FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Aero Spacelines B377SG Super Guppy
Constructeur : Aero Spacelines, Inc.
Désignation : B377SG
Nom / Surnom : Super Guppy
Code allié / OTAN :
Variante : B377SGT
Mise en service : 1966
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Avions de transport
Rôle et missions :

HISTOIRE

Aero Spacelines B377SG Super Guppy :
De la NASA à Airbus Industries”

L’histoire de l’aviation n’a jamais eu peur du gigantisme.
Des hydravions commerciaux Dornier Do X et Hughes H-4 Hercules à l’avion de transport de fret Antonov An-225 Mriya les exemples sont fréquents, même si tous n’ont pas forcément conduits à de franches réussites industrielles et technologiques. Concevoir de A à Z un tel aéronef est souvent un parcours semé d’embuches. C’est pourquoi certains ont décidé de prendre un raccourci, à l’image la société Aero Spacelines basée à Van Nuys en Californie. Elle s’est en effet faite une spécialité de transformer en machines de transport hors-norme des avions existant déjà et ayant fait leur preuve. C’est ainsi que naquit un des appareils les plus aisément reconnaissables au premier coup d’œil : le B377SG, mieux connu comme Super Guppy.

Après l’expérience acquise sur son unique B377PG Pregnant Guppy la société Aero Spacelines comprit le potentiel qu’elle pouvait tirer des avions de ligne Boeing 377 Stratocruiser. Les transformer en avions de transport hors norme n’était pas forcément un jeu d’enfant mais l’avion s’y prêtait particulièrement bien. C’est pourquoi ses dirigeants décidèrent d’aller encore plus loin en cherchant à produire un appareil capable de transporter par voie aérienne des tronçons de fusées Saturn V. Le marché existait auprès de la NASA.

Dans ce but Aero Spacelines racheta un des deux Boeing YC-97J Stratofreighter construits auprès de l’US Air Force. À la différence de ses prédécesseurs et des versions civiles cet avion avait été conçu pour être propulsé par quatre Pratt & Whitney YT34-P-5, des turbopropulseurs d’une puissance unitaire de 5700 chevaux. Malheureusement ces derniers étant trop gourmands en carburant et particulièrement fragiles le Pentagone ne donna pas suite. D’ailleurs aussitôt l’YC-97J entre les mais d’Aero Spacelines ceux-ci furent déposés et remis à neuf. Dans le même temps la cellule de l’avion, sa voilure, et son empennage étaient démontés et envoyés dans les ateliers californiens.
Aero Spacelines mit une option sur le second YC-97J.

Appliquant les mêmes théories que sur le B377PG Pregnant Guppy l’YC-97J se vit doté d’un fuselage volumineux et d’un nouvel empennage permettant d’augmenter la portance de l’avion. La voilure fut renforcée et légèrement agrandie tandis qu’un nouveau train d’atterrissage voyait le jour. Une articulation permettait d’ouvrir le fuselage, juste derrière le cockpit afin d’y faire entrer la charge marchande. En juillet 1965 l’ancien avion cargo de l’US Air Force sortait d’ateliers. L’Aero Spacelines B377SG Super Guppy était né.
Extérieurement l’avion était tout bonnement monstrueux.

Pourtant lorsqu’il réalisa son premier vol le 31 août 1965 chacun put constater que l’Aero Spacelines B377SG Super Guppy était un avion maniable, manœuvrable, et même assez élégant. Après une rapide campagne d’essais en vol il fut livré en 1966 à la NASA qui le mit immédiatement en service afin de transporter des tronçons de fusée mais aussi d’autres charges volumineuses.
L’option sur le second YC-97J fut validée et l’avion arriva à Van Nuys en mars 1966. Cette fois les quatre turbopropulseurs d’origine furent déposés définitivement et remplacés par des Allison 501-D22C d’une puissance nominale de 4912 chevaux entraînant chacun une hélice quadripale en métal. C’est le même modèle de turbopropulseur qui équipait les avions de ligne Convair CV-580 et Lockheed L-188 Electra.

