FICHE DESCRIPTIVE

Appareil : Yakovlev Yak-28 ‘Firebar’
Constructeur : Yakovlev A.S. Design Bureau
Désignation : Yak-28P
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN : Firebar
Variante :
Mise en service : 1964
Pays d'origine : U.R.S.S.
Catégorie : Chasseurs des années 60-80
Rôle et missions : Chasseur de supériorité aérienne, intercepteur.

HISTOIRE

Yakovlev Yak-28 ‘Firebar’ :
Le patrouilleur d'interception”

Durant la guerre froide l’aviation soviétique fut à l’instar de son homologue américaine très prolifique dans la conception de machines militaires. À la différence pourtant des avionneurs des États-Unis ceux basés en URSS tentèrent souvent de développer des avions polyvalents capables de remplir plusieurs missions. Quand une machine fonctionnait bien dans un rôle il n’était pas si rare que ça qu’elle donne naissance à une version différente dédiée à des missions très différentes. L’un des exemples les plus frappant fut le chasseur biréacteur Yakovlev Yak-28P, alias Firebar pour l’OTAN.

C’est en 1960 que Moscou chargea l’avionneur à succès Yakovlev de développer le chasseur relatif au programme Izdeliye 40. En fait il s’agissait de développer un avion destiné à mener des interceptions et des patrouilles de supériorité aérienne. Cependant dans un souci d’économie et de gains de temps l’état-major des forces soviétiques imposa que le futur chasseur dérive du bombardier moyen Yakovlev Yak-28.
L’avion reçut alors la désignation de Yak-28P.

Extérieurement le lien de parenté entre les deux avions ne faisait aucun mystère. Mis à part un nez redessiné pour accueillir le radar Oriol-D (alias Skin Skip pour les experts de l’alliance Atlantique) et l’apparition de deux missiles air-air à moyenne portée AA-3 Anab sous voilure la version de chasse différait peu du bombardier d’origine. À la différence des autres versions du Yakovlev Yak-28 le Yak-28P ne disposait évidemment pas d’une soute à bombes remplacée par un double réservoir de carburant. Plus surprenant le canon interne avait disparu de son arsenal. C’est dans cette configuration que l’avion réalisa son premier vol en août 1962.

Au moins trois avions de présérie succédèrent au prototype afin de réaliser les vols d’essais. À cette époque là l’un d’eux fut désigné Yak-28PM et doté de réacteurs Tumanski R11AF3-300 en lieu et place des Tumanski R11AF2-300. Grâce à ce nouveau propulseur l’avion devait pouvoir devenir bisonique. Malgré des essais encourageant le programme fut abandonné après six vols d’essais. L’avion fut de nouveau modifié, cette fois au standard Yak-28UPR et doté d’un moteur-fusée d’appoint afin de permettre d’atteindre des altitudes stratosphérique pour y réaliser l’interception des avions-espions américains Lockheed U-2. Malheureusement les essais démontrèrent que la solution n’était pas viable.
Les premiers Yakovlev Yak-28P entrèrent en service au début de l’année 1964.

À cette époque ce chasseur n’était ni meilleur ni moins bon qu’un autre, il était en fait assez quelconque. Son seul véritable avantage était de disposer d’un rayon d’action de 2500 kilomètres à une époque où les chasseurs soviétiques n’étaient pas ravitaillés en vol. Il n’était alors pas rare de voir des patrouilles de cinq ou six Yakovlev Yak-28P opérer en même temps aux frontières de l’Union Soviétique. Quand l’OTAN découvrit l’avion elle décida de lui affecter le nom de code de Firebar, officialisant ainsi les grosses différences avec le bombardier Yak-28 Brewer.

Comparativement à d’autres avions soviétiques de l’époque le chasseur Yak-28P ne fut pas produit à beaucoup d’exemplaires puisque «seulement» 435 avions furent construit jusqu’en 1967. Aucun ne fut exporté vers un pays allié ou un satellite du Pacte de Varsovie. En 1969 des appareils basés dans l’extrême-orient soviétique furent aperçus par la chasse américaine basée au Japon avec quatre missiles air-air AA-2 Aphid en lieu et place des habituels deux AA-3 Anab. Cependant cette configuration sembla assez marginale dans la carrière du Yak-28P.

Durant les années 1970 le Yakovlev Yak-28P Firebar était avec les Mikoyan-Gurevitch MiG-21 Fishbed et MiG-23 Flogger un des principaux chasseurs de l’aviation soviétique. Trop lent pour représenter un réel danger pour les avions espions Lockheed SR-71 Blackbird il pouvait cependant se concentrer sur l’interception d’avions plus lents comme les Martin RB-57 Canberra.
L’aviation soviétique déploya à cette période plusieurs de ses chasseurs biréacteurs Yak-28P en République Démocratique d’Allemagne afin d’assurer la protection de Berlin-Est.
Finalement son retrait débuta à l’été 1981. Deux ans plus tard il ne restait plus aucun Yak-28P en service en URSS.

Avion délicat à mettre en œuvre en raison de son train monotrace le Yakovlev Yak-28P Firebar peut être considéré comme l’équivalent soviétique du chasseur français Sud-Ouest SO.4050 Vautour. Ce dernier présentait une architecture assez similaire. Comme lui par contre l’avion soviétique était considéré comme agréable en vol et très stable. De nos jours plusieurs Yak-28P sont préservés dans des musées aéronautiques, principalement en Russie.

Publicité

PHOTOS

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES

Modèle : Yakovlev Yak-28P Firebar
Envergure : 12.50 m
Longueur : 21.60 m
Hauteur : 3.94 m
Motorisation : 2 turboréacteurs Tumanski R11AF2-300
Puissance totale : 2 x 3950 kgp. ou 2 x 6120kgp avec post-combustion.
Armement : Deux missiles air-air AA-3 Anab ou quatre AA-2 Aphid.
Charge utile :
Poids en charge : 20000 kg
Vitesse max. : 1800 km/h à 9000 m
Plafond pratique : 16750 m
Distance max. : 2500 Km à charge maximale.
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

PLAN 3 VUES

Plan 3 vues du Yakovlev Yak-28 ‘Firebar’

PROFIL COULEUR

Profil couleur du Yakovlev Yak-28 ‘Firebar’

VIDÉO

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données