FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : VL Kotka
Constructeur : Valtion Lentokonetehdas
Désignation :
Nom / Surnom : Kotka
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1932
Pays d'origine : Finlande
Catégorie : Avions de reconnaissance
Rôle et missions : Avion et hydravion de reconnaissance et de surveillance, liaisons.

HISTOIRE

VL Kotka :
Un aéronef raté mais apprécié des équipages”

Dès la fin de la Première Guerre mondiale la Finlande chercha, comme la Belgique ou le Danemark, à s’imposer parmi les puissances aéronautiques. Cependant à l’instar de ces deux nations elle ne sut jamais dépasser son statut de nation mineure de ce domaine industriel. L’avionneur VL développa quelques-uns des principaux avions finlandais. Parmi ceux-ci figurait un surprenant biplan à vocation militaire tantôt avion classique tantôt hydravion à flotteurs : le Kotka.

En 1929 l’état-major finlandais demanda à l’avionneur VL de développer un avion ayant des capacités de transformation en hydravion à flotteurs afin de succéder aux IVL Hansa alors en service dans les unités de reconnaissance et de surveillance frontalière. Le Hansa était en fait une version fabriquée sous licence locale du célèbre hydravion allemand Hansa-Brandenburg W.33 apparu en 1918.
Le marché pour VL s’élevait à soixante-dix avions.

Le futur appareil reçut la désignation militaire E.30 tandis que l’avionneur l’appelait VL Kotka. Il s’agissait d’un biplan de construction mixte, bois entoilé et métal, disposant de deux flotteurs pouvant être échangés au profit d’un train classique à skis. La motorisation du Kotka tournait autour d’un moteur à neuf cylindres en étoile Bristol Jupiter Mk-IV de facture britannique. Celui-ci développait 430 chevaux et actionnait une hélice bipale en bois. Les deux membres d’équipage prenaient place dans un poste de pilotage en tandem à l’air libre.
L’armement de l’appareil se composait d’une mitrailleuse synchronisée Vickers tirant en position de chasse d’un calibre de 7.7mm et d’une arme similaire installée sur affût annulaire arrière et servie par l’observateur.
C’est dans cette configuration que le premier vol du Kotka eut lieu le 30 septembre 1930.

Rapidement le Kotka s’avéra assez peu innovant vis à vis de l’Hansa qu’il devait remplacer. La force aérienne finlandaise décida alors de changer son fusil d’épaule. Elle passa commande pour un lot de 26 biplans britanniques Blackburn Ripon, un modèle qui avait déjà fait ses preuves dans les rangs de la Fleet Air Arm.
Cela ne tua cependant pas le VL Kotka. Trois exemplaires, terrestres cette fois, furent commandés. Ils étaient animés cette fois par un moteur à neuf cylindres en étoile Wright R-1820-E Cyclone de facture américaine développant 575 chevaux. Trois semaines plus tard un quatrième avion terrestre fut commandé, mais avec le même moteur que le prototype, à savoir le Jupiter Mk-IV.
Enfin à l’été 1931 un ultime Kotka fut commandé, en version terrestre mais avec possibilité d’être transformé en hydravion à flotteurs. Celui-ci disposait d’un moteur à neufs cylindres en étoile Pratt & Whitney R-1690-B Hornet d’une puissance de 575 chevaux également.

Hormis le premier et le dernier VL Kotka de série, les deux appelés à opérer comme hydravion de surveillance, l’armement des appareils avait été renforcé. Désormais deux mitrailleuses jumelées étaient installées dans le poste de tir arrière et une charge de bombe de 300kg était installée sous le plan inférieur de voilure.
Quand ils furent officiellement déclarés opérationnels au début de l’année 1932 les Kotka n’étaient pas exactement les biplans espérés. Ils étaient lents, peu manœuvrables, lourds à l’atterrissage, et pardonnant peu les erreurs de pilotage. En outre la gabegie de leur motorisation les rendait cauchemardesques pour les mécanos.

Malgré cela il demeurèrent en service jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, assurant jusqu’en 1943 des missions de surveillance le long de la frontière avec l’Union Soviétique. Ils furent même employés pour harceler la marine soviétique dans le golfe de Finlande.
En 1944 les deux VL Kotka encore en état de vol furent désarmés et affectés à des missions de liaisons. Ils finirent leur carrière en 1945, laissant la place à des Avro Anson bimoteurs bien plus modernes.

Rétrospectivement on pourrait se dire que le VL Kotka avait tout d’un avion raté, ce que fondamentalement il était. Mais à l’usage, notamment en temps de guerre, les équipages lui trouvèrent des qualités. Sa lenteur en fit un redoutable avion d’observation et de harcèlement des forces soviétiques. Kotka se traduit en français par Aigle.
De nos jours l’exemplaire codé KA-148 à moteur Wright est préservé au musée aéronautique de la petite ville d’Asikkala dans le sud de la Finlande. Il témoigne du passé aéronautique finlandais.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : VL Kotka, à moteur Wright en version terrestre.
Envergure : 12.71 m
Longueur : 10.25 m
Hauteur : 3.80 m
Motorisation : 1 moteur en étoile Wright R-1820-E Cyclone
Puissance totale : 1 x 575 ch.
Armement : Trois mitrailleuses Vickers de calibre 7.7mm (une position de chasse et les deux autres sur affût mobile arrière) et six bombes de 50kg ou trois de 100kg.
Charge utile :
Poids en charge : 2380 kg
Vitesse max. : 225 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 5550 m
Distance max. : 650 Km à masse maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du VL Kotka

PROFIL COULEUR

Profil couleur du VL Kotka

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données