FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Short SA.6 Sealand
Constructeur : Short Brothers Ltd.
Désignation : SA.6
Nom / Surnom : Sealand
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1951
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Amphibie de recherches et sauvetages en mer, entraînement avancé, transport léger, liaisons.

HISTOIRE

Short SA.6 Sealand :
Le bimoteur amphibie britannique d'après-guerre”

Au cours de l’immédiat après-guerre les hydravions demeurèrent des machines appréciées des compagnies aériennes autant que des forces aériennes et aéronavales pour leur souplesse d’emploi. Pourtant l’émergence d’avions de transport de nouvelle génération allait rapidement changé la donne. Les constructeurs devaient s’adapter, et bientôt ce fut la fin des grands hydravions quadrimoteurs qui avaient pourtant fleuri dans les années 1930 et 1940. Des modèles plus petits, généralement amphibies, firent leur apparition et tentèrent de conquérir de nouveaux marchés. Ce fut le cas au Royaume-Uni avec l’étonnant Short SA.6 Sealand.

L’un des premiers avionneurs à comprendre cette évolution du marché fut l’américain Grumman. En 1946 il fit voler un étonnant petit bimoteur amphibie destiné au marché d’affaire et de transport touristique. Construit à une cinquantaine d’exemplaires son G-73 Mallard allait en fait considérablement influencer les années à venir.

De l’autre côté de l’Atlantique les ingénieurs britanniques de chez Short Brothers furent d’ailleurs impressionnés quand ils purent voler à bord du bimoteur américain. Non seulement il était souple d’emploi, facile à piloter, mais conservait ce qui avait fait le succès des modèles précédents à savoir une rusticité alliée aux dernières technologies. Afin d’épouser au mieux ce nouveau marché naissant les dirigeants de Short décidèrent de sortir à leur tour une machine comparable qu’il baptisèrent SA.6 Sealand.

Ce nouvel amphibie visait clairement la concurrence du Grumman G-73 Mallard, mais pas uniquement. En effet Short demeurait depuis la Première Guerre mondiale un fournisseur fidèle de la Royal Air Force et de la Royal Navy. L’avionneur comptait bien en profiter et proposer son nouvel appareil à ces deux utilisateurs potentiels.
Des plans et vues d’artistes furent confiés et rapidement la RAF rejeta le Sealand. Il n’en fut pas de même pour l’aéronavale britannique qui recherchait alors un modèle pouvant réaliser des vols de liaisons, de transport léger, voire de recherches et sauvetages en mer.

C’est donc plein de confiance que les ateliers Short lancèrent l’assemblage du prototype à la mi-1947. Extérieurement le SA.6 Sealand était une machine assez conventionnelle avec sa coque à double redan, son aile haute, son assemblage en métal, et ses deux flotteurs additionnels sous voilure. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en ligne De Havilland Gipsy Queen Mk-70-3 d’une puissance nominale de 345 chevaux entraînant chacun une hélice tripale en métal et bois. Son cockpit biplace côte à côte était sommaire mais globalement bien équipé et cinq à sept passagers pouvaient prendre place dans la cabine passagers.
C’est dans cette configuration que le premier vol eut lieu le 22 janvier 1948.

Par rapport à son concurrent déclaré le Short SA.6 Sealand était donc notablement plus petit et par conséquent moins puissant, puisque le G-73 Mallard développait 608 chevaux par moteur et pouvait transporter jusqu’à quinze voire dans certains cas dix-sept passagers. Une différence notable qui n’allait pas tarder à faire la différence entre les deux bimoteurs amphibies.
Lors des essais en vol le Sealand ne présenta pas de gros défaut, et quatre exemplaires de présérie furent assemblés afin d’assurer la représentation commerciale de l’appareil auprès des clients du monde entier.

C’est d’ailleurs en route vers un de ces vols qu’en mars 1950 le premier avion de présérie fut pris dans une tempête en Mer du Nord et heurta violemment une falaise en Norvège. Les deux membres d’équipage et cinq passagers, tous salariés de Short Brothers, périrent dans l’accident. Pourtant celui-ci n’empêcha pas que le SA.6 Sealand soit certifié quatre semaines plus tard.
Le premier avion fut livré à une compagnie pétrolière américaine en décembre de la même année.

En fait cette victoire commerciale aux États-Unis cachait mal l’échec commercial que représentait déjà le Short SA.6 Sealand. La majorité des compagnies aériennes refusait un si petit amphibie commercial et l’avion était trop sommaire pour couvrir le marché d’affaire. L’appareil britannique échoua là où s’imposa (péniblement) son homologue américain.
Mais surtout dans la foulée la Royal Navy annonça son retrait du programme au début de l’année 1951.

Pourtant le constructeur réussit ça et là à vendre son bimoteurs jusqu’à ce qu’en juillet 1952 arrive sa plus grosse commande. L’Indian Navy acheta dix exemplaires afin de remplir des missions de recherches et sauvetages en mer, de surveillance des zones de pèches, et d’entraînement avancé. Pour cela ses futurs Short SA.6 Sealand devaient disposer d’un système de double commande.
Une fois les modifications apportées les machines furent livrées entre janvier et octobre 1953.

Dans les rangs de l’Indian Navy les Short Sealand remplirent principalement la première et la troisième des missions pour lesquelles ils avaient été commandés. La surveillance des zones de pèches revint à de vieux bimoteurs terrestres Avro Anson datant de la guerre. Pourtant leur rayon d’action un peu court obligea les Sealand à ne réaliser que des missions de recherches-sauvetages au plus près des côtes. Ce qu’ils firent à merveilles, se taillant même une réputation hors du commun durant leurs onze années de service opérationnel.
Lorsqu’ils quittèrent le service actif fin 1964 on estime qu’ils avaient sauvé plus de mille vies.

Pourtant l’Inde ne fut pas le seul utilisateur militaire de l’avion. Un exemplaire fut acheté en 1953 par la Royal Saudi Air Force comme machine de liaisons et de recherches-sauvetages en mer. Ce bimoteur unique fut utilisé pendant quelques années avant d’être revendu à une société privée américaine qui l’utilisa au Moyen-Orient comme avion de transport léger jusqu’au début des années 1970.
Mais l’utilisateur certainement le plus surprenant fut la force aérienne yougoslave. Théoriquement allié des Soviétique le maréchal Tito tint toujours à conserver de bonnes relations avec l’ouest et utilisa plusieurs modèles d’aéronefs provenant des pays de l’OTAN.
La Yougoslavie utilisa deux Sealand là encore pour des missions de recherches-sauvetages en mer entre 1953 et 1965.

Amphibie assez mal connu le Short SA.6 Sealand n’a été construit qu’à 25 exemplaires, y compris les quatre avions de présérie. Et sur ce total treize furent vendus à des clients militaires. Pas mal pour un bimoteur britannique rejeté par la Royal Air Force et la Royal Navy.
De nos jours au moins deux exemplaires sont préservés dans des musées aéronautiques en Inde et en Serbie.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Short SA.6 Sealand au standard de l'Indian Navy.
Envergure : 17.98 m
Longueur : 12.86 m
Hauteur : 4.57 m
Motorisation : 2 moteur en ligne De Havilland Gipsy Queen Mk-70-3
Puissance totale : 2 x 345 ch.
Armement : Aucun
Charge utile : Jusqu'à quatre blessés et deux sauveteurs.
Poids en charge : 4130 kg
Vitesse max. : 300 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 6250 m
Distance max. : 1050 Km en missions de recherches et sauvetages en mer.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Short SA.6 Sealand

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Short SA.6 Sealand

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données