FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Blackburn T-5 Ripon
Constructeur : Blackburn & General Aircraft Ltd.
Désignation : T-5
Nom / Surnom : Ripon
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1929
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier torpilleur embarqué, bombardier de reconnaissance.

HISTOIRE

Blackburn T-5 Ripon :
Un bombardier biplan à la surprenante longévité”

Durant l’entre-deux-guerres les industries aéronautiques britanniques et françaises furent parmi les plus florissantes, en raison principalement de l’héritage de la Première Guerre mondiale. Au Royaume-Uni il existait une grosse dizaines d’avionneurs assurant la production aussi bien civile que militaire. Parmi ceux-ci certains ne travaillaient jusque là exclusivement que pour l’aéronavale britannique à l’image de Blackburn. Et ce constructeur développa dans les années 1920 un bombardier torpilleur embarqué qui vola jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : le T-5 Ripon.

Tout commença fin 1923 quand à Londres l’Air Ministry émit la Specification 21/23 relative à un bombardier torpilleur biplace embarqué. Le futur avion devait pouvoir assurer à partir de début 1928 le remplacement en première ligne des Blackburn T-2 Dart alors en dotation depuis un an. En fait ces derniers n’avaient pas donné pleine satisfaction à la Royal Navy qui souhaitait ainsi s’en séparer.
Le cahier des charges était suffisamment large pour permettre à plusieurs constructeurs d’y répondre, et ce fut le cas avec trois d’entre-eux : Avro, Blackburn, et Handley-Page. Chacun proposait un avion original, et non le développement d’une machine existant déjà comme cela se faisait régulièrement à cette époque.

Avro présentait son Type 571 Buffalo, Blackburn son T-5 Ripon, et Handley-Page son H.P.31 Harrow. Très rapidement ces deux derniers se détachèrent dans la compétition, l’Avro Buffalo montrant des signes de mauvaise conception. Bien que testé avec deux motorisations différentes et aussi bien en conception mixte bois et métal que tout métal il ne suscita aucun intérêt de la part de l’amirauté.
La Royal Navy se concentra donc sur les propositions de Blackburn et de Handley-Page. Les deux avions réalisèrent leur premier vol à une semaines d’intervalle. Le 17 avril 1926 pour le T-5 Ripon et le 24 avril pour le H.P.31 Harrow. Et les deux avions tenaient fermement la compétition, l’un répondant souvent à l’autre. Les départager ne fut pas un affaire très simple mais finalement en décembre 1926 il fut décidé que le T-5 Ripon succèderait au T-2 Dart. Il restait désormais quelques ajustements à réaliser par l’avionneur.

Le cahier des charges prévoyait en effet que le futur avion soit un bombardier torpilleur et non un simple torpilleur. Il fallait donc permettre au Blackburn T-5 Ripon d’assurer des missions de bombardement conventionnel. Il était nécessaire de trouver un arsenal différent de la sempiternelle torpille de 457mm. Et cela fut trouvé avec les bombes 104kg que l’avion emportait à hauteur de six exemplaires sous les ailes et le fuselage. En outre le Ripon disposait d’un armement défensif composé d’une mitrailleuse Lewis de calibre 7.7mm tirant sur affût mobile arrière.

L’avion entra en service actif dans la Fleet Air Arm, la branche aviation de la Royal Navy, au cours de l’été 1929. À cette époque leur désignation était Blackburn Ripon Mk-II. Seuls le prototype et l’appareil de présérie étaient appelés Ripon Mk-I.
En fait ces vingt avions de série étaient très proches de la présérie. Comme ce dernier ils étaient de construction mixte bois et métal et pouvaient être transformés en hydravion à flotteurs en quelques heures seulement.
Il furent rejoints entre fin 1929 et début 1930 par les quarante Ripon Mk-IIA disposant d’une voilure renforcée et d’un armement revu et corrigé. Un mitrailleuse Vickers de calibre 7.7mm fut installée en position de chasse. Elle était synchronisée. Dix Ripon Mk-IIA furent livrés comme hydravions à flotteurs, n’ayant de ce fait que la possibilité d’emporter la torpille de 457mm et pas les bombes. En 1931 apparurent les Ripon Mk-IIC dont seulement dix exemplaires furent construits de zéro, les autres étant des Mk-II et Mk-IIA transformés. Ils se caractérisaient par leur voilure métallique et leur capacité à emporter trois bombes de 240kg en lieu et place des six de 104kg.

Blackburn comprit également que le secret était dans la vente à l’export. Des pourparlers eurent lieu avec plusieurs pays comme la Finlande, l’Italie, le Japon, ou encore le Pérou. Mais seule le premier de ces pays fit l’acquisition du Blakburn T-5 Ripon. La société finlandaise VL négocia l’assemblage local des avions destinés à la force aérienne de ce pays.
Désignés Ripon Mk-IIF ils étaient similaires dans leur conception aux Mk-IIA mais disposait en outre d’une capacité à emporter un conteneur à appareils photos. De bombardier torpilleur il était devenu bombardier de reconnaissance. Surtout ils avaient été remotorisé à l’aide de Gnome & Rhône Jupiter VI et de Bristol Jupiter VII en étoile.
Vingt-six exemplaires furent achetés et entrèrent en service fin 1929.

En Finlande les Ripon Mk-IIF furent adaptés par VL afin de pouvoir recevoir un train de skis, leur permettant d’opérer également depuis les pistes enneigées ou glacées durant le rude hiver scandinave. Une adaptation qui allait leur être bien utile durant la Seconde Guerre mondiale.
Car si la Royal Navy retira du service ses Ripon entre 1933 et 1935, au profit de son dérivé profondément modernisé le B-5 Baffin, l’Ilmavoimat les conserva bien plus longtemps.

Lorsque la Guerre d’Hiver fut déclenchée en novembre 1939 contre l’URSS le Blackburn Ripon Mk-IIF était encore le principal bombardier léger de reconnaissance en Finlande, un avion apprécié des pilotes qui volaient dessus. Durant les trois mois et demi de ce conflit, jusqu’en mars 1940, les biplans d’origine britannique réalisèrent des vols au-dessus des positions soviétiques, n’hésitant pas au passage à leur larguer deux ou trois bombes.
Au soir de Noël 1939 quatre Ripon finlandais attaquèrent une position soviétique sur le lac Ladoga, trois des biplans étaient armés de bombes de 104kg mais le quatrième disposait d’une torpille de 457mm. Le but était de couler une grosse barge servant au transbordement des chars d’assaut. Et l’avion fit coup au but. Les quatre bombardiers revinrent à leur base, mais avec une perte. L’observateur-mitrailleur de l’un d’entre-eux avait été tué par la DCA ennemie.
Par contre durant la Guerre de Continuation entre juin 1941 et septembre 1944 les Ripon ne réalisèrent qu’épisodiquement des missions de bombardement contre les troupes soviétiques, se contentant bien souvent de vols de reconnaissance. Ces biplans furent retirés du service en 1945, une fois la paix revenue.

Si au Royaume-Uni le Blackburn T-5 Ripon est relativement retombé dans l’oubli l’avion possède encore une belle aura en Finlande. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si c’est dans ce pays que subsiste de nos jours le seul avion préservé dans un musée.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Blackburn Ripon Mk-IIC, en version terrestre.
Envergure : 13.67 m
Longueur : 11.20 m
Hauteur : 3.91 m
Motorisation : 1 moteur en ligne Napier Lion XI
Puissance totale : 1 x 570 ch.
Armement : Deux mitrailleuses de calibre 7.7mm, une en position de chasse et l'autre sur affût mobile arrière, ainsi qu'une torpille de 457mm ou une charge de bombes pouvant aller jusqu'à 624kg.
Charge utile :
Poids en charge : 3311 kg
Vitesse max. : 175 km/h au niveau de la mer
Plafond pratique : 3050 m
Distance max. : 650 Km à masse maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Blackburn T-5 Ripon

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Blackburn T-5 Ripon

VIDÉO

Archives d'époque du Blackburn Ripon.