LFG Roland C.II

Fiche d'identité

Appareil : LFG Roland C.II
Constructeur : Luft-Fahrzeug-Gesellschaft
Désignation : C.II
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante : C.IIa, C.III, C.VIII
Mise en service : 1916
Pays d'origine : Allemagne
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion de reconnaissance

Sommaire

“ La baleine allemande ”

Histoire de l'appareil

Dès l’origine de l’aviation militaire la recherche et le recueil du renseignement ont été au cœur des attentes des états-majors. L’arme aérienne permettait de donner une nouvelle dimension à cette reconnaissance en permettant non seulement de s’élever mais aussi de se déplacer et ainsi de couvrir des distances plus importante qu’au niveau du sol ou même qu’en ballon statique. La Première Guerre mondiale permit ainsi de planter les premiers jalons de ce qui allait devenir une obsession des conflits à venir. Entre 1914 et 1918 l’Allemagne s’illustra avec quelques-uns des meilleurs avions de reconnaissance de son temps dont le très surprenant biplan LFG Roland C.II.

Quand à l’automne 1915 l’avionneur allemand LFG Roland fit voler son C.II de reconnaissance beaucoup comprirent que l’avion était très en avance sur son temps. Le moteur à six cylindres en ligne Mercedes D.III n’y était pour pas grand-chose, celui-ci étant alors déjà répandu parmi les constructeurs germaniques. On le retrouvait notamment sur l’AGO C.I ou encore sur le Schütte-Lanz G.I. En fait c’est son architecture générale qui le rendait révolutionnaire. L’ingénieur en chef Kurt Tantzen avait eu deux brillantes idées.
La première concernait le fuselage rendu le plus aérodynamique possible grâce à de fines couches de contreplaqués qui enveloppaient littéralement l’avion, comme une peau. Cette technique fut baptisée «Wickelrumpf» ou «corps enveloppé». La seconde touchait directement la voilure ne possédant à un seul mât de voilure par aile et supprimant les mâts de cabane. Dans les deux cas cela permit de réduire considérablement la traînée du C.II.

La Luftstreitkräfte passa immédiatement commande pour 300 exemplaires destinés à remplir des missions de reconnaissance tactique au-dessus de la Belgique et de la France, mais aussi dans les Balkans. Les premiers LFG Roland C.II de série entrèrent en service actif en avril 1916. Ils ont notamment permis en première ligne de remplacer des avions comme l’AEG B.II ou encore l’Aviatik C.I alors obsolètes.
Surtout son autonomie de quatre heures permit au LFG Roland C.II de mener les premières missions de reconnaissance stratégique allemande au-dessus de la Grande Bretagne. À l’altitude où ils évoluaient ces biplans étaient à l’abri des DCA de la Triple Entente.

Avec une vitesse de croisière de 150 kilomètres heures ils représentaient en outre une cible difficile pour les chasses alliées. À l’automne 1916 un équipage allemand de C.II réussit même le tour de force d’abattre un chasseur monoplace français Nieuport XI Bébé. Désormais l’avion de reconnaissance allemand se tailla une belle réputation parmi les équipages tandis qu’il devint l’un des avions à abattre en priorité par la Triple Entente.
À l’usage le C.II fut surnommé la «baleine» par les équipages de la Luftstreitkräfte.

Début 1917 alors que la production des C.II battait son plein l’avionneur LFG Roland présenta le C.IIa disposant de saumons de voilure révisés et commandé à 100 exemplaires supplémentaires. En parallèle des essais de nouvelle motorisation eurent lieu.
Un moteur à six cylindres en ligne Benz Bz.IV de 200 chevaux fut monté, donnant naissance au LFG Roland C.III. Par la suite une combinaison similaire fut essayée mais cette fois autour d’un Mercedes D.IVa d’architecture identique mais développant 260 chevaux. Le LFG Roland C.VIII qui en découla ne connut pas plus de suite.

Finalement les LFG Roland C.II restèrent en première ligne en Europe occidentale jusqu’à l’été 1918, laissant la place progressivement à des avions de reconnaissance plus modernes comme les Fokker C.I et Halberstadt C.V. Ailleurs ils volèrent jusqu’à la fin du conflit.
Après-guerre aucun exemplaire ne fut repris par les aviations alliées.

Toujours considéré de nos jours comme un des meilleurs avions de reconnaissance de la période 1914-1918 le LFG Roland C.II marqua durablement son temps. Bon avion intrinsèquement parlant il n’avait en fait qu’un seul véritable défaut : il ne pardonnait pas les erreurs de pilotage lors des phases de décollages et d’atterrissages. C’est là qu’il connut la majorité de ses accidents, souvent en raison de pilotes inexpérimentés.
Aucun n’est parvenu jusqu’à nous.

 

PARTAGER
Sondage

"Si la France devait mettre une des personnalités aéronautiques suivantes au Panthéon, laquelle vous semblerait la plus logique ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Photos du LFG Roland C.II

Caractéristiques techniques

Modèle : LFG Roland C.II
Envergure : 10.30 m
Longueur : 7.70 m
Hauteur : 2.90 m
Surface alaire : 26.00 m2
Motorisation : 1 moteur en ligne Mercedes D.III
Puissance totale : 1 x 160 ch.
Armement : Une mitrailleuse synchronisée fixe de calibre 7.92mm tirant en position de chasse et une arme identique montée sur affût mobile arrière.
Charge utile : -
Poids en charge : 1280 kg
Vitesse max. : 165 km/h à 2000 m
Plafond pratique : 4000 m
Distance max. : 600 Km à masse maximale
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Profil couleur

Profil couleur du LFG Roland C.II

Plan 3 vues

Plan 3 vues du LFG Roland C.II
Fiche éditée par
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
Facebook
Twitter
Pinterest
Email
Print

Vidéo du LFG Roland C.II

Désolé, actuellement aucune vidéo n'a été répéretoriée pour cet aéronef.