièces maîtresse de la politique industriel de son constructeur. Pour autant au fil des années le Boeing 737 a su évoluer.
On compte désormais quatre familles d’avions, avec pour chaque des sous-versions très marquées. Ce sont aussi quatre époques différentes.

La première est appelée Original 737 et concerne les premières versions 737-100, 737-200, et 737-200 Advanced. Elle s’identifie au premier coup d’œil aux réacteurs de première génération JT8D particulièrement allongés. Elle a été mise en service de 1968 à 1984.
La deuxième est désignée Classic 737 et concerne les version 737-300, 737-400, et 737-500. Elle se remarque au changement de motorisation, au profit de turbofans CFM56 franco-américains de nouvelle génération. Ces avions ont été produits de 1984 à 1997.
La troisième a été baptisée 737 Next Generation et concerne les 737-600, 737-700, 737-800, et 737-900. C’est avec celles-ci que l’on retrouve les versions les plus allongées, celles permettant notamment de remplacer en partie les Boeing 757. L’apparition et la généralisation des winglets en extrémité de voilure permet de les repérer. Ils ont été usinés de 1997 à 2017.
Enfin évolution logique du 737 Next Generation la quatrième est le 737 Max. Ses versions sont baptisés 737 Max 7, 737 Max 8, 737 Max 9, et 737 Max 10. À l’exception de ce dernier réellement nouveau et conçu pour concurrencer l’Airbus A321LR européen tous les 737 Max sont en fait des 737 Next Generation disposant d’une avionique dernier cri et d’un usinage permettant de réduire l’emprunte carbone. Ils ont également adopté le nouveau réacteur Leap 1B lui aussi plus propre. Les concurrents européens des 737 Max sont les A319/A320/A321 Neo. Ils sont fabriqués depuis 2017.

Suite au dramatique crash d’un Boeing 737 Max 8 en Éthiopie en mars 2019 un gigantesque scandale a été révélé, mettant en cause aussi bien le constructeur lui-même que l’administration américaine d’aviation civile. C’est le logiciel d’aide au pilotage MCAS qui s’est retrouvé au cœur de la polémique et l’ensemble de la flotte planétaire de 737 Max a été totalement immobilisé au sol jusqu’au tout début de l’année 2021. Presque deux années durant lesquelles Boeing est passé à plusieurs reprises très près du dépôt de bilan.
Son avion civil vedette était devenu son pire cauchemar.

Il est à signaler qu’il existe quelques sous-versions du Boeing 737 dédiées au transport d’affaire très haut de gamme sous l’appellation BBJ, pour Boeing Business Jet. Il s’agit des BBJ1, BBJ2, et BBJ3 respectivement dérivés des 737-700ER, 737-800, et 737-900ER. Apparus en 1999 ils ont été remplacés en 2019 par les BBJ Max 8 et BBJ Max 9. Leur marché est marginal mais suffisant pour Boeing pour justifier leur chaîne de transformation.
Il existe une autre adaptation très spécifique du 737 : les bombardiers d’eau. Il s’agit généralement de Classic 737 et/ou de 737 Next Generation qui se sont vus modifiés après leur carrière commerciale afin de servir dans ce rôle. Ils sont utilisés par une poignée d’entreprises américaines et volent aux quatre coins du globe une fois louée.

Comme d’autres avions de ligne le Boeing 737 a su conquérir les forces aériennes du monde entier. S’il est globalement employé pour le transport de hautes personnalités et/ou d’états-majors il assure aussi des missions de soutien logistique et de transport de personnels. Le Boeing 737 vole ou a volé sous les cocardes de pays aussi différents que : l’Afrique du sud, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Chili, la Chine, la Colombie, le Congo, la Corée du sud, les Émirats Arabes Unis, les États-Unis, la Guinée Équatoriale, l’Inde, l’Indonésie, l’Iran, le Kazakhstan, le Kirghizistan, le Koweït, Madagascar, la Malaisie, le Mali, le Maroc, le Mexique, la Mongolie, le Niger, le Nigeria, le Pakistan, les Pays-Bas, le Pérou, la Pologne, le Qatar, le Tchad, Taiwan, la Thaïlande, la Tunisie, la Turquie, le Royaume-Uni, le Venezuela, le Yémen, et le Zimbabwe.

À l’instar du Boeing 707 avant lui le Boeing 737 a servi de plateforme pour le développement de machines militaires spécifiques, généralement dédiées aux forces américaines. Certaines pourtant ont été vendues à l’étranger. La première date de 1973. C’est le T-43 Gator d’entraînement avancé, utilisé par l’US Air Force jusqu’en 2010. Il dérive directement du 737-200.
Au début des années 2000 est apparu le programme 737 AEW&C visant à développer une version AWACS acquise dans un premier temps uniquement par des pays étrangers comme l’Australie ou la Corée du sud. À terme l’avion devrait être acquis par l’US Air Force sous la désignation E-7A Wedgtail.
Une version de transport militaire existe également sous la désignation de C-40 Clipper, utilisée aussi bien pour du soutien logistique que du transport de hautes personnalités. Elle sert dans l’US Air Force, l’US Navy, et l’US Marines Corps.
Enfin la version militaire la plus prolifique à ce jour est l’avion de reconnaissance et de patrouille maritime P-8 Poseidon destiné initialement au remplacement des Lockheed P-3C Orion de l’US Navy et depuis acquis par des pays comme l’Inde, le Royaume-Uni, ou plus récemment l’Allemagne. Il est à signaler qu’au début des années 1980 trois 737-200 Advanced furent modifiés en ce sens sous la désignation de Surveiller. Ils ont été acquis par l’Indonésie sans intéresser d’autres clients.

Véritable star de l’aviation civile, mais donc aussi militaire, le Boeing 737 a été assemblé à plus de 10850 exemplaires. De tels avions sillonnent quotidiennement les routes aériennes de la planète. Le programme NMA, pour New Midsize Airplane, prévoit un remplacement sur les chaînes d’assemblage du 737 par un nouveau modèle. Il ne devrait pas entrer en service avant au plus tôt 2028 ou 2030. Le célèbre monocouloir a de fait encore de beaux jours devant lui.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Boeing 737-200 Advanced
Envergure : 28.35 m
Longueur : 30.48 m
Hauteur : 11.28 m
Motorisation : 2 réacteurs Pratt & Whitney JT8D-17
Puissance totale : 2 x 7260 kgp.
Armement : aucun
Charge utile : jusqu'à 130 passagers ou 14500 kg de fret sur palettes.
Poids en charge : 46720 kg
Vitesse max. : 910 km/h à 7600 m
Plafond pratique : 10700 m
Distance max. : 3400 Km à masse maximale
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Boeing 737

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Boeing 737

VIDÉO

Premier vol du Boeing 737 Max 10.