Malgré l’échec du Lockheed R6V Constitution l’US Navy cherchait toujours au milieu des années 1960 un avion de transport lourd pour ses propres besoins. Il lui fallait remplacer ses Douglas C-118B Liftmaster à moteurs à pistons. Elle envisagea un temps d’acquérir des Aero Spacelines B377SG Super Guppy. Malheureusement les essais réalisés avec le deuxième exemplaire construit se révélèrent désastreux. L’avion avait été pensé pour des vols ponctuels non pour des missions régulières. Surtout le stock disponible de Boeing C-97/KC-97 et 377 n’aurait jamais été suffisant pour satisfaire l’aéronavale américaine.
L’US Navy proposa même à Aero Spacelines de développer une version spécifique à partir de ses C-118B. L’avionneur refusa net. Les démarches de la marine américaine en restèrent là.

Afin de marquer la différence entre l’avion d’origine conservant ses turbines Pratt & Whitney et la version de série dotée d’Allison cette dernière fut désignée B377SGT. Une troisième machine fut produite à partir d’un ravitailleur en vol KC-97G en mars 1968 pour le compte là encore de la NASA. Celle-ci alignait donc les trois Super Guppy assemblés.
Début 1969 la société californienne reçut une commande pour deux avions de la part d’un obscur consortium européen regroupant aussi bien des Français que des Italiens, ou encore des Ouest-Allemands. Leur idée était de construire des avions de ligne comme d’autres font des puzzles. Et ils comptaient utiliser le B377SGT comme transport des plus gros élément de leur futur avion de ligne.

C’est au cours du second semestre 1969 que les deux avions commandés quittèrent la Californie pour leur plus long vol jamais réalisé. À vide ils devaient rejoindre Toulouse dans le sud-ouest français. C’est là que le consortium Airbus Industries allait prendre livraison de ces deux avions hors normes. Immatriculés en France ils furent baptisés Skylink par leur propriétaire. De 1970 à leur retrait du service en 1995 les deux avions américains participèrent à plusieurs des aventures technologiques européennes : les Airbus A300, A310, et A320 bien entendu. Ils transportèrent également des éléments des prototypes des A330 et A340. Airbus les prêta même un temps à Arianespace afin de transporter des tronçons de fusée, ce pourquoi ils furent inventés.
Comble de l’ironie ils laissèrent la place aux cinq Airbus Beluga, dérivés de l’A300 pour lesquels ils furent achetés !

Si Airbus ne fait plus voler ses Aero Spacelines B377SG Super Guppy il en est tout autrement de la NASA qui début 2021 continuait de ponctuellement faire appel à son dernier exemplaire immatriculé N941NA. Actuellement quatre avions sont exposés dans des musées, un aux États-Unis et les trois autres en Europe : Bruntingthorpe au Royaume Uni, Hambourg en Allemagne, et enfin Toulouse en France conservent de tels avions, tous trois aux couleurs d’Airbus qui n’utilisa que deux avions !
Il est à signaler que le B377SG Super Guppy a donné naissance à version plus petite désignée B377MG Mini Guppy construite à deux exemplaires.

 

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Aero Spacelines B377SGT Super Guppy
Envergure : 47.63 m
Longueur : 43.84 m
Hauteur : 14.78 m
Motorisation : 4 turbopropulseurs Allison 501-D22C
Puissance totale : 4 x 4912 ch.
Armement :
Charge utile : 23800
Poids en charge : 77110 kg
Vitesse max. : 465 km/h en croisière maximale
Plafond pratique : 7500 m
Distance max. : 815 Km à charge maximale
Equipage : 5
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Aero Spacelines B377SG Super Guppy

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Aero Spacelines B377SG Super Guppy

VIDÉO

Décollage d'un B377SGT Super Guppy de la NASA