Discrètement l’Argentine enterre le Dassault Super Étendard.

C’est l’épilogue d’un feuilleton qui dure depuis cinq ans maintenant. Ce mercredi 17 mai 2023 le ministre argentin de la défense, monsieur Jorge Taiana, a officialisé le non retour au service des derniers chasseurs d’attaque monoréacteurs Dassault Super Étendard d’origine française. La décision concerne aussi bien les modèles d’origines achetés en 1979 que ceux acquis de seconde main auprès de la France en 2018. Les autorités argentines chargent d’ailleurs largement notre pays ainsi que la Grande Bretagne dans ce dossier, sans vraiment essayer de se remettre en question.

Il faut dire qu’entre le Comando de la Aviación Naval Argentina et le Dassault Super Étendard c’est une histoire qui a connu autant de hauts que de bas. Dans le premier des cas on retrouve évidemment les actions aériennes de la guerre des Malouines où l’avion français marqua son époque en coulant deux navires britanniques. Grâce aux missiles air surface AM.39 Exocet qu’ils emportaient sous voilure les Super Étendard argentins envoyèrent par le fond le cargo affrété SS Atlantic Convoyer qui servait en fait de porte-aéronefs d’appoint pour la Royal Navy et le destroyer HMS Sheffield. Un double drame outre-Manche, et le début des ennuis diplomatiques et militaires pour l’Argentine.
Au-delà d’une riposte britannique féroce ce fut surtout le début de l’embargo le plus dur décidé par Londres au cours de l’ensemble du 20e siècle.

C’est justement cette décision diplomatique britannique qui a ensuite véritablement pourri la carrière argentine du Dassault Super Étendard. La présence de tout équipement britannique étant prohibé désormais dans ce pays sud-américain les sièges éjectables et les cartouches explosives assurant leur fonctionnement furent au cœur de bien des discussions. C’est en effet l’entreprise anglaise Martin-Baker qui les fabrique et les commercialise. L’idée en 2017-2018 de racheter cinq Super Étendard Modernisés auprès de la Marine Nationale devait permettre de pallier cette carence et d’en finir avec les achats argentins au marché noir. Des avions qui sont arrivés en Argentine voici quatre ans maintenant et n’ont jamais réussi à revoler depuis de manière opérationnelle.

Dans son discours devant les officiers de l’Armada de la República Argentina Jorge Taiana a donc annoncé le retrait officiel du service des Super Étendard dans leur ensemble. D’une manière bien peu diplomatique il a expliqué que la faute revenait à la France et à la Grande Bretagne qui n’avaient pas réussi à s’entendre sur les actions technologiques à mener pour rendre opérant les cinq Super Étendard Modernisés. Une manière comme une autre de rejeter sur d’autres la faute alors même que l’industrie aéronautique locale est déliquescente et que notamment la FAdeA n’a jamais été en capacité d’avoir les moyens financiers pour permettre le maintien en condition opérationnelle des chasseurs d’attaque d’origine française.

En filigrane c’est sans doute désormais la mort avérée de la chasse navale argentine, et ce pour de très très longues années voire ad-vitam. En Argentine la presse parle d’un énorme gâchis, non seulement d’argent mais aussi de temps.
On ignore ce qu’il va advenir des Super Étendard argentins, entre remise à des musées et envois à la ferraille.

Photos © Armada de la República Argentina

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

19 réponses

  1. Dommage il me semble que ce sont les derniers exemplaires en exploitation dans le monde.
    Et quelle gâchis pour ceux vendue en 2018 par la marine

  2. Oui, c’est vraiment dommage. Il est vrai que l’Argentine est très mal économiquement, mais ce fût un grand pays aéronautique autrefois.
    Maintenant c’est vrai que le Royaume-Uni garde une dent très dure contre l’Argentine et pas de chance, ils produisent les sièges ejectables.

    Maintenant, les Super Étendards ne sont pas non plus des perdreaux de l’année, mais bien entretenus et modernisés, ils pouvaient encore se faire respecter de Buenos Aires à Ushuaia.

  3. Bonjour Arnaud,
    ENAER est chilienne et non argentine. C.est la FAdeA de Cordoba qui est argentine.
    Cordialement.

    1. C’est corrigé. Désolé pour la coquille. Je pensais FMA j’ai écrit ENAER. Sans doute une méprise dans mon esprit avec le Pantera dérivé du Mirage 50.

  4. Ils ont qu’à les donner à l’Ukraine. Un Exocet ou un harpoon sous la voilure pourrait provoquer quelques mouvements de panique sur la mer noire…

  5. Il serait grand temps que les USA raisonnent les Britanniques afin d’éviter que la Chine et la Russie comblent le vide laissé par ce stupide embargo qui a duré trop longtemps. Des F-16 de seconde main fournis par les USA à prix modique me semble une option intéressante pour l’Argentine.

    1. L’Argentine n’était pas en train de se rapprocher de la Russie et des BRICS ?
      Si oui, alors dans ce cas, quel est intérêt des USA de se mêler des affaires britanniques ?
      Et les problèmes de l’économie argentine se limitent t-ils à l’embargo britannique ?

      1. Le rapprochement argentin de la Russie est régulièrement annoncé par l’agence Tass et tout aussi régulièrement démenti par les Argentins.

  6. Ils faut dire que depuis 6 mois , notre pays dois vendre ( donner ) des super étendard reformer… et que rien n’arrive en argentine.
    Bien sur ils ne faut pas le dire.. encore une affaire rondement bien menée.
    Merci , Mr macron encore un furure clients de perdus.

    1. Ce qui est bien avec les accusations mensongères c’est qu’elles signent leurs auteurs.

  7. J’ai du mal à croire que ces avions sont cloués au sol juste pour une histoire de siège éjectable et de leur cartouches… Il doit bien y avoir moyen pour un pays de se procurer ce genre de pièces détachées par l’intermédiaire des marchés parallèles, cela doit bien exister quand même…

  8. Le Super Etandard peut être considéré comme un avion de légende dans la mesure où il a coulé le HMS Sheffield anglais pendant la guerre des Malouines. Les destroyeurs de ce type avaient pourtant été conçus pour fournir à la Royal Navy une flotte de défense anti-aérienne ! Les pilotes argentins ont lancé leur attaque au ras des flots utilisant ainsi les qualités de cet aéronef conçu par Dassault et ont frappé le navire avec un Exocet. On peut associer le Mirage III au Super Etandard qui a taillé des croupière aux Mig russes sur différents théâtres d’opérations.

  9. Une Argentine sans aéronavale ne pourra jamais retenter de s’emparer des Malouines- Falkland. Donc , du bonus pour la paix.

    1. De toutes manières même avec une aéronavale dotée d’une chasse l’Argentine n’aurait pas les moyens de s’emparer durablement des Malouines. Mais je suis d’accord que c’est un bonus pour la paix et la stabilité dans la région.

  10. Manque d’entraînement des équipages.
    Absence des pièces de rechange.
    Faute de pouvoir s’approvisionner, en composants britannique, comme le siège éjectable.
    Entretien irrégulier.
    Après de nombreuses coupes budgétaires à cause de la crise financière en Argentine.
    Elle n’a pas les moyens de payer le carburant nécessaire, à leur mise en œuvre.

  11. Bonjour,
    je rebondis sur cet article pour poser la question aux experts: que reste t’il des SEM français? il y en as de conserevés sous cocons ou bien tous ceux qui ne sont pas exposés dans des musés/bases ont étés ferraillés?

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Sikorsky XHJS

Pour bien des passionnés d’aviation autant que pour nombre d’historiens le jet fut la grande révolution technologique de la Seconde Guerre mondiale. C’est vrai et

Lire la suite